L’ITW Global Leaders’ Forum publie une lettre ouverte pour réclamer que la désignation juridique de « services essentiels » soit reproduite dans tous les pays et à tous les niveaux de décision.

Depuis les débuts de la crise pandémique et le confinement d’une petite moitié de l’humanité, les réseaux et infrastructures informatiques ont vu leur trafic augmenter de manière inédite. La pression causée par l’usage intensif des VPN et des outils de communication mais également des contenus vidéos et des jeux en ligne atteint des sommets qui n’avaient pas toujours été anticipés.

Pour l’association des grands fournisseurs d’infrastructure, l’ITW Global Leader’s Forum, qui regroupe les fournisseurs internationaux d’infrastructures TIC, « La crise actuelle liée à la pandémie COVID-19 et touchant le monde entier a démontré l’importance critique des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), des infrastructures, des applications, du cloud et des réseaux. Le fonctionnement en continu de ces infrastructures permet aux entreprises de continuer leur activité grâce au télétravail, aux écoliers, collégiens, lycéens et étudiants de continuer à apprendre durant le confinement, et aux familles de rester en contact malgré les interdictions de déplacement. ».

Dès lors le forum demande aux gouvernements de reconnaître les infrastructures TIC et les prestations de services associées comme des « services essentiels », ce qui est déjà en partie le cas en France. « Dans les pays où c’est le cas, nous constatons des avantages opérationnels clairs qui permettent la continuité du service tout en maintenant la sécurité pour nos collègues. Nous recommandons que la désignation de « service essentiel » soit reproduite dans tous les pays et à tous les niveaux de décision », écrivent-ils dans une lettre ouverte.

Les membres de l’ITW Global Leaders’ Forum s’engagent à travailler ensemble comme une « entreprise unique » fournissant des services numériques critiques afin de garantir que « le monde restera connecté » à tout moment, pour tous les services.

Ils s’engagent ainsi à :

* « Partager nos bonnes pratiques entre fournisseurs d’infrastructures TIC afin d’assurer l’interopérabilité mondiale »

* « Soutenir de manière proactive les gouvernements, l’Union des Télécommunications Internationales (ITU), et les associations internationales qui cherchent à garantir la résilience permanente des infrastructures de communication au fur et à mesure que la demande augmente »

* « Partager nos ressources opérationnelles dans le but de faciliter la continuité de service »

* « Coordonner et déployer de la capacité supplémentaire pour répondre aux besoins des différents pays ».

Pour rappel, l’ITW GLF regroupe des acteurs comme GTT Communications, Colt, Orange, Vodafone, Verizon, AT&T, NTT, Sprint, T-Mobile, Tata Communications, HGC, etc.

« En ces temps difficiles pour la population mondiale, la mission de notre secteur n’a jamais été aussi claire – nous assurons un engagement total et continu envers tous les usagers de la connectivité afin de faire tout ce qu’il faut pour maintenir notre monde connecté » concluent-ils.