Pour la quatrième année consécutive, l’étude Denodo « Global Cloud Survey » montre un niveau de maturité croissant des entreprises face au cloud, ses cas d’usage, ses coûts et ses contraintes.

S’appuyant sur les réponses de 250 responsables informatiques de grandes entreprises en Europe, aux USA et en Asie, l’enquête annuelle de Denodo offre une certaine vision du niveau de maturité des organisations dans leur adoption du cloud. L’enquête du spécialiste de la virtualisation des données est bien évidemment quelque peu orientée autour des usages de la donnée dans le cloud. Mais elle permet une comparaison directe d’année en année pour mieux cerner les tendances et les problématiques des entreprises en la matière.

Le cloud computing n’est évidemment plus une nouveauté. Et son adoption a encore été accélérée par la pandémie et la nécessité pour les entreprises d’accélérer la transformation numérique de leurs processus avec une agilité maximale. Avec près de 25% de croissance du nombre d’utilisateurs se qualifiant « avancés », le cloud est clairement entré dans une phase d’adoption généralisée avec des entreprises désormais plutôt matures sur le sujet.

Dès lors, il est intéressant de voir comment évoluent les accélérateurs et les freins qui encouragent ou ralentissent la migration des workloads vers le cloud.

Parmi les facteurs de motivation clés qui accélèrent l’adoption du cloud on retrouve en premier lieu, et sans surprise, les besoins d’agilité, de performance et de monter à l’échelle. Seconde motivation clé, le cloud est perçu comme un simplificateur des problématiques d’accès et de gestion des données.

A contrario, le premier des freins gagne encore en importance cette année : les problématiques de sécurité et de gouvernance arrivent en tête des préoccupations. C’est d’autant plus logique que les nouvelles contraintes européennes en matière de souveraineté numérique viennent encore un peu plus mettre la pression sur les DSI et sur leurs choix des fournisseurs. Les entreprises internationales doivent jongler entre différents fournisseurs de clouds et il n’est donc pas surprenant de voir en seconde position la problématique du manque de compétence multicloud.
Il faut en revanche signaler qu’avec une maturité croissante, les problématiques d’intégration des données et de contrôle des dépenses dans le cloud n’ont désormais plus du tout le même impact.

Quelles sont dès lors les compétences Cloud aujourd’hui les plus recherchées ? Selon l’étude Denovo, les architectes Data arrivent devant les architectes Cloud et les ingénieurs DevOps !

Reste à savoir ce que l’on entend aujourd’hui par déploiement Cloud. Si le cloud hybride reste le premier objectif des entreprises, on note en 2021 un net regain pour le cloud privé ce qui peut surprendre alors que l’année pandémique a beaucoup contribué à la croissance des cloud publics. Cela ne se voit pas sur l’étude Denodo et c’est ce qui surprend probablement le plus. Les résultats sont peut-être en partie influencés par la transformation progressive des infrastructures internes en « cloud privé » et par la montée en puissance des « clouds privés managés » (nouveau Graal des anciens acteurs de l’infogérance). On reste étonné par la diminution des déploiements hybrides alors que le cloud hybride est justement devenu le nouveau terrain de bataille de tous les fournisseurs aussi bien du côté des infrastructures internes (VMware, Nutanix, IBM RedHat) que des fournisseurs Cloud (AWS ECS Anywhere, Google Anthos, Azure Arc & Stack, IBM Cloud OpenShift…).

Pour la deuxième année consécutive, Microsoft Azure s’affirme comme le principal partenaire des entreprises en matière de cloud. Sa popularité progresse même encore un peu plus cette année (34% des entreprises interrogées) alors qu’AWS stagne en seconde position (à 30%). GCP est troisième et progresse lui aussi d’un point, mais la plus forte progression est celle des « autres fournisseurs » confirmant que les entreprises – notamment poussées par les contraintes de souveraineté et de conformité – sont amenées à étudier les offres de fournisseurs locaux qui gagnent chaque année en richesse.

L’étude Denodo s’intéresse également aux cas d’usage de l’adoption du Cloud. L’analyse de données, le IaaS et le Machine Learning arrivent largement en tête. Même s’ils ne sont pas encore aussi populaires, les scénarios de gouvernance de la sécurité et de database-as-a-service connaissent une forte progression.

Un petit mot sur Kubernetes en passant. On le sait, cette technologie d’orchestration des containers devient peu à peu un socle incontournable des infrastructures des entreprises, portée par sa capacité à concrétiser les scénarios hybrides. Selon l’étude Denodo, Kubernetes doit encore séduire 41% des entreprises. Mais même si 59% des entreprises l’utilisent déjà, seulement 17% d’entre elles l’utilisent réellement en production pour héberger leurs workloads.

Pour terminer, on notera que 45% des entreprises utilisent désormais régulièrement les marketplaces des hyperscalers, jugées avantageuses en termes de risque et d’investissement. Elles apprécient à la fois l’aspect « pay as you go » et le côté « Self-Service » procurés par ces places de marché qui simplifient également le déploiement.


Source : Denodo Global Cloud Survey 2021 | Denodo