Le rapport « Vision technologique 2022 » de l’ESN anticipe des bouleversements majeurs liés à l’émergence du métavers pour les entreprises, sondage à l’appui. Une prophétie qui suscitera forcément le débat… comme toutes les prophéties !

Un vrai raz-de-marée ! Dans le cadre de son rapport annuel « Vision technologique 2022 », Accenture a sondé 4  600 décideurs de par le monde face aux bouleversements annoncés que représente le métavers. Les résultats sont édifiants :

71 % pensent déjà qu’il aura un impact positif sur leur organisation,
— et 41 % qu’il va la transformer en profondeur.

Des chiffres éloquents d’autant que, pour l’heure, rien ou presque n’est venu concrétiser de telles espérances. Il y a bien un certain nombre de projets pilotes, notamment des espaces de travail virtualisés où les collaborateurs en distanciel peuvent projeter leurs avatars dans les bureaux.

Accenture a d’ailleurs développé un tel métavers, le Nth floor. Selon Christophe Jeantet, directeur exécutif responsable d’Accenture Technology en France, 150  000 membres de l’entreprise seront concernés dès cette année. Et d’ajouter que « la prochaine génération de l’Internet va changer de manière inédite la façon dont nous vivons et travaillons tous ».

On peut considérer que l’existence d’applications de edge computing, de réalité étendue, de blockchain ou de jumeaux numériques crédibilise la thèse, même si ces technologies ont émergé bien avant son élaboration.

Etude Accenture : quel impact du Métavers sur votre organisation ?

Mais faut-il anticiper une convergence telle qu’elle redéfinira, comme l’explique Accenture, « la façon dont le monde fonctionne, opère et interagit » ? « Nous proposons un scénario plausible à cinq voire dix ans », temporise Christophe Jeantet. Ce scénario, désigné dans le rapport comme un « continuum du métavers », anticipe « l’émergence d’un nouvel Internet, continuum entre le réel et le virtuel ». « Le métavers en est une des excroissances visibles », ajoute-t-il.

Reconnaissons à Accenture un certain talent pour appuyer sa thèse et en décrire les quatre tendances majeures (voir encadré). Convictions sur lesquelles l’ESN s’appuie pour lancer l’espace de réflexion « Accenture Metaverse Continuum Business Group ». Abordera-t-il, outre la question cruciale de l’opportunité de vendre des sacs Gucci virtuels, quelques thèmes aussi importants que le bilan carbone du métavers, la sécurité des personnes dans ce nouvel univers, ou encore l’emprise des géants du numérique sur nos vies privées ? Nous le souhaitons… réellement.

QUATRE TENDANCES MAJEURES LIÉES AU MÉTAVERS

1/ Le Moi connecté, pour illustrer le fait que les futures plateformes numériques devront offrir des expériences unifiées, permettant l’interopérabilité des données des clients sur différentes plateformes et espaces. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui !

2/ Un monde programmable, à mesure que les technologies émergentes telles que la 5G, l’informatique ambiante, la réalité augmentée et les matériaux intelligents progressent, et que les environnements numériques s’intègrent au tissu de notre monde physique.

3/ Au-delà du réel, pour signifier que les entreprises sont de plus en plus dépendantes dans leur fonctionnement des données générées par l’intelligence artificielle qui reflète de manière convaincante le monde physique.

4/ L’informatique amplifiée, qui voit l’émergence d’une nouvelle catégorie de machines (notamment l’informatique quantique et l’informatique inspirée par la biologie) permettant de repousser les limites de ce que les ordinateurs peuvent actuellement résoudre.


À lire également :

Vers une standardisation des métavers…

Vous prendrez bien un petit métavers ?

Métavers : quel futur pour internet ?

Les DSI face au monde réel des métavers

Veepee rassemble ses entités dans un métavers