Faire tourner une équipe rassemblant des jeunes frais émoulus de l’école et des seniors expérimentés, tel est le défi que nombre de managers doivent relever au quotidien.

1. Créer un esprit d’équipe

 Les jeunes salariés sont souvent les recrues les plus récentes. Il appartient au manager de les aider à s’intégrer en prenant le temps de les présenter aux plus anciens. « Un autre bon moyen de les faire se rapprocher, c’est de constituer des équipes mixtes, en particulier sur les dossiers difficiles. Cette collaboration crée des liens très forts », explique Raphaël Roubaud, directeur de marché Ile-de-France pour Modis, issu de la fusion d’Ajilon IT et de Datavance.

2. Trouver les bons leviers de motivation

Chaque génération a des aspirations différentes. « Pour les jeunes, le salaire compte, mais pas forcément beaucoup plus que les conditions de travail ou l’intérêt des missions. Les quadras, eux, seront souvent plus focalisés sur leur évolution professionnelle, et les seniors, plus sensibles à la reconnaissance de leur savoir-faire par l’entreprise », explique Sigisbert Barrier, directeur des projets chez Computacenter. Conclusion, le manager devra jouer sur différents leviers pour motiver ses troupes : formation et organisation du temps de travail pour les plus jeunes, promotion pour les salariés confirmés, et valorisation des compétences pour les seniors, via, par exemple, des missions d’encadrement des nouvelles recrues.

3. Désamorcer les tensions

Il peut arriver que certains jeunes particulièrement brillants progressent plus vite que des salariés ayant plus d’ancienneté. Pour éviter que cette situation ne suscite des rancœurs, le manager expliquera et justifiera impérativement leur promotion. « Il faut également penser à valoriser d’autres parcours, à commencer par la filière expertise, essentielle en SSII, car tout le monde ne pourra pas évoluer vers la filière managériale », explique Raymonde Bourgeais, manager d’une équipe de production chez Euriware.

4. Favoriser le transfert des savoirs

Faire profiter les plus jeunes de son expérience, aider les seniors à se familiariser avec certaines technologies plus récentes, chaque génération a quelque chose à apporter. Mais, attention, la mise en place de dispositifs de tutorat doit être faite avec soin. « Il faut d’abord valider la motivation des tuteurs potentiels, puis leur apprendre à partager leur savoir de façon pédagogique et, enfin, valoriser leur rôle », explique Annette Chazoule, responsable de l’offre de formation pour les managers chez Cegos et spécialiste des questions intergénérationnelles.

5. Fixer les limites

L’aspect décontracté de certains juniors, habitués à venir en jean, les écouteurs vissés aux oreilles, et à repartir à 18 heures tapantes, risque d’agacer les plus anciens. Pour éviter que des broutilles ne dégénèrent en conflit, le manager posera des règles claires. « Si le collaborateur tient ses objectifs, il n’y a, a priori, pas lieu de le recadrer. En revanche, dès lors que ce comportement met en danger la mission, il ne doit pas être toléré », explique Albert Bendayan, directeur information management et mobilité chez Devoteam.