Le géant de l’électronique, qui s’est fait une place auprès des consommateurs grâce à la commercialisation des PC Vaio, pourrait céder cette activité au fonds Japan Industrial Partners en échange d’une somme comprise entre 40 et 50 Md¥ (entre 290 et 365 M€), a dévoilé la presse nippone mardi.
Sony était entré sur le marché en 1996 et ses premiers Vaio avaient connu un succès notable lors des premières années. Mais à la fin des années 90, le dynamisme de la marque s’est érodé, jusqu’à ce que l’activité devienne aujourd’hui déficitaire. Sony n’aura finalement pas supporté l’impact économique de la concurrence née de l’essor des tablettes numériques et des smartphones.
Le 9e fabricant mondial de PC revendiquerait une part de marché de 1,9 % seulement sur la période janvier-septembre, rapporte le quotidien économique Nikkei. 
 
Des Vaio estampillés Lenovo ?
 
La marque ne devrait cependant pas s’éteindre, puisque le repreneur de Vaio devrait continuer à commercialiser des PC sous cette appellation, au moins au Japon. En revanche, elle pourrait disparaître des rayons de plusieurs pays, sauf si les rumeurs d’un rachat de la division internationale par le géant chinois Lenovo s’avèrent fondées. L’hypothèse, avancée notamment par la chaîne de télévision NHK, n’a pas été confirmée par Lenovo, qui s’est refusé à commenter les « rumeurs de marché » et les « spéculations ».   
Dans tous les cas, l’essentiel des 1 000 salariés de la branche devrait être conservé, rapporte la presse.