Depuis quelques mois, Azure cristallise l’attention de Microsoft, qui met les bouchées doubles pour devancer une concurrence de plus en plus active. Le nuage de la firme de Richmond devrait très prochainement incorporer un système de reprise d’activité en cas de sinistre.

Baptisé Azure Site Recovery (ASR), il est actuellement testé par les équipes de Microsoft et devrait permettre aux entreprises victimes d’une catastrophe de conserver l’accès aux applications et services hébergés dans le cloud.

ASR déjà disponible en preview

Cette fonction ASR est inspirée du service Hyper-V Recovery Manager dévoilé en début d’année par le géant de l’informatique, ce qui permet, selon lui, de faire « une reprise d’activité dans un cloud privé sur site ou directement sur Azure ».

Azure Site Recovery, disponible dès à présent en preview, sera commercialisé prochainement à partir de 27 $ par mois et par machine virtuelle.

Vaste offensive pour séduire les entreprises

La sortie de ce nouvel outil dédié aux entreprises matérialise un peu plus le souhait de Microsoft de fournir une solution adaptée aux besoins des entreprises.

Quelques jours auparavant, l’éditeur de Windows avait annoncé qu’il finalisait un service de machine learning (Azure ML), une fois encore pour son cloud. Une fonctionnalité dédiée au traitement de vastes ensembles de données ainsi qu’à leur analyse qui vise clairement à concurrencer l’offre Watson d’IBM.