Les 10 piliers de la transformation numérique en 2024

Gouvernance

Dix chantiers de Transformation Numérique adaptés aux nouvelles réalités de 2024

Par La rédaction, publié le 05 février 2024

Expériences plus immersives, BI Next Gen, IA en partenaire du quotidien, collaboration transformée, cybersécurité, éco-responsabilité… La transformation numérique en 2024 prend de nouveaux tournants animés par l’innovation technologique.


Par Laurent Silvestri, Président du CDRT, Club des Dirigeants Réseaux et Télécoms, et co-fondateur de Dstny


Dans un environnement marqué par une reprise économique post-pandémie et des avancées technologiques, notamment l’IA, qui changent radicalement le rapport à la technologie et son fonctionnement, les entreprises en 2024 doivent redoubler d’efforts pour optimiser leurs performances opérationnelles et rester compétitives. Elles doivent non seulement améliorer leurs processus, produits et services, mais aussi répondre aux attentes évolutives des clients et des employés dans un monde de plus en plus numérisé et connecté.

En 2023, nous avons assisté à une révolution structurante, celle de l’IA. De simple application d’agent virtuel, l’IA devrait conquérir d’autres domaines dans l’entreprise, comme l’inférence pour la prise de décision opérationnelle. De fait, l’IA conditionne désormais une convergence sans précédent des technologies. Il s’agit de mettre en place des chaînes de traitement qui favorisent l’analyse extensive des données et l’inférence. Que ce soit le stockage, le cloud, les réseaux ou les applications, la pile technologique conventionnelle se restructure autour de l’analytique, ce qui devrait alimenter une ère d’innovation sans précédent.

Cette convergence crée un environnement propice à des innovations disruptives et à une accélération de la transformation numérique à travers les industries et la société. Elle influence non seulement l’évolution des technologies, mais aussi des modes de travail et d’interaction avec les machines, la définition de certains postes et les modes de travail collaboratif.

1/ L’innovation disruptive restera au cœur de la transformation

En 2024, l’accent est mis sur l’innovation disruptive dans tous les domaines. L’utilisation accrue de l’IA pour automatiser les processus, la généralisation des assistants intelligents, l’exploitation de la blockchain pour la sécurité et la transparence des transactions, et intégration de l’IoT pour des cas d’usage qui s’étendent, permettent aux entreprises d’explorer de nouveaux modes de travail et d’interaction avec les machines. Les entreprises devront inventer de nouveaux modèles commerciaux et des approches numériques systématisées pour améliorer leur efficacité opérationnelle grâce à l’IA et rester à la pointe.

2/ La collaboration multicanal sera plus immersive

L’utilisation de plateformes de collaboration intégrant IA et réalité augmentée/virtuelle facilite des interactions plus riches et productives au sein des équipes. Le télétravail évoluant vers des modèles hybrides plus sophistiqués, il implique l’intégration de technologies avancées, telles que la réalité virtuelle et augmentée pour des expériences collaboratives immersives, favorisant ainsi un meilleur équilibre travail – vie personnelle. Cette tendance, stimulée par les outils et les applications de collaboration à distance et les technologies de réalité augmentée, permettra la création d’espaces virtuels pour des réunions immersives. Outre la satisfaction de l’équilibre travail – vie personnelle, elles permettent aussi d’attirer et de retenir les talents.

3/ Une communication omnicanal enrichie

L’omnicanalité évolue avec l’intégration d’assistants virtuels avancés et d’interfaces utilisateur intuitives, offrant une expérience client plus homogène et interactive. L’intégration d’assistants virtuels avancés et d’interfaces utilisateur intuitives est une tendance clé qui devrait stimuler le marché et contribuer à l’évolution de l’omnicanalité.


À LIRE AUSSI :


4/ Importance accrue de l’EX/CX (Expérience employé et client) 

Grâce à l’analyse des données et à l’automatisation, l’expérience utilisateur devient encore plus personnalisée, avec des interfaces utilisateur adaptatives et des parcours clients enrichis par des données en temps réel et des analyses prédictives. Outre l’amélioration de la satisfaction des clients, elle permet la rétention des talents et la préservation de leur fidélité à l’entreprise.

5/ Cybersécurité renforcée pour contrer l’IA offensive

Face à l’augmentation des cybermenaces, notamment avec l’émergence de l’IA dans les cyberattaques, l’IA offensive par opposition à l’IA défensive, les entreprises doivent renforcer leur infrastructure de cybersécurité et adopter des stratégies proactives, incluant la formation continue des employés. L’utilisation de l’IA dans les cyberattaques permet aux cybercriminels de lancer des attaques plus personnalisées, donc plus insidieuses et plus efficaces. Par exemple, l’IA peut être utilisée pour générer des courriels d’hameçonnage plus convaincants ou pour créer des logiciels malveillants plus difficiles à détecter.

6/ L’analyse de données stimule une BI “next gen” 

L’analyse de données devient plus sophistiquée, avec une utilisation accrue de l’IA pour des inférences plus profondes, aidant les entreprises à prendre des décisions basées sur des données prédictives et prescriptives.
Cette tendance a des implications importantes pour les entreprises. Elles doivent non seulement déployer les technologies qui facilitent l’accès et l’analyse des données, mais s’assurer que leurs équipes acquièrent les compétences nécessaires en analyse de données et en IA. Elles devront généraliser ses formations pour les métiers, qui devront être capables de collecter, de nettoyer et d’analyser des données de manière efficace.

7/ L’IA comme partenaire stratégique

L’IA se positionne comme un outil incontournable pour augmenter la productivité, personnaliser les interactions clients et optimiser la gestion des données. Outre l’accès et l’usage de services d’IA en ligne, les entreprises devraient se lancer dans l’intégration de la pile technologique de l’IA pour développer leurs propres cas d’usage basés sur leurs données. D’ailleurs, l’augmentation exponentielle des dépenses en technologies cognitives ont bondi en 2023 et devraient rester élevées en 2024, preuve que l’intérêt est grandissant. L’IA étant une technologie qui repose sur les données, les entreprises devraient donc déployer les infrastructures, applicatives et matérielles, ad hoc pour pouvoir les stocker, les valider, et les analyser en toute sécurité. Il s’agit de proposer des données de qualité pour que les algorithmes d’IA puissent apprendre et fonctionner efficacement. Celles-ci doivent être complètes, précises et cohérentes.

8/ Durabilité et neutralité carbone dans toutes les opérations

Les entreprises sont de plus en plus conscientes des risques environnementaux liés au changement climatique, à la pollution et à d’autres problèmes écologiques. Elles devront en outre aligner leur démarche avec les pratiques de responsabilité sociale des entreprises (RSE) et les exigences futures en matière de bilan carbone. Cela leur permettra de démontrer activement leur engagement envers la durabilité et la responsabilité environnementale auprès de leurs clients. Pour ce faire, les préoccupations environnementales devront être infusées dans toutes leurs opérations, de la chaîne d’approvisionnement à la production en passant par la distribution, ainsi que la réduction des déchets et de l’impact environnemental de leurs produits tout au long de leur cycle de vie. 

9/ Interopérabilité et intégration des applications améliorées 

Avec la multiplication des plateformes, des solutions et des outils applicatifs, la pile technologique des entreprises finit par ressembler à un assemblage hétérogène de technologies silotées dans le pire des cas, ou d’un réseau complexe relié par d’innombrables connecteurs. Dans ce contexte, l’intégration et l’interopérabilité deviennent cruciales pour une efficacité opérationnelle accrue et une meilleure collaboration interne.

10/ L’IA, un nouveau périmètre juridique à défricher

L’IA est une technologie puissante qui peut avoir un impact positif ou négatif sur l’image de l’entreprise et sa notoriété. Il est important de développer et d’utiliser l’IA de manière éthique, mais pas seulement. Le procès intenté par le New York Times à OpenAI est emblématique des problèmes nouveaux, ici de droits d’auteurs, que peut soulever l’IA. Les entreprises devront ainsi être attentives aux problèmes qui peuvent être générés par l’IA, ceci en attendant que le périmètre juridique émergent des technologies d’IA générative soit progressivement défini. En attendant, les entreprises doivent prendre conscience des implications éthiques de l’IA et développer des politiques et des pratiques qui garantissent que l’IA est utilisée de manière responsable.

Ces dix piliers pour 2024 reflètent l’évolution continue des technologies et des attentes du marché, permettant aux entreprises de s’adapter et de prospérer dans un paysage commercial et technologique qui devrait connaître une accélération inédite.


À LIRE AUSSI :

À LIRE AUSSI :

Dans l'actualité