Cette technologie offre jusqu’à 50 MBits/s en téléchargement sur les lignes téléphoniques longues de moins de 1 km. Elle doit être déployée d’ici la fin 2013.

Une technologie d’accès très haut débit (jusqu’à 50 Mbits/s) va se faire une place aux côtés de la fibre optique. Sollicité à la demande de l’Arcep, un comité d’experts cuivre, a rendu un avis favorable, sous conditions, concernant l’introduction du VDSL2 sur les lignes téléphoniques en cuivre de France Télécom.

Le comité d’experts a limité la validation de cette technologie à deux cas de figure : aux lignes installées après 2005 et aux lignes installées antérieurement et reliant l’abonné, sans passer par un sous-répartiteur intermédiaire.

Cette technologie augmente le débit maximal théorique (jusqu’à 100 MBits/s) en téléchargement par rapport à l’ADSL. Toutefois, elle comporte des contraintes physiques inhérentes (fréquences élevées et cohabitation avec les autres câbles, mauvais état du réseau).

« Le gain de performance du VDSL2 se limite aux lignes de longueur inférieure à 1 km,  le débit réel maximum devant se situer autour de 50 Mbit/s (débit descendant) pour les lignes les plus courtes » estiment les experts.

16 % des lignes téléphoniques potentiellement concernées

Une phase de « pré-généralisation » du VDSL2 est lancée sur deux départements, la Dordogne et la Gironde. Cette opération permettra aux opérateurs tiers de tester les offres de gros que France Télécom devra mettre au point parallèlement.

Dès la publication de ces nouvelles offres, les opérateurs auront trois mois pour préparer le lancement du VDSL2 sur le reste du territoire, au cours de l’automne 2013.

La disponibilité commerciale des offres VDSL2 dépendra ensuite de la stratégie de chaque opérateur. Ceux-ci devront faire évoluer leurs équipements déjà installés et à installer dans les locaux techniques de France Télécom (comme pour l’ADSL).

Côté clients, les dernières générations de plusieurs box ADSL du marché (Revolution de Free, Livebox Play d’Orange, etc…) ont un modem VDSL 2 compatible avec ces futurs services à haut débit.

Les habitations concernées par les gains de performances du VDSL 2 représenteraient environ 16% des lignes (environ 5 millions).