Il est temps de repenser l’industrie. Particulièrement en France. En prenant en compte les enjeux sociaux, écologiques, périurbains…

Portrait de Vincent Bronet, directeur de la division Usages et Services Numériques chez Scopelec

«Au départ, je voulais être professeur d’université », se souvient Vincent Bronet. Les circonstances ont en décidé autrement. Mais notre homme a gardé une appétence
pour l’innovation et la recherche, en particulier dans le domaine du numérique. Jeune, intéressé par les mathématiques, « et les sciences cognitives », précise-t-il, il passe une maîtrise de sciences et techniques pour ensuite tenter une agrégation. Quand un universitaire lui propose un sujet de thèse de doctorat, il accepte.

Il mène ses travaux dans le cadre d’un contrat Cifre au sein de Tecumseh Products Company, spécialisée dans la production de compresseurs frigorifiques. « Le milieu industriel m’a motivé, car la science des systèmes, ou l’approche systémique, intègre une dimension humaine. Un facteur qui m’intéresse », souligne Vincent Bronet.
Il se découvre une capacité certaine de management, « ce qui émane probablement de mes années post-adolescence en tant qu’entraîneur d’une équipe de handball féminine », ajoute-t-il.

Alors, à l’obtention de son doctorat, quand l’entreprise lui propose un poste de responsable méthode et qualité, motivé en plus par une rémunération incomparable, il met de côté le monde académique et accepte. Trois années après, remarqué par la direction américaine de l’entreprise, il prend la direction du projet Oracle, avec un ERP à déployer sur l’ensemble de la business unit Europe. « Celui-ci périclitait plus ou moins depuis son lancement une année auparavant. Il a fallu déployer 21 modules de l’ERP en deux ans », détaille notre interlocuteur.

À l’issue du projet, contacté par des chasseurs de tête, il passe chez Areva (aujourd’hui Orano) comme directeur Performances et SI de l’entité chargée de l’ingénierie et de la construction de réacteurs nucléaires pour les sous-marins et le porte-avions de la Marine Nationale. « Un monde plus complexe. Il s’agissait là aussi d’industrialiser des process et de réduire des coûts. J’avais aussi pour mission d’implanter un PLM, ce que nous avons réussi, décrit-il. Le volet conduite du changement y était très important. »

Après un passage dans une autre business unit d’Areva, notre homme a envie de « connaître un contexte industriel plus orienté vers les services ». L’élue est une ETI, Scopelec, où il prend en charge les performances, le système d’information, la qualité, la sécurité et le développement d’une business unit. « Un enjeu important pour
ce groupe en pleine croissance », résume Vincent Bronet, qui s’est trouvé un autre challenge de taille : repenser l’industrie.


Portrait réalisé par Patrick Brébion.

CE QUE J’APPRÉCIE CHEZ SCOPELEC > C’est, de par sa taille, une structure plus agile qu’un grand groupe. Autre spécificité que j’apprécie, l’entreprise est un Scoop depuis sa création en 1973, la ou l’une des plus grandes en France, avec environ 1 300 sociétaires sur 4 000 salariés.

COMMENT JE GÈRE MES ÉQUIPES ? > Le plus important est d’abord de bien « lire les personnes ». Un préalable indispensable pour les positionner sur des postes qui valorisent leurs compétences. Dans la durée, apporter la fierté d’appartenir à l’entreprise et, encore plus, la développer participent aussi largement à un bon management.

COMMENT JE MÈNE L’INNOVATION ? > Parallèlement à l’équipe R&D et à un écosystème comprenant bien sûr des start-up, l’ensemble des salariés participent de manière active à la démarche d’innovation. Nous travaillons plus spécialement sur les objets connectés couplés avec l’IA. Ces applications participent à la fois à notre diversification et recoupent également ma sensibilité aux problématiques écologiques et, plus globalement, sociétales.

MON CHEVAL DE BATAILLE ? > Il est temps de repenser l’industrie. J’ai écrit un bouquin sur le sujet : « L’industrie émergente ». Cette réindustrialisation, en France, doit être basée dans les milieux périurbains ou ruraux et prendre en compte les enjeux sociaux et écologiques. Mon passage d’un grand groupe vers Scopelec s’inscrit dans cette démarche.

Parcours de Vincent Bronet

2016 Directeur de la division Usages et Services Numériques, Scopelec
2015 Directeur Performances Industrielles et Technique, Orano
2009 Directeur Performances et Système d’Information, Orano
2007 Directeur de projet SI, Tecumseh Products Company
2004 Adjoint directeur d’usine, Tecumseh Products Company
2002 Ingénieur production et qualité, Tecumseh Products Company

Formation
– Leadership Program (Harvard Business School)
– Certification CESA (HEC)
– Doctorat en génie industriel (Université de Savoie)