Pour motiver les talents, les trois innovateurs français annoncent qu’ils financeront à hauteur de 25 000 euros, 101 projets présentés par des jeunes de moins de 25 ans qui devront les convaincre en une minute.

Pour les business Angels que sont Marc Simoncini (fondateur de Meetic), Xavier Niel (fondateur de Free) et Antoine Granjon (fondateur de Ventesprivées.com), de nombreux talents se cachent en France et n’émergeront pas sans un coup de pouce financier. Ces trois personnalités des high-tech françaises lancent une nouvelle initiative pour dynamiser la présence des Français sur le web.

Ils ont décidé de soutenir 101 projets proposés par des jeunes de moins de 25 ans en les finançant à hauteur de 25 000 euros. Pour cette opération, le budget total représente un montant de 2,525 millions d’euros.

1 minute pour convaincre

Les candidats ont jusqu’au 25 septembre prochain pour proposer leurs idées. Une boite mail a été créée (cent1projets@gmail.com) pour envoyer leurs idées. Dans cette phase, 300 dossiers seront retenus pour passer à la seconde étape qui aura lieu le 18 novembre au Théâtre de Paris, dont le propriétaire n’est autre que Jacques-Antoine Granjon. Cette fois, les choses vont se corser puisqu’il va s’agir de convaincre les investisseurs en une minute.

Ces soixante petites secondes déterminantes font référence à la grande époque de la bulle internet. N’ayant pas beaucoup de temps à consacrer aux innovateurs, les business angels de l’époque leur proposaient de tenter de les convaincre dans l’ascenseur pendant qu’ils se rendaient à leur bureau.

Pour Marc Simoncini, il s’agit d’une réelle épreuve pour laquelle il va falloir se préparer chrono en main. Il estime que dix secondes suffiront pour juger si l’idée est originale ou non et 30 secondes pour juger de la qualité de l’innovateur qui la présente. « À 25 ans et avec un pitch d’une minute, vous pouvez gagner 25 000 euros qui vont vous mettre le pied à l’étrier. » Le choix des 101 projets à soutenir ne se fera pas en huis clos entre les trois investisseurs. L’ensemble des candidats participera à l’élection des idées les plus innovantes.

Cette intiative est un nouveau message lancé pour détecter les talents hors des sentiers battus. Le même trio a déjà lancé une école privée, l’Ecole Européenne des Métiers de l’Internet (EEMI), pour former des spécialistes du web. Il y a quelques semaines, Xavier Niel a lancé le projet 42, un école qui, dès la prochaine rentrée, formera gratuitement un millier de développeurs par an.

Lire aussi :
Avec 42, Xavier Niel veut révolutionner le système éducatif