La crise économique qui s’annonce va favoriser les consolidations de marché, les acquisitions et autres fusions d’entreprises. Des unions qui mettent les équipes opérationnelles sous haute tension. Voici, 6 recommandations à destination des DSI pour gérer les impacts de tels rapprochements…

Par Pierre Oudot, responsable France, Boomi

Sur des marchés hyper concurrentiels, certaines entreprises doivent se rapprocher pour survivre. Fusions, acquisitions…, ces opérations sont désormais courantes dans la définition des stratégies de développement des organisations.
En amont de ces « unions », les équipes opérationnelles sont souvent dans l’incapacité d’étudier la compatibilité entre les systèmes d’information respectifs ou de partager sur leurs meilleures pratiques business. Cela engendre une période de flottement dans la nouvelle entité ainsi formée et un manque d’alignement des process.

Dans ce contexte, comment limiter les impacts potentiellement préjudiciables à l’activité de l’entreprise ? Voici mes six recommandations pour une transition rapide et sans accroc.

1 – Rester concentré sur l’objectif du rapprochement.

Gardez à l’esprit l’objectif initial du rapprochement tout au long du processus d’intégration IT. Vous pourrez ainsi mieux vous focaliser sur ce qui est essentiel. Il vous sera plus aisé de hiérarchiser les priorités d’intégration aux systèmes clés tels que Finance, Stocks, CRM, e-commerce, etc. Dans cette période délicate, ayez en tête l’objectif de synergie visant à développer l’activité. Vous gagnerez du temps et économiserez de l’énergie !

2 – Priorité aux clients et aux données clients.

Qu’elle commercialise des produits ou services, la nouvelle entreprise doit continuer à les vendre dès le premier jour et sans interruption. N’essayez pas de fusionner entièrement les CRM dès le départ ! Concentrezvous plutôt sur la centralisation des données clients pour les rendre accessibles à toutes les équipes commerciales. Elles pourront ainsi visualiser l’ensemble du nouveau portfolio et pourront continuer leurs activités.

3 – Mettez en oeuvre une gouvernance des données.

Chaque organisation possède ses propres critères d’analyse de données. Après un rapprochement d’équipe ou de société, il est primordial que la nouvelle direction s’accorde sur une définition des données et des KPI qui soit commune à l’ensemble de l’organisation. De là découleront des processus unifiés d’intégration de données et de reporting. Une fois que vous aurez une vision unifiée et transversale des métriques, vous pourrez vous assurer que les données de référence sont cohérentes et de qualité (« golden records »).

4 – Fournissez la visibilité nécessaire aux parties prenantes de l’entreprise.

Pour piloter efficacement l’entreprise et faire les bons choix, le management et les équipes doivent avoir accès aux indicateurs de performance. Si vous dirigez le département IT de l’entité intégratrice, établissez, en amont du rapprochement, un mapping des indicateurs clés. Vous donnerez ainsi la visibilité dont les équipes auront besoin. Assurez l’accès à ces indicateurs par une gestion fine des rôles, l’ouverture des droits aux bonnes personnes, l’utilisation d’outils d’IA pour analyser la data, l’accès au datalake ou à un système de stockage cloud pour agréger les données.

5 – Simplifiez et améliorez l’onboarding et l’offboarding.

Le rapprochement de deux entreprises ou services implique nécessairement un processus d’onboarding, voire d’offboarding, des collaborateurs. On estime à deux jours par employé le temps nécessaire à un onboarding de qualité. Alors, anticipez ce processus en identifiant et automatisant en amont les accès aux ressources de l’entreprise de chaque collaborateur. Une démarche automatisée qui pourra être réutilisée pour chaque nouvel arrivant.

6 – Pensez à une plateforme d’intégration unifiée cloud native quand c’est possible.

Pour le cas où vous auriez besoin de déployer rapidement un nouveau SI, ou de rendre ceux existant plus opérables et efficaces, le cloud peut être un vrai allié, même temporairement. Avec une solution en mode SaaS, quasi instantanée et configurable rapidement, les équipes auront accès en quelques jours aux données essentielles de l’entreprise.

Mieux, selon que les SI existants à intégrer permettent d’envisager cette approche (ERP pas trop ancien, « boîtes noires » de données récupérables, contraintes de sécurité pas trop complexes, etc.), pensez à adopter une plateforme d’intégration unifiée de nouvelle génération, en approche « low-code », nécessitant peu/pas de développements. Ses bénéfices sont multiples : vos développeurs pourront enrichir plus rapidement l’environnement IT, sans passer du temps à écrire du code complexe ; vous connecterez très facilement les applications et sources de données existantes, et les métiers auront une vision unifiée et un accès fluidifié aux données ; enfin vous pourrez dans un deuxième temps rationaliser les applications existantes et en déployer de nouvelles.

Le rapprochement d’équipes est une chance pour créer et développer de nouvelles synergies ! Encore faut-il assurer rapidité, agilité et convergence des compétences, et permettre aux équipes IT de collaborer efficacement pour assembler la future colonne vertébrale. C’est la clé pour assurer une véritable gouvernance centralisée et efficace.