AMD, Intel et NVidia ont profité du CES pour lancer de nouvelles générations de processeurs. C’est donc confirmé : la guerre des CPU pour l’Edge Computing et le Datacenter est relancée…

Avec son architecture « Zen 2 » et ses processeurs Epyx, AMD revient très fort sur le marché des CPU serveurs avec un rapport nombre de « coeurs/consommation électrique/prix » qui ébranle sérieusement les positions d’Intel qui a lui-même connu une année 2018 difficile entre les crises Spectre/Meltdown, un changement impromptu de CEO pour cause de Love Story, les ruptures de stock et le retard du 10 nm. AMD est ainsi rentré au catalogue de tous les constructeurs de serveurs, mais aussi chez les grands clouds qui proposent désormais des VM sous AMD souvent plus attractives. Quant à NVidia, l’entreprise s’est démarquée dans le domaine de l’IA avec plusieurs lancements réussis en 2018.

Intel réagit enfin

Le CES 2019 aura marqué le retour d’Intel dans la course à l’innovation. L’annonce de l’architecture « Sunny Cove » marque enfin l’arrivée des puces 10 nm chez le fondeur. La neuvième génération de « Core i », surnommée « Ice Lake » (et justement basée sur l’architecture Sunny Cove), promet un rapport performance/consommation plus concurrentiel, l’intégration de Thunderbolt 3, le support du Wi-Fi 6 (anciennement nommé Wi-Fi 802.11ax), l’intégration d’un étage graphique graphique musclé pour la 4K et enfin l’addition de fonctions « DL Boost » (Deep-Learning Boost) dédiées aux applications IA et à l’accélération des phases d’apprentissage et d’inférence.
Intel a également profité du CES pour annoncer le projet Athena, une nouvelle initiative similaire dans l’esprit à celle initiée il y a quelques années avec l’ultrabook. L’objectif est de favoriser une nouvelle génération d’ordinateurs portables à très haute autonomie, instantanément opérationnels (avec des technologies comme Intel Context Sensing) et parés pour (voire boostés à) l’IA.
Cette initiative regroupe Acer, Asus, Dell, HP, Lenovo, Samsung, Sharp mais aussi Microsoft ainsi que Google. Car oui, le projet Athena ne se limite pas à Windows mais devrait s’étendre à Chrome OS (ou au futur Fuchsia OS).

AMD accélère encore

AMD n’est évidemment pas resté sans réaction et a profité du CES pour annoncer sa première génération de CPU pour PC gravés en 7 nm. Les Ryzen « 3ème génération » s’appuient toujours sur l’architecture Zen 2 x86 et seront les premiers processeurs du marché à supporter nativement la connectivité PCIe 4.0. Selon AMD, et la démonstration faire lors du Keynote, les futurs Ryzen III consomment à performance égale 30% d’énergie en moins que les Intel Core i9. Ces processeurs arriveront vers le milieu de l’année 2019. C’est à peu près à la même date qu’apparaîtront également les versions 7 nm des processeurs EPYC pour serveurs.
Le fondeur a également lancé sa seconde génération processeurs mobiles Ryzen 3000, des APU intégrant des coeurs CPU Zen+ (et non pas Zen 2 comme on aurait pu s’y attendre) et un GPU AMD Vega Graphics (et non Vega 20 comme certains l’espéraient). Ils sont gravés en 12 nm et ont un TDP de 15W (sauf deux modèles, les Ryzen 7 3750H et Ryzen 5 3550H).  AMD laisse entendre que ces nouveaux APU sont aussi performants que les Intel dans toutes les tâches et sont plus joueurs que ces derniers à des prix très inférieurs. L’autonomie des PC équipés de ces processeurs devrait varier entre 10 et 12 heures.

Ça bouge aussi côté GPU

NVidia a lancé son nouveau GPU GeForce RTX 2060 destiné à remplacer l’ancienne génération 1060 en matière de rapport qualité/prix bien que ces performances soient plus alignées sur celles du GTX 1070Ti tout en bénéficiant des fameuses accélérations « Ray Tracing » de la nouvelle génération RTX.  Une bonne nouvelle pour les gamers mais aussi pour les entreprises avec des besoins GPU qui ne nécessitent pas l’adoption de la gamme Pro « Quadro ». Le fondeur a également annoncé les déclinaisons « Mobiles » de sa série RTX 20 sur lesquelles semblent s’être jetés les constructeurs puisque pas moins de 40 modèles de PC mobiles (plutôt orientés Gaming) ont été présentés avec une majorité de modèles disponibles dès février.
De son côté AMD a réagi en lançant son nouveau haut de gamme Radeon VII (gravé en 7 nm) pensé pour des expériences en 6K et 8K : 16 Go de mémoire vidéo HBM2, 3840 unités de calculs, 1,450 GHz avec un boost à 1,7 GHz mais attention le TDP monte à 300W !

Samsung lance un CPU pour voitures

Lors du CES, Samsung a également annoncé son premier CPU uniquement destiné aux systèmes embarqués des voitures. L’Exynos Auto V9 sera notamment utilisé par Audi pour la prochaine génération de son système d’infotainment qui sera introduit en 2021 sur ses véhicules. Gravé en 8 nanomètres, le processeur comporte huit coeurs ARM Cortex-A76 cadencés à 2,1 GHz, un GPU MALI G76, un NPU et un circuit audio HiFi 4 haute qualité. Il peut gérer jusqu’à 5 afficheurs et 12 caméras.