Equipant tous les smartphones de la planète avec leurs OS, Google et Apple seraient bien positionnés pour informer les Russes sur la guerre en cours selon la pétition lancée par deux grands journalistes de la presse française. Transformer les smartphones en armes de diffusion massive : une vraie fausse bonne idée ?

Le 26 février dernier Reporters Sans Frontières déplorait le fait que la population russe était « coupée du monde, du point de vue de l’information. […] On a l’impression de revenir 50 ans en arrière avec des mots interdits, comme ‘invasion’ ou ‘offensive’ », indiquait Christophe Deloire, secrétaire général de l’organisation sur Franceinfo.

Depuis, la situation ne s’est guère arrangée avec des médias interdits, fermés, muselés… Les deux derniers médias indépendants du pays, Dodj et Echo de Moscou, ont ainsi été bloqués par le gouvernement Russe cette semaine.
Et même des services de SVOD grand public encourent aujourd’hui le risque de se faire bannir à l’instar de Netflix qui refuse de participer à la propagande et ne diffuse donc pas les chaines d’état russes.

C’est dans ce contexte que Julien Dray, directeur de la rédaction de l’Engagé(e) et Laurent Joffrin, Président Fondateur de ‘Engageons-nous’, viennent de lancer une pétition qui pose question à plus d’un titre. Au nom de la liberté d’information, ils demandent en effet à Google et Apple d’utiliser leurs OS, qui équipent tous les téléphones des citoyens du monde et en particulier ceux des Russes dans le cas présent, pour « fournir à l’opinion russe les éléments factuels susceptibles d’éclairer ses choix, et qui sont cachés, pour l’heure, par le système d’information russe, aux mains d’amis du régime ».

Ils soulignent par ailleurs que « cette action d’information honnête et impartiale sur le conflit en cours est techniquement possible ».
En effet, que ce soit par les API internes de leurs systèmes Android et iOS, par leurs mécanismes de mise à jour automatique voire par leurs App Stores (même si cela reviendrait à ne pas respecter les termes contractuels qu’ils imposent aux éditeurs), Google et Apple ont la possibilité technique de diffuser des messages et notifications à tous leurs utilisateurs.

Notons au passage que les internautes n’ont pas attendu les grands groupes industriels pour agir. Ils détournent les champs de commentaires de Google Maps, des sites de partages de vidéos et des sites de e-commerce pour publier des messages à l’intention des Russes. Ils leur offrent ainsi une vision de la situation autre que celle des médias officiels russes.

Du point de vue déontologique, la démarche de cette pétition pose question. Les Russes sont-ils demandeurs de cette information ? Quel regard porteraient-il sur une information servie par « deux géants du capitalisme occidental » ? Où se situe la frontière entre liberté et ingérence ? Refuser de servir de vecteur de propagande (Netflix, Facebook, etc.) est une chose. Faire le forcing en utilisant un équipement qui n’a pas été prévu pour ça en est une autre. Posez-vous la question : aimeriez-vous que Google et Apple diffusent une notification d’alerte sur votre smartphone que vous n’avez pas demandée ?

Nous sommes de tout cœur avec les Ukrainiens mais « le zèle des amis est parfois plus néfaste que la haine des ennemis », ainsi que le disait Johann Friedrich von Schiller (poète allemand du XVIIIème siècle qui a notamment écrit l’Ode à la joie – également appelé Hymne à la joie).

À lire également :

> Ukraine : Les DSI à l’heure de la Cyber-Guerre !

> Présidentielle 2022 : le monde du numérique se mobilise doucement

> L’ANSSI évoque Kaspersky dans sa dernière communication autour de la guerre en Ukraine

> La Russie sait se déconnecter d’Internet