AWS Re:Invent 2023 - Vers un Cloud 2.0 totalement serverless, voire limitless

Cloud

AWS ou le « cloud 2.0 » dit serverless

Par Laurent Delattre, publié le 29 novembre 2023

À l’occasion d’AWS Re:Invent 2023, AWS a lancé de nouveaux services serverless, dopés à l’IA, afin de rendre le cloud toujours plus simple d’emploi mais aussi plus attentif à l’optimisation automatique de vos dépenses.

Le marketing américain l’a étrangement loupé. Mais force est de constater que nous sommes entrés depuis quelque temps déjà dans un « Cloud 2.0 » caractérisé par une généralisation des concepts Serverless. Longtemps, le concept de Serverless a été attaché (voire confondu) à celui du « FaaS » (Functions as a Service) avec cette idée que l’on pouvait désormais concevoir du code et l’exécuter sans se soucier le moins du monde de l’infrastructure sous-jacente et notamment sans avoir à provisionner les ressources (CPU, mémoire, réseau, nombre d’instances, etc.) nécessaires. C’est justement l’infrastructure sous-jacente qui gère tout ça automatiquement pour vous.

Mais depuis quelque temps déjà, tous les hyperscalers commencent à étendre ce concept de « serverless » à tous leurs services. L’idée est que finalement on exploite un service ou un Workload Cloud sans jamais se soucier de la technique autrement dit des ressources matérielles nécessaires à leur exécution (une souplesse qui a cependant un coût et impose qu’on mette en place des limites). C’est l’infrastructure du fournisseur cloud qui, en arrière-plan, gère la montée en charge allouant serveurs, stockage et réseau réclamés par vos workloads. Pas besoin « d’Ops » de votre côté pour gérer ces ressources, pas besoin de savoir quoi et quand allouer pour que ça fonctionne.

Dit autrement, vous voulez une base de données ? Il suffit de la demander sans vous préoccuper de préalablement choisir l’instance serveur qui va bien. Idem si vous voulez du cache, exécuter des containers, héberger des sites Web, réaliser des analyses, etc.

Avec Lambda, Fargate, DynamoDB, Aurora, SNS (Simple Notification Service), SQS (Simple Queue Service) ou QuickSight, AWS a beaucoup contribué à populariser les concepts serverless et à bâtir ce « Cloud 2.0 » où l’on place dans le nuage ce que l’on a à faire sans se soucier d’informatique de bas étage, un cloud de plateformes plus que d’infrastructures.


À LIRE AUSSI :

À l’occasion de sa conférence AWS Re:Invent 2023, qui se tient cette semaine, l’hyperscaler américain a annoncé trois nouvelles offres Serverless afin d’offrir toujours plus de flexibilité et d’efficacité aux entreprises.

« Depuis ses premiers jours, AWS s’est concentré sur la suppression des tâches lourdes indifférenciées pour les clients, et nous avons continué à construire sur cet héritage grâce à des offres sans serveur qui simplifient considérablement ce qu’il faut pour construire, exécuter et gérer des applications à l’échelle », explique ainsi Dr Swami Sivasubramanian, vice-président des données et de l’intelligence artificielle chez AWS. « Les données sont la pierre angulaire de la transformation numérique de chaque organisation, et l’exploitation de leur plein potentiel nécessite une stratégie de bout en bout qui peut évoluer en fonction des besoins d’un client tout en s’adaptant à tous les types de cas d’utilisation. La nature dynamique des données les rend parfaitement adaptées aux technologies ‘serverless’, c’est pourquoi AWS propose une large gamme d’offres de bases de données et d’analyses ‘sans serveur’ qui aident à prendre en charge les charges de travail les plus exigeantes de nos clients. Les nouvelles innovations serverless annoncées aujourd’hui s’appuient sur ces fondations pour permettre aux clients d’évoluer plus facilement vers des millions de transactions par seconde, d’ajouter rapidement de la capacité à tout moment et d’adapter dynamiquement les modèles de charge de travail afin d’optimiser les performances et les coûts. »

Aurora : du serverless au limitless

Aurora est un service « serverless » de bases de données relationnelles, compatible MySQL et PostgreSQL. AWS reconnaît bien volontiers que si la version actuelle est idéale pour démarrer rapidement avec une base de données cloud, elle se montre moins adaptée à la gestion de volumes de données très importants, avec des dizaines de millions d’enregistrements.
Avec la nouvelle offre « Aurora Limitless Database », son service DBaaS s’étend sans contrainte à des millions de transactions d’écriture par secondes et permet de gérer aisément des données à l’échelle du Pétaoctet sur une seule base grâce à un partitionnement totalement automatisé et transparent des données. Les clients n’ont donc plus ici à gérer manuellement de nombreux segments de données et instances SGBD, tâches ô combien complexes et chronophages, de leurs bases les plus volumétriques.

De l’IA pour rendre RedShift encore plus Serverless

Sur le fond, le datawarehouse d’AWS, RedShift a toujours été serverless avec ses provisionnements automatiques et sa montée en capacité en fonction des besoins. Toutefois, selon AWS, « même si les clients apprécient la facilité d’exécution des Workloads analytiques de toutes tailles sur Amazon Redshift Serverless sans avoir à gérer l’infrastructure de l’entrepôt de données, ils bénéficieraient d’une adaptation plus aisée du datawarehouse aux changements de leurs Workloads afin de mieux optimiser leurs coûts ».
Ainsi, AWS annonce de nouvelles aptitudes serverless pilotées par l’IA pour RedShift. Ici l’IA aide les entreprises à bénéficier d’un serverless qui prend automatiquement soin d’optimiser leurs dépenses, en leur faveur et non en celle d’AWS !  « Amazon Redshift Serverless met automatiquement à l’échelle les ressources à la hausse et à la baisse sur plusieurs dimensions de charge de travail et effectue des optimisations pour atteindre les objectifs de prix et de performance » explique l’hyperscaler. Amazon Redshift Serverless utilise ainsi l’IA pour apprendre les modèles de Workloads des clients (requêtes et volumes) et ajuster automatiquement le fonctionnement de RedShift afin d’atteindre les objectifs de prix et de performance spécifiés par le client.

ElastiCache plus élastique que jamais avec le serverless

ElastiCache est le service de stockage « in memory » d’AWS (compatible Redis et Memcached) qui joue un rôle clé dans les performances des applications Web. Il se place entre les serveurs d’application et les bases de données pour améliorer les temps de réponse et réduire les coûts. Désormais, lui aussi devient Serverless. « Amazon ElastiCache Serverless aide les clients à créer des caches hautement disponibles en moins d’une minute et évolue instantanément verticalement et horizontalement pour prendre en charge les applications les plus exigeantes des clients, sans qu’ils aient besoin de gérer l’infrastructure » explique l’hyperscaler. Plus besoin de provisionner, planifier et gérer les capacités, Amazon ElastiCache Serverless se charge de tout pour vous permettre de bénéficier en un clin d’œil d’un cache qui s’adapte automatiquement à la demande de vos applications.

Que ce soit grâce à l’IA ou grâce à des innovations au cœur même des services, ces annonces illustrent cette évolution des services Cloud vers une automatisation totale et intelligente, invitant désormais toutes les entreprises à réfléchir bien plus en matière de plateformes et services qu’en matière d’infrastructures sous-jacentes, celle-ci devenant de plus en plus transparente, voire invisible… À condition que ce ‘serverless’ ne se contente pas de servir la simplicité mais œuvre tout autant à la complexe optimisation des coûts du cloud.



À LIRE AUSSI :


À LIRE AUSSI :

Dans l'actualité