A partir des données de trafic collectées anonymement auprès de plus de 270 opérateurs dans le monde, l’éditeur de sécurité Arbor Networks remonte une recrudescence des attaques par déni de service (DDoS). Elles auraient en moyenne augmenté de 50 % en un an. Ces attaques durent, en revanche, moins longtemps qu’avant. Moins d’une heure pour 86 % d’entre elles.

Selon Jeff Wilson, analyste sécurité chez Infonetics Research, la recrudescence de ce type de menace s’expliquerait par la facilité d’accès des bots ou botnets, disponibles en location, et des outils d’attaque distribués. Les attaques DDoS sont utilisées pour des raisons politiques ou mercantiles par le crime organisé, des groupes de hackers voire des Etats eux-mêmes. Elles relèvent aussi parfois de simples actes de malveillance sans véritable motif.