Le 3e opérateur mobile allemand, 02, projette de racheter le 4e, E-Plus. Une consolidation atypique sur le premier marché européen. Que dira Bruxelles ?

Alors que la France découvre depuis 18 mois les conséquences de l’arrivée d’un quatrième opérateur mobile, l’Allemagne s’apprête à suivre le chemin inverse.

Le quatrième opérateur allemand, E-Plus (filiale du Hollandais KPN) prévoit de se vendre à 02, troisième opérateur, filiale de l’Espagnol Telefonica. Ensemble, les deux opérateurs cumuleraient 37 % de part de marché.

« En tant que troisième et quatrième acteur, O2 et E-Plus n’avaient pas la taille suffisante pour concourir de manière adéquate sur un marché où la concurrence féroce sur les prix a entraîné une baisse des revenus et des profits pour les opérateurs télécoms » a commenté Emeka Obiodu, analyste du cabinet anlais Ovum, spécialisé dans les télécoms.

En voyant se réduire de 4 à 3 opérateurs, sa situation concurrentielle dans les mobiles, le marché allemand deviendrait une exception en la matière. Les autres grands marchés nationaux (Royaume-Uni, France, Italie, Espagne) étant animés par quatre opérateurs mobiles.

Il est vrai qu’un mouvement de consolidation entre acteurs est entamé en Europe. Orange et l’Allemand Deutsche Telekom ont déjà fusionné leur activité d’opérateur mobile au Royaume-Uni dans Everything Everywhere. En Italie, le rachat de 3 Italia, quatrième opérateur mobile par l’opérateur historique de la péninsule, a échoué, au début de l’été 2013.

Il n’en demeure pas moins que la réduction de la concurrence en Allemagne dans les mobiles sera scrutée de près. La commission européenne à la concurrence est, a priori, hostile à ce type de réduction du nombre d’acteurs sur un marché national. Laissera t-elle passer cette consolidation, sans réagir ?