La dernière enquête BCG montre que le chemin à parcourir pour achever une transformation digitale solide s’avère plus difficile et plus long que prévu. La mise en place d’une vraie stratégie de la donnée et des outils analytiques adéquats reste un challenge que bien des entreprises ont du mal à surmonter.

Par Antoine Gourévitch, Directeur associé senior, BCG

Moteur de croissance et créatrice de valeur, la gestion des données est au cœur de la performance des entreprises. Leurs compétences et leur organisation en matière de big data représentent un avantage concurrentiel déterminant dans la compétition digitale. Toutes investissent pour se doter de ces technologies et les déployer sur toute leur chaîne de valeur. Or, notre dernière enquête sur la maturité de leurs stratégies data montre que le chemin à parcourir pour achever une transformation digitale solide s’avère plus difficile et plus long que prévu.

Les résultats ont été décevants en 2019, loin des ambitions affichées par les entreprises lors de notre enquête de 2016. Leur indice de maturité n’a progressé que de 19 % sur la période contre 53 % attendus ! Cette évolution reste toutefois positive et fait sortir la plupart des entreprises de la phase d’amorçage de leurs stratégies data.

Comment expliquer les difficultés rencontrées par les entreprises à ce stade de leur transformation ?
Afin de mieux identifier les sources de blocage, nous avons analysé les progrès réalisés dans chacun des sept champs de la construction digitale : la vision, les cas d’usage, les outils analytiques, la gouvernance, l’infrastructure, l’écosystème et le management du changement.

En 2016, la vision, socle indispensable pour disposer de solides fondations, faisait partie des points forts. Toutefois, les entreprises parvenaient difficilement à l’appliquer dans leur organisation et à développer des cas d’usages concrets. L’infrastructure et l’écosystème représentaient les principaux freins.

Trois ans plus tard, en 2019, notre enquête nous livre des enseignements intéressants. Ainsi, on observe que le niveau de maturité des infrastructures et des écosystèmes des données a très fortement augmenté. Une performance largement portée par l’explosion des technologies open source et des services proposés par les plateformes du cloud.

Notre dernière enquête fait également émerger un point critique dans le développement de la stratégie data des entreprises : la mise en place des outils analytiques, un levier indispensable pour créer de la valeur à partir des données, a enregistré une sévère contre-performance.

En 2019, les entreprises ont augmenté leur indice de maturité de 7 % contre les 48 % espérés en 2016. Un résultat d’autant plus surprenant que les entreprises affichaient de fortes ambitions et bénéficiaient du soutien de leur top management. Il faut dire que le déploiement réussi des outils et des process d’analyse des données répond le plus souvent à de forts enjeux organisationnels.
Cette difficulté est partagée dans toutes les industries et dans toutes les géographies. Il n’en est pas de même si on étudie le niveau global de maturité digitale. Parmi les huit secteurs couverts par notre enquête, les télécommunications, les médias et les technologies restent les plus avancées, suivis par la finance et les biens de consommation. À noter la percée de l’industrie et de l’énergie portée par la forte croissance de l’Internet des objets. L’Amérique du Nord conserve son leadership, talonnée par la Chine et l’Inde. En 2021, ces deux pays affichent les plus fortes ambitions et cherchent à gagner la première place.

Fortes de leur expérience, les entreprises se montrent aujourd’hui plus réalistes sur les défis de leur transformation digitale. Elles ont modéré leurs aspirations en se fixant une progression de 25 % de leur indice de maturité d’ici 2021.

Cet objectif, même revu à la baisse, reste volontariste et devrait leur permettre d’atteindre un modèle de gestion de données avancé, capable de soutenir une stratégie digitale agressive.

Selon notre enquête et nos observations, les entreprises qui progressent de manière cohérente et simultanée dans chacun des sept champs de la strat11égie data distancent leurs concurrents. Les dirigeants le savent. Accroître leurs compétences et améliorer leur organisation en matière de gestion des données représentent un levier incontournable de leur performance.