A l’occasion de son Technology Camp à Amsterdam, le constructeur a montré toute sa gamme logicielle d’administration et dévoilé pour la première fois en Europe son premier serveur « convergent », l’Active System 800.

Après avoir intégré, l’an passé, une dizaine de sociétés dans le domaine de l’administration, de la sécurité et du traitement des données, Dell a fait le point sur l’évolution de ses offres pour les data centers à l’occasion de son Technology Camp à Amsterdam.

Le constructeur texan a dévoilé toute sa panoplie de logiciels d’administration de réseaux et de serveurs, dont l’objectif est d’assurer la convergence optimale des réseaux de stockage et de données.

Il s’agissait aussi pour lui, en montrant son intérêt pour une informatique ouverte sur le cloud, de rassurer ses clients et les analystes sur sa stratégie, alors qu’on parle de son probable retrait de la Bourse.

L’intégration de ces firmes spécialisées au cours des douze derniers mois, serait déjà, selon Dell, une réalité. Elles auraient généré plus d’un 1,5 milliard de dollars de revenus.

La virtualisation, l’ouverture et la convergence des réseaux ainsi que le stockage sont les obsessions du moment. Pas un seul responsable de Dell ne manque de rappeler les avantages évidents de la virtualisation pour la montée en charge d’applications.

Le serveur-lames le plus emblématique de la nouvelle offre est l’Active System 800, annoncé l’an passé et disponible désormais en Europe. Il reprend les châssis des systèmes prêts à l’emploi vStart.

Cette douzième génération de serveurs se destine aux datacenters de taille moyenne. Leur intérêt est de faciliter la mise en service d’applications préinstallées et virtualisées pour passer « de la palette à la production ». C’est le symbole de la convergence des réseaux, du stockage et des traitement des données.

En concurrence avec les nouvelles offres de HP et Cisco

L’ensemble va concurrencer les nouvelles offres de HP et de Cisco. Il rassemble dans un châssis en rack vStart V100, les cartes PowerEdge 6150 à base de processeur Xeon, le serveur de stockage Equalogic 6110 et le Power Aggregator, un commutateur d’origine force 10, capable d’administrer des milliers de réseaux virtuels.

L’Active System 800 a été conçu pour héberger un cloud privé et une infrastructure de postes clients virtuels. Le système se distingue surtout par son outil d’administration : Active System Manager permet de reconfigurer, en une seule fois, une série de cartes serveur et, surtout, offre dans un mode préconfiguré les différentes solutions de stockage, de réseau et d’administration des applications virtuelles.

Justin Apps, responsable des architectures informatiques de Menzies Aviation : « Si je peux avoir une seule personne pour administrer le réseau et le stockage… »

01 :Vous avez acquis les serveurs convergents Active System 800, quel intérêt présentent-ils ?

Justin Apps : La société (anglaise) pour laquelle je travaille, Menzies Aviation, est spécialisée dans la logistique du fret cargo. Ce qui implique une infrastructure informatique importante : 300 serveurs et 350 machines virtuelles. Avoir une seule personne pour administrer le réseau et le stockage en un seul point serait une simplification notoire. Je connais déjà une partie de cette offre, car nous disposons dans nos datacenters des baies Equalogics 6000 qui évitent de « provisionner » le stockage. Là, Dell va plus loin encore, avec l’administration de tâches virtualisées. Je vais voir comment cela se combine avec l’offre Microsoft System Center SP1.

01 : Qu’est-ce qui a vous a décidé de choisir le système Hyper-V de Microsoft sur les châssis Dell :

JA : C’est d’abord un problème de coûts, car vSphere de VMware fonctionne très bien. Nous l’utilisons sur une très grande partie de nos serveurs. Mais pour les nouvelles machines, vu le prix, nous allons passer àr Hyper-V. De plus, avec la dernière version de cet hyperviseur, on peut aussi « pousser » les machines virtuelles sur des environnements multiples. Pour nous qui exploitons trois sites, dont deux hébergés qui répètent nos applications à distance, ces options sont appréciables.

Marius Haas, directeur de Dell en charge de la division entreprise : « Dell réalise désormais 50 % de ses ventes en indirect »

01 : Avez-vous l’intention de continuer à effectuer des rachats ou d’évoluer vers une position d’intégrateur de logiciels, comme vous le faites déjà avec SAP et la dernière version Hana de son PGI ?

Marius Haas : Pour aider nos client à déployer leurs systèmes, nous intégrons toujours plus de logiciels et nous continuerons à étudier des rachats dans cette optique. Les entreprises veulent gagner du temps en s’évitant les difficultés d’intégration. Ils veulent exploiter l’existant sans contrainte de croissance ; c’est l’intérêt de nos systèmes convergents.

01 : Vis-à-vis des intégrateurs, des hébergeurs, du cloud et des opérateurs, comment vous positionnez-vous ?

MH : Nous réalisons désormais 50 % de nos ventes en indirect via des intégrateurs. Nous vendons des équipements pour le cloud aux hébergeurs et fournissons aussi les opérateurs qui sont parmi nos meilleurs clients. Le 4 février prochain, à Londres, j’en reçois une douzaine.

01 : Allez-vous développer des offres dans le domaine du big data ?

MH : Oui. Nous sommes leader sur Hadoop et maîtrisons donc parfaitement les calculs analytiques nécessaires au big data. Récemment encore, nous avons organisé une réunion avec une dizaine d’université qui exploitent nos solutions de hautes performances. On travaille aussi énormément sur la virtualisation avec nos partenaires VMWare, Microsoft et Citrix. C’est l’un des moyens de réduire les coûts d’exploitation, tout comme le cloud.

Dario Zamaran, directeur de la division solution et système de Dell : « La convergence des systèmes est au cœur des serveurs »

Annoncée en août dernier, l’offre de systèmes convergents, intégrant réseau, stockage et serveur de données, est enfin disponible sur les serveurs Active 800. Dell rejoint ainsi HP et Cisco. La division solution et système, consacrée aux grands comptes de Dell, se concentre sur ces offres de convergence. Dario Zamaran, recruté à l’automne dernier, a été vice-président de la branche Systems and Network Management de Cisco pendant six ans.

01 : Vous aviez déjà une gamme de serveurs en racks prêts à l’emploi. En quoi l’Active 800 diffère-t-il des précédents ?

Dario Zamaran : C’est la disponibilité des fonctions logiciels de la version 7.0 du système Net Active. C’est ce logiciel qui permet la convergence entre réseau, stockage et computing dans une seule solution d’administration. Cette version intègre les outils de Gale et autorise l’allocation de ressources de manière automatique tant du point de vue physiques que virtuelles. On gère les applications plus simplement qu’elles soient virtualisées ou non.

01 : Cette version exploite des ressources de stockage d’Equalogic. Avez-vous l’intention d’ouvrir le système à d’autres plates-formes de stockage ?

DZ : Effectivement, cette version 7.0 gère uniquement les systèmes virtualisés d’Equalogic. Dans trois mois, nous aurons une version 7.1 qui prendra en compte les produits Compelent.

01 : Vous présentez la partie supérieure de vos racks Active 800 comme une ouverture réseau administrée. Sur quels systèmes se raccordent-ils ?

DZ : Les utilisateurs pourront se servir de leurs installations habituelles tels que des switchs Cisco, ou profiter de nos plates-formes d’origine Force10. L’idée est de leur rendre le réseau transparent.