Selon l’institut Ponemon, qui vient de finaliser une enquête pour le compte de l’éditeur Symantec, le coût lié à la violation des données s’élèverait pour les entreprises françaises à 2,86 millions par incident. Soit 11 % plus cher que l’année précédente. Le coût moyen par donnée s’établirait, lui, à 127 euros en 2012, soir une augmentation de 4,1 % par rapport à 2011.

Qu’elle soit le fait d’employés ou de sous-traitants, la négligence humaine représenterait le principal facteur de risque dans la violation des données (31 % des cas), suivie des erreurs systèmes (27 %). Enfin, les coûts relevant des pertes d’activité ou de contrats sont en forte augmentation, passant de 0,78 million d’euros en 2011 à 1,19 million en 2012.