Secu

Le FIC récompense 5 startups de la cybersécurité Française et Européenne

Par Thierry Derouet, publié le 07 mars 2023

À l’occasion de sa quinzième édition, le Forum International de la cybersécurité – qui se déroulera les 5, 6 et 7 avril à Lille autour du thème « In Cloud we trust? » – a remis avec un peu d’avance à cinq startups le Prix de la startup FIC. Des jeunes pousses à suivre de très près.

C’est au terme de l’étude de 81 candidatures — dont 30 % étaient européennes — et les 2/3 nouvelles, qu’un jury (voir encadré) réuni au Campus Cyber a convié le premier février 2023, 12 startups européennes (Anozr way, Astran, bfore.ai, Computable Facts, Cybi, Cysec, Defants, Dust Mobile, Filigran, Malizen, Onekey et Sarus) à « pitcher » pendant 30 minutes leur projet. Et d’en récompenser 5 !

Dans un communiqué, Guillaume Tissier, le directeur du FIC, a tenu à saluer que pour « la 2e année consécutive, nous avons reçu des dossiers en provenance de toute l’Europe (12 pays, dont l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique, le Royaume-Uni, la Suisse ou encore l’Estonie). D’ailleurs, pour la première fois, le jury a décidé de récompenser une startup d’origine allemande : OneKey, Prix OT 2023 ».

Des thématiques d’actualité pour le Prix de la Startup FIC 2023

L’étude des candidatures a permis cette année de mettre en lumière plusieurs thèmes comme la sécurisation des données lors du passage au full cloud, la gouvernance et l’audit du SI, la détection et la réponse sur incident ou encore la confiance numérique.


À LIRE AUSSI :


Un cinquième baromètre à l’écoute des startups

Conviés, les cinq lauréats (voir la liste ci-dessous) ont commenté le cinquième baromètre de l’innovation que le FIC a réalisé où il ressort que les startups de la filière cyber indiquent connaitre plusieurs freins pour accélérer leurs développements, dont les deux principaux sont :
– pour 60 %, la lenteur des cycles de vente ;
– pour 30 %, le manque de ressources humaines.

Et en parallèle d’indiquer les marchés vers lesquels ils se tournent en priorité :
– pour 99 % l’Europe ;
– pour plus de 50 % l’Amérique du Nord.

Si l’Europe est un marché naturel, Jan Wendenburg, le CEO d’OneKey a tenu à rappeler qu’il fallait ne pas oublier les particularismes locaux comme l’appétence pour les détails et la précision en Allemagne ou encore la nécessité de parler français et de commencer par Paris quand on envisage de se développer en France.

Farah Rigal, directrice adjointe des Services Globaux de Cyber Sécurité chez Atos et présidente du jury FIC 2023 s’est dite « impressionnée par la maturité des startups, lesquelles connaissent les eccueils qu’elles doivent éviter ».

Pour le général d’armée (2 S) Marc Watin-Augouard et membre du comité de direction du FIC : « Il ne peut y avoir de transformation digitale sans prise en considération de la cybersécurité ».

Pour le général d’armée (2 S) Marc Watin-Augouard et membre du comité de direction du FIC :
« Il ne peut y avoir de transformation digitale sans prise en considération de la cybersécurité ».

Un marché européen encore à développer

Florent Kirchner, coordinateur national de la stratégie d’accélération Cybersécurité, a tenu à indiquer que les objectifs initiaux de France 2030, comme voir émerger plusieurs licornes françaises dans le domaine de la cybersécurité, devaient être tenus. Tout en rappelant l’importance de structurer, en région, des campus cyber et d’impulser également en région, la formation pour alimenter les besoins en compétences de ce domaine.

Tiphaine Leduc, coordinatrice de la filière cybersécurité pour Bretagne Développement Innovation (BDI) a continué de souligner l’importance de la dimension régionale qui est « une bonne réponse pour établir une relation de confiance, laquelle en matière cyber nécessite du temps » tout comme pour « former et diversifier ». Et d’insister sur le fait « qu’il n’y a pas de concurrence entre régions, le marché est européen ».

François Lavaste Partner VC & Growth Equity Cybersecurity de Tikehau Capital reconnait que s’il « faut construire une Europe de la cybersécurité », il faut aussi se réjouir de voir que d’autres fonds d’investissements s’intéressent enfin aux nouvelles pépites de la cyber : « ce n’est jamais bon d’être seul, le marché étant loin d’être saturé ». Et d’illustrer ses propos : « en 2022, 39 levées de fonds pour soutenir des projets cybers ont été effectuées contre 14 en 2021 avec des tours de table qui dorénavant sont loin d’être négligeables (13 millions d’euros en Europe vs 22 aux États-Unis). »

Cette nouvelle édition du FIC est à l’image de ces discussions, riches et prometteuses, l’endroit où il faut dorénavant aller à la rencontrer des nouvelles pépites de la cybersécurité française et européenne ! Rendez vous donc début avril…

À LIRE AUSSI :


5 lauréats récompensés par le jury du FIC 2023

Le Prix de la startup FIC a pour objectif d’encourager l’innovation et l’entrepreneuriat dans le secteur de la cybersécurité. Elle distingue chaque année une ou plusieurs entreprises innovantes dans le domaine dont voici le palmarès pour cette nouvelle édition.

Anozr Way : Prix de la startup FIC 2023

Anozr Way est une startup éditrice de logiciels spécialisée dans la protection des personnes face aux risques cyber. La plateforme logicielle ANOZR WAY est présentée comme offrant “une gestion complète des vulnérabilités humaines, de l’évaluation des risques à la remédiation. Basées sur une technologie 100 % propriétaire et conforme RGPD, les solutions fonctionnent en autonomie ou facilement intégrables par API à d’autres solutions cyber.” 

Dust Mobile, lauréat du Prix du Jury FIC 2023

Dust Mobile est un opérateur de cyberdéfense, se présentant comme “leader de la protection et de la résilience des communications mobiles sensibles au service des acteurs publics et privés”.

Astran, lauréat du Prix Coup de cœur du Jury FIC 2023 (ex aequo)

Astran est éditeur d’une solution de stockage zero trust dans le cloud. La mission d’Astran est “de permettre aux entreprises de ne plus avoir à choisir entre adoption du cloud et confidentialité des données. La solution Astran S5 introduit une technologie brevetée de fragmentation des données (Secret Sharing) pour garantir la confidentialité, la sécurité et la conformité des données stockées, tout en évitant la lourdeur des clefs de chiffrement.”

Filigran, lauréat du Prix Coup de cœur du Jury FIC 2023 (ex aequo)

Filigran indique développer principalement deux plateformes : “une solution d’analyse des cybermenaces (OpenCTI) et un outil d’industrialisation et d’automatisation des exercices de crise et de simulations d’attaques informatiques (OpenEx)”. Une troisième plateforme est en préparation.

OneKey, lauréat du Prix OT

OneKey indique “analyser de manière autonome les micrologiciels pour détecter les vulnérabilités de sécurité critiques et les violations de conformité en quelques minutes, le tout sans code source, sans accès à l’appareil ou au réseau”. Avec pour bénéfice annoncé de réduire “considérablement les efforts et le temps nécessaires pour remédier aux problèmes de sécurité.”


COMPOSITION DU JURY DU PRIX DE LA STARTUP FIC 2023 

Constitué d’utilisateurs finaux, de fonds d’investissement, de représentants de l’ANSSI et des ministères de l’Intérieur et des Forces armées, le jury de la startup FIC 2023 est composé de représentants de l’écosystème français de la cybersécurité.

Farah RIGAL, Présidente du jury, Vice-présidente, Cheffe adjointe des services mondiaux de cybersécurité, ATOS
Olivier ALLEMAND, RSSI, EDF
– Jean-Michel ANDRÉ, CIO/Vice-président des systèmes d’information, Groupe SEB
Bertrand BLOND, Directeur des systèmes d’information Cyber, Ministère des Armées
Général Marc BOGET, Commandant de la gendarmerie dans le cyberespace, Gendarmerie nationale
Alain BOUILLÉ, Délégué Général, CESIN
Bernard CARDEBAT, Directeur Cybersécurité, ENEDIS
Vice-amiral Arnaud (2S) COUSTILLIÈRE, Président, Pôle d’Excellence Cyber
Gil DELILLE, Conseiller senior en matière de cybersécurité et de risques informatiques, GROUPE CRÉDIT AGRICOLE
Julien DREANO, RSSI Groupe, FRAMATOME
Yseult GARNIER, Responsable département cybersécurité industrielle, SNCF
Olivier GUÉRIN, Chef adjoint du bureau technologies & innovation, ANSSI
Sabri KHEMISSA, Manager de la cybersécurité OT, IMERYS
François LAVASTE, Directeur exécutif TIKEHAU CAPITAL et vice-président d’ECSO
William LECAT, Directeur d’investissements, CYBER IMPACT VENTURES
Thierry MANCIOT, Responsable de la cybersécurité numérique pour les affaires industrielles, SANOFI
Marine MARTIN, Responsable du CERT, AG2R LA MONDIALE
Aurélie MICHAUD, Head of CISO Office, EUROCLEAR
Laurence THOMAZEAU, Vice-présidente du groupe, RSSI/DPO, AIR LIQUIDE

Dans l'actualité