Premier employeur de Côte-d’Or et second employeur de la région Bourgogne, le CHU de Dijon vient d’étendre la virtualisation (SDN) de sa dorsale réseau à ses nouvelles bornes Wi-Fi 6 afin de gagner en liberté, en sécurité et en efficacité opérationnelle.

Au cours de ces dernières années, les équipements biomédicaux ont fortement évolué dans les hôpitaux. Légers et mobiles, ils se déplacent de chambre en chambre, au plus près des patients, et font transiter des données sensibles et de l’imagerie médicale sur le réseau. Certains sont même vitaux pour la santé du patient et ne souffrent d’aucune rupture dans la transmission des informations.

C’est pour répondre à ces nouveaux usages, mais aussi à l’essor des services multimédias dans les chambres des patients ou les salles d’attente, que le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Dijon a fait évoluer son réseau Wi-Fi, renforçant à la fois la densité des bornes, le débit et la sécurité des échanges. « Tout le corps médical utilise aujourd’hui des équipements Wi-Fi et la mobilité est devenue essentielle au bon fonctionnement de l’hôpital, confirme Guillaume Michéa, responsable réseau et communication au Centre Hospitalier Universitaire de Dijon. Dès 2015, nous avons pris un tournant en nous orientant vers un réseau multi-service entièrement automatisé et hautement disponible, en appui sur les solutions d’Extreme Networks. Ce nouveau projet s’inscrit dans la continuité de notre démarche qui consiste à densifier notre réseau Wi-Fi tout en simplifiant la gestion du réseau afin de pouvoir déployer de nouveaux services rapidement, en tous lieux de l’hôpital, avec un minimum d’intervention humaine ».

Pour mener à bien son projet, le CHU s’est tout naturellement tourné vers son fournisseur réseau historique pour des raisons clairement identifiées. « Nous voulions exploiter la technologie Fabric jusqu’aux points d’accès Wi-Fi de façon à pouvoir provisionner automatiquement et étendre de manière élastique des services réseau uniques jusqu’à la périphérie, selon les besoins », explique Guillaume Michéa.

900 BORNES EN WI-FI 6

GUILLAUME MICHÉA du CHU de Dijon, responsable réseau SDN et Wi-Fi

Guillaume Michéa,
responsable réseau et communication au Centre Hospitalier Universitaire de Dijon
« Grâce à l’automatisation, nous avons acquis une liberté que nous comptons bien mettre à profit pour innover et faire progresser les soins de santé à destination des patients »

Dans un premier temps, afin de gagner en débit et réduire ses coûts de gestion, le CHU de Dijon a remplacé ses 900 bornes existantes Wi-Fi 5 (IEEE 802.11ac) par des bornes de nouvelle génération Wi-Fi 6 (IEEE 802.11ax). Offrant des connexions jusqu’à 40 % plus rapides, le Wi-Fi 6 présente aussi l’avantage de mieux gérer les connexions en simultané, d’offrir une meilleure portée et de mieux traverser les obstacles, soit autant de critères particulièrement utiles dans un lieu aussi cloisonné qu’un hôpital où personnel administratif et soignant, patients, visiteurs et prestataires se partagent la bande passante.

En appui sur la gamme des solutions Extreme Networks – ExtremeSwitching, Extreme Management Center, Extreme Wireless, Extreme Automated Campus Solution F, Extreme Fabric Manager, Extreme Fabric Connect, Extreme Analytics, Extreme Eléments et Extreme Control -, le CHU a ensuite étendu le provisionnement automatique des services réseaux jusqu’à ses points d’accès Wi-Fi, automatisant au passage de nombreuses opérations.

« Nous ne déployons pas forcément beaucoup de nouveaux services tous les jours, mais le besoin, en revanche, évolue en permanence, précise Guillaume Michéa. Un scanner qui change de service, une demande d’offre triple-play d’un nouveau patient… Avant, nous devions intervenir manuellement à chaque évolution, reconfigurer chaque port de switch individuellement et re-paramétrer le réseau quand on ajoutait de nouveaux services. C’était forcément très chronophage avec le risque à chaque fois d’oublier quelque chose, de commettre une erreur et finalement de créer une brèche de sécurité. Avec Extreme Networks, la gestion du réseau est intégralement automatisée à partir des règles que nous avons définies pour chaque type d’équipement et profil d’utilisateur. Résultat, nous sommes non seulement plus réactifs sur le déploiement de nouveaux services, mais également mieux protégés, d’autant que nous avons ajouté des outils comme Extreme AirDefense sur les antennes pour détecter et prévenir les intrusions sur le réseau sans-fil. »

JUSQU’À 80 % DE TEMPS GAGNÉ EN MCO

CHU de Dijon en Chiffres : Du SDN et du Wi-Fi 6Plus agile, le CHU a aussi gagné en simplicité opérationnelle : aujourd’hui, l’équipe en charge du réseau consacre moins d’une demi-journée par semaine au maintien de la couverture Wi-Fi en conditions optimales, contre deux à trois jours auparavant. Mettant à profit le temps économisé, l’équipe de Guillaume Michéa peut désormais répondre à des besoins technologiques de plus haut niveau en vue d’offrir de meilleurs services aux patients. « Notre établissement est le centre médical névralgique de la région, rappelle-t-il. Grâce à l’automatisation ‒ qui sécurise tout en nous offrant une visibilité et un contrôle que nous n’avions pas auparavant ‒ nous pouvons déployer un nouveau parcours patient avec un minimum d’effort parce que nos règles de gestion s’appliqueront automatiquement à tous les services utilisés dans le cadre de ce parcours ».

De la même façon, le CHU peut aujourd’hui accueillir ses prestataires de la GTB (Gestion Technique de Bâtiment) et de la GTC (Gestion Technique Centralisée) beaucoup plus facilement sur son réseau. « Avec la configuration automatisée en quasi-temps réel, nous avons gagné en élasticité, mais aussi en capacité à isoler les services. Typiquement, nos réfrigérateurs sont désormais gérés à distance par le prestataire via notre réseau multi-service. Dit autrement, nous sommes devenus des opérateurs de services réseau pour nos prestataires externes, posture que nous n’aurions pas pu assumer sans la gestion automatisée du réseau », souligne Guillaume Michéa. Et de conclure : « Avant, à chaque évolution, nous hésitions de peur de casser le réseau. Aujourd’hui, le réseau n’est plus un frein à l’évolution de nos services. Nous avons acquis une liberté que nous comptons bien mettre à profit pour innover et faire progresser les soins de santé à destination des patients. »

 

L’ENTREPRISE

ACTIVITÉ : CHU
EFFECTIF : 7  500+ agents
PATIENTS : 190  000+


À lire également :

La Covap automatise une plateforme logistique

Un groupement hospitalier numérise sa relation patient

Atonservix, un chatbot chez les irréductibles Gaulois

Lactalis remplace ses 80 datacenters par un cloud privé

LNA Santé soigne la satisfaction de ses utilisateurs

La Cnam sécurise le télétravail