Antoine Gourévitch Directeur associé senior, The Boston Consulting Group Paris  

Avec la montée en puissance du digital, les profils experts en logiciels, autrefois réservés aux entreprises technologiques, font cruellement défaut dans les entreprises traditionnelles. Si ces dernières ne parviennent pas à attirer et à retenir ces profils, elles risquent de prendre du retard en matière de savoir-faire technologiques et de développement produits.

Aux États-Unis, 35 000 postes d’ingénieurs logiciels ne sont pas pourvus et la demande devrait croître de plus de 20 % par an jusqu’en 2022. Deux domaines font face à une pénurie de talents particulièrement importante : la sécurité et les langages informatiques.

Les ingénieurs IT sont particulièrement recherchés dans la sécurité des réseaux (pare-feu Internet et d’entreprise par exemple). La croissance rapide du cloud et de la connectivité mobile a engendré de nouvelles préoccupations en termes de sécurité informatique. Les salariés apportent de plus en plus de terminaux personnels sur leur lieu de travail. Cela nécessite de mettre en place des mécanismes de signalement et de protection des codes. Le développement agile des logiciels implique également de bien gérer les codes sources. En avril 2014, une entreprise a découvert Heartbleed , une faille du système OpenSSL, technologie utilisée par les deux-tiers des sites Internet dans le monde. Ces sites stockent des mots de passe, des dossiers personnels, des coordonnées bancaires et même des numéros de sécurité sociale. Heartbleed  montre à quel point le problème de la sécurité est vaste et les risques importants. Les codeurs sécurité sont la pierre angulaire de la sécurité des réseaux.

Les langages et les structures informatiques sont également confrontés à un manque crucial de talents. Si les compétences en SQL, HTML, C++ et C# sont en excès, les compétences en C, Objective-C, JQuery et Visual Basic font face à une réelle pénurie de talents. Plus les besoins des entreprises sont spécialisés, plus les langages et les structures varient dans leur complexité et leur fonction. Aux langages de base comme le C et Embedded C++, s’ajoutent des langages plus spécifiques comme Java et Python. D’autres langages existent depuis des décennies, comme le Fortran et le Cobol et sont toujours très largement utilisés. D’après une enquête publiée il y a deux ans aux États- Unis dans Computerworld , plus de la moitié des entreprises développent toujours de nouveaux programmes en Cobol. Le Cobol et le Fortran ont été créés avant la formation des Rolling Stones. Or, entre 30 % à 50 % des programmeurs en Cobol et Fortran aux États-Unis sont au moins quinquagénaires …

Trouver des développeurs qui travaillent couramment dans des langages nouveaux comme Apache Hadoop et Objective-C, tout en connaissant Cobol et Fortran, et en étant assez expérimentés pour pourvoir des postes séniors constitue un enjeu de taille. La plupart des programmeurs en Hadoop et Objective-C sont en effet souvent trop jeunes pour avoir acquis une expérience de management significative.

Pour effectuer les bons recrutements, les entreprises doivent cibler les profils précis dont elles ont besoin. Il est nécessaire de traduire les stratégies d’entreprise et les stratégies produits en autant de plans de ressources humaines adaptés. La stratégie produits, par exemple, définit l’architecture logicielle nécessaire pour faire entrer de nouveaux produits dans le développement global de l’entreprise. Le plan de ressources humaines constitue la feuille de route des recrutements qui doivent en résulter. Objectif  : faire venir les bons talents aux bons endroits. Et les garder. La prochaine chronique vous proposera des pistes pour recruter les talents IT et les retenir dans l’entreprise.