Antoine Gourévitch, directeur associé senior, The Boston Consulting Group Paris

 

Un grand projet informatique, de type déploie-ment d’un logiciel de CRM à grande échelle dans le cloud, requiert, comme nous l’avons vu dans de précédents articles, un certain nombre de conditions sine qua non pour connaître le succès. Mais s’il en est une particulièrement importante, c’est l’implication du DSI et des sponsors côté métiers. Ces deux parties peuvent prendre de nombreuses mesures pour optimiser les chances de succès du projet. Voici les principaux axes sur lesquels elles peuvent agir.

Tenter, quand cela est possible, de décomposer le projet en parties ou livrables plus petits plutôt que de lancer un grand projet. Il s’agit ensuite de minimiser les interdépendances entre projets pendant la phase de planification et s’accorder sur le périmètre minimum viable pour une première livraison, afin de réduire le risque d’une faisabilité problématique si le périmètre choisi au départ était trop large.
Nommer dès le début un responsable de projet de bon calibre. Pour optimiser les chances de réussite, il faut d’emblée choisir un directeur de projet ayant une expérience significative de projets de ce type et qui aura la confiance des dirigeants. Très tôt dans la vie du projet, il est important d’identifier les bons interlocuteurs et responsables.
S’assurer d’une clarification la plus exhaustive possible du périmètre du projet, des besoins métier, des bénéfices et des coûts de la part de l’équipe en charge du projet. Il est impératif d’investir le temps nécessaire dans cette étape. De fait, toute omission à ce stade, émanant d’un désir de lancer prématurément le projet, sera cause de problèmes ultérieurs, voire d’échec.
Choisir un fournisseur IT ayant déjà réalisé un grand projet de ce type et s’appliquer à établir un bon contrat. Il importe par exemple que le contrat liste les risques, donne la garantie d’une disponibilité de l’équipe du prestataire sur le projet en question. Le fournisseur s’engage à livrer les résultats cibles du projet.
Faire un suivi continu de la gestion des risques pour s’assurer d’une proactivité suffisante. Ne pas hésiter à demander à voir des plans et mesures d’identification et d’atténuation des risques. Impliquer au maximum les intervenants en les fédérant autour d’objectifs communs. Il s’agira de favoriser une culture d’ouverture et de transparence dans le projet, de sorte que les intervenants comprennent leurs rôles et  responsabilités respectifs.

Alors que toutes les entreprises sont en passe de devenir des entreprises digitales, la réussite  d’un grand projet dans les systèmes d’information constitue de plus en plus un élément différenciateur critique pour les groupes. Cette dimension est d’ailleurs désormais de plus en plus utilisée comme un indicateur de performance des dirigeants, en particulier des DSI, tant les systèmes d’information ont aujourd’hui un impact sur la totalité de la chaîne de la création de valeur dans l’entreprise.