Au dernier trimestre, la division matérielle d’Oracle affiche une baisse de 14% de son chiffre d’affaires.

La partie matérielle d’Oracle – les serveurs Sun – se vend moins bien qu’il y a un an. A l’occasion de ses derniers résultats trimestriels, Oracle annonce les chiffres de 2 milliards de dollars pour ses logiciels (+2%), de 4 milliards de dollars pour ses services (+9%) et de 953 millions de dollars pour ses serveurs, soit une baisse de 14% du chiffre d’affaires par rapport au dernier trimestre de 2010. Le PDG Larry Ellison avance une volonté de délaisser le tout-venant des ordinateurs pour se concentrer sur des configurations ultra haut de gamme et ultra-spécifiques.

A raison, selon lui, puisque ses supers ordinateurs Exadata (pour exécuter des bases de données) et ExaLogic (pour héberger un cloud d’applications Java) auraient vu, eux, leurs ventes plus que doubler en un an ! Une aubaine quand on sait que chaque configuration coûte plusieurs centaines de milliers, voire plusieurs millions de dollars.

Sauf quand on regarde les chiffres de plus près : tout cumulé, il s’est vendu environ 200 Exadata et ExaLogic ce trimestre, contre moins d’une centaine il y a un an. On se demande d’ailleurs si Oracle n’en aurait même pas vendu un peu plus s’il était parvenu à doter l’Exalogic de la mise à jour matérielle annoncée en décembre 2010. Il était alors question de remplacer les processeurs x86 génériques de ces machines par des puces Sparc T3 – ou Sparc T4, depuis le temps – héritées de Sun.