Du cloud hybride et de l’IA… Partout… IBM Think 2021 trace le portrait de ce que sera IBM après son split attendu en fin d’année…

La conférence IBM Think a en partie fermé ses portes virtuelles, il a y a quelques jours mais les sessions et keynotes demeureront encore accessibles pendant plusieurs mois. L’occasion pour les DSI de se pencher avec un peu plus d’attention sur les annonces d’IBM, des annonces très centrées sur le cloud hybride et l’IA. Autrement dit, cette dernière conférence phare avant le split de la compagnie en deux entités (IBM et Kyndryl), était déjà entièrement focalisée sur les activités et les ambitions de ce qui restera chez IBM.

La première chose à retenir de cette conférence, c’est que, pour l’éditeur, Cloud Hybride et IA ne sont pas des chevaux de bataille séparés mais deux activités de plus en plus intrinsèquement liées. En l’occurrence, IBM a insufflé beaucoup d’IA au cœur de ses offres « cloud hybride », autrement dit au cœur de ses « Cloud Paks ». « Tout comme nous avons électrifié les usines et les machines au cours du siècle dernier, nous utiliserons le cloud hybride pour insuffler l’IA dans les logiciels et les systèmes au 21ème siècle » a ainsi expliqué Arvind Krishna, CEO d’IBM en introduction de la conférence.

La seconde est que Red Hat OpenShift est la véritable pierre angulaire de toute la stratégie de Arvind Krishna. Implémentation de Kubernetes à la sauce Red Hat, OpenShift est le véritable moteur de toute la stratégie cloud hybride qui s’étend des Cloud Paks au Cloud quantique. Rappelant que seulement 25% des workloads ont migré dans le cloud, Arvind Krishna explique qu’ « une approche cloud hybride aide à surmonter les défis qui empêchent encore les entreprises de migrer vers le cloud… Notre stratégie cloud hybride consiste à vous rencontrer là où vous en êtes dans votre voyage de modernisation. Il s’agit de vous donner les moyens d’exploiter les capacités et les avantages du cloud dans tout un éventail d’environnements, y compris le Edge. Avec le cloud hybride, vous étendez votre datacenter au cloud et vous déployez constamment et en toute sécurité n’importe quelle application à n’importe quel endroit ». Cette agilité hybride prônée par tous les acteurs infrastructure depuis longtemps est réellement rendue possible par Kubernetes. Toute la stratégie est désormais de rendre cette brique d’infrastructure la plus transparente possible et de construire tous les services utiles autour et au-dessus pour permettre aux entreprises de tirer profit de l’agilité et des gains du cloud.

La troisième information clé à retenir, c’est qu’IBM qui a ces dernières semaines multiplié les acquisitions (xpertus, TryQua, 7Summits, Instana, StackRox, Taos, MyInvenio, Turbonomic, Waeg) se montre très prompt à incorporer les technologies ainsi acquises au cœur de ses produits. Les nouveautés introduites dans les Cloud Paks et annoncées à Think 2021 proviennent pour l’essentiel de ces structures si nouvellement acquises. Arvind Krishna pratique l’emplète utile permettant à son entreprise d’accélérer rapidement dans la stratégie définie.

Au-delà de ces grandes lignes stratégiques, plusieurs annonces concrètes méritent l’attention des DSI :

AutoSQL

Parmi les premiers à inaugurer les « IBM Cloud Paks » il y a trois ans, le « Cloud Pak for Data » cherchait à aider les entreprises à adopter une philosophie centrée sur la data. Il a depuis évolué pour servir de fondations à une mise en production des projets IA et à une véritable gouvernance de la donnée. Dans cet esprit, IBM lui adjoint un nouveau moteur d’interrogation universel permettant d’interroger avec une même requête des sources de données distribuées et différentes qu’ils s’agissent de bases de données, de datawarehouses, de data lakes ou de flux de données. L’idée est de permettre aux entreprises d’accéder, intégrer et gérer les données sans avoir à les déplacer, quel que soit l’endroit où elles se trouvent (approches multicloud) ou la façon dont elles sont stockées. Selon IBM, AutoSQL embarque une bonne dose d’IA pour aider les clients à obtenir des réponses aux requêtes distribuées jusqu’à 8 fois plus rapidement qu’auparavant et à disposer de fonctionnalités intégrées de gouvernance de données pour assurer la qualité, la cohérence et la validité des données. Elle contribue à faire de Cloud Pack for Data le datawarehouse le plus performant tout en améliorant ses capacités à travailler sur des clouds multiples et hybrides.
Pour en savoir plus : 5 Things You Need to Know About IBM’s Next Generation Cloud Pak for Data and New Data Fabric

Watson Orchestrate

Nouvel outil RPA intégré au cœur de Cloud Pak for Automation, Watson Orchestrate est un outil interactif en libre-service qui permet aux utilisateurs d’automatiser leurs tâches quotidiennes les plus chronophages et répétitives : circuits d’approbation, planification de meetings, etc. Fruit du rachat des technologies de MyInvenio et Turbonomic, il s’intègre aux outils du quotidien que son Slack, Outlook, Salesforce, Workday, SAP. Les automatisations sont réalisées en orchestrant des « compétences » pré-créées. Boostée à la NLP, une IA intégrée analyse les demandes exprimées en langage naturel, sélectionne les compétences nécessaires à la réalisation de la tâche et les adapte en fonction de l’organisation et des interactions précédemment enregistrées.
Pour en savoir plus : Introducing Watson Orchestrate | IBM Cloud

Project CodeNet

Project CodeNet est un projet IA d’IBM Research assez fascinant. Mais celui-ci ne consiste pas à fournir de nouveaux outils mais plutôt à proposer à des chercheurs, développeurs et datascientists un gigantesque ensemble open-source d’exemples de codes nettoyés, qualifiés et vérifiés. Il comporte 14 millions de codes soit plus de 500 millions de lignes de programmation écrites dans 55 langages différents dont Cobol, Pascal, Fortran, Java, Python, Go et C++. Cette base vise à permettre l’élaboration de nouveaux outils dopés à l’IA permettant par exemple de moderniser des codes historiques, de traduire du code d’un langage à l’autre ou encore d’entraîner des IA pour qu’elles génèrent du automatiquement code (par exemple des assistants dans des solutions No Code).
IBM espère que CodeNet permettra l’émergence d’IA de développement tout comme la base ImageNet a, en son temps, permis l’émergence d’IA de reconnaissance et d’interprétation d’images.
Pour en savoir plus : Project CodeNet – IBM Developer

Mono2Micro

Autre projet issu des travaux d’IBM Research, Mono2Micro est une IA capable d’analyser les applications historiques et monolithiques de l’entreprise et de produire des recommandations afin de les migrer vers le cloud de façon optimale. Intégrée à IBM WebSphere Hybrid Edition, elle aide les développeurs à réarchitecturer et réécrire les applications existantes pour un monde de containers et de microservices.
Pour en savoir plus : Mono2Micro | IBM

Maximo Mobile

IBM Maximo est une plateforme de gestion d’actifs (EAM Enterprise Asset Management) et de Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO) qui permet d’assurer la résilience et la fiabilité des opérations notamment à l’aide de jumeaux numériques. IBM a lancé à l’occasion de Think 2021 la version mobile de Maximo pour les agents de terrain.
Pour en savoir plus : Maximo Application Suite – EAM mobile – France | IBM

Qiskit Runtime

IBM ne pouvait faire une telle conférence sans parler informatique quantique. L’entreprise a confirmé que sa machine Eagle 127 qubits seraient accessibles via le cloud IBM Q Experience d’ici la fin de l’année. La firme s’est également montrée confiante dans sa capacité à délivrer sa machine Condor dotée de 1121 qubits en 2023. En attendant, l’éditeur avance ses pions dans l’univers logiciel. IBM a ainsi lancé Qiskit Runtime. Nouvelle brique dans son attirail de programmation des machines quantiques, ce service cloud containerisé (et hébergé sur de l’OpenShift) simplifie un développement hybride avec une partie classique en Python qui enchaine les calculs quantiques exposés sous forme d’API. Qiskit Runtime a pour vocation de permettre la réalisation de premières applications pratiques d’entreprise exploitant le potentiel quantique.
Pour en savoir plus : Qiskit Runtime – IBM Quantum