La France se révèle mauvaise élève en matière de détection des tentatives de phishing. C’est ce que montre une étude menée par l’entreprise de sécurité McAfee.

D’après l’éditeur de l’antivirus éponyme, une infime partie des employés de bureau français (8 %) auraient identifié correctement tous les e-mails – légitimes et suspects – d’un quizz qui leur a été soumis.

Près de 80 % des personnes interrogées se sont trompées au moins une fois sur l’authenticité des e-mails de phishing présentés.

Dans la majorité des entreprises interrogées en France, le département des ressources humaines serait le plus vulnérable : seulement 60 % des attaques y ont été détectées, contre 66 % en moyenne, à l’échelle mondiale. Et pour l’ensemble des Français sondés, au moins une attaque par « hameçonnage » a réussi à percer les mailles du filet.

Un constat rassurant toutefois : les étudiants et les départements de R&D sont plus habiles pour détecter les attaques avec respectivement 73 % et 71 % de réussite.