Malgré la déconvenue liée à Motorola Mobility, la firme de Mountain View a décidé de retenter l’expérience : elle jette cette fois-ci son dévolu sur la division mobile d’HTC. Moyennant 1,1 Md$, près de 2 000 ingénieurs et designers vont rejoindre les rangs de Google. L’industriel, quant à lui, conservera ses usines. L’opération arrive à pic pour HTC, en proie à de sérieuses difficultés financières depuis plusieurs mois.

Partenaires de longue date, les deux sociétés ont déjà collaboré à maintes reprises dans la conception de téléphones tels que le HTC Dream, le Nexus One ou plus récemment le Pixel. Le fabricant taïwanais dispose aujourd’hui de toute une gamme de matériels estampillés Google et prévoit une nouvelle génération de produits pour début octobre. Par ailleurs, il travaille déjà sur le successeur du HTC U11 et envisage de s’intéresser de plus près aux domaines de la réalité virtuelle et augmentée, de l’intelligence artificielle et de l’IoT.