Tout le monde sait combien il est difficile de taper sur les claviers virtuels des smartphones et tablettes. Et pour cause : ils reprennent la disposition Azerty, prévue pour taper avec les dix doigts. Inconcevable sur un smartphone, où ce sont les pouces qui sont sollicités.

Une équipe de chercheurs européens et américains a mis au point Kalq, un clavier avec des touches disposées différemment. Toutes les voyelles, sauf le Y, sont regroupées à droite. La partie gauche comporte plus de touches, et le milieu est vide et fait office de barre d’espace. Résultat, après deux semaines d’entraînement, les utilisateurs tapent 30% plus rapidement.