À l’instar de Windows 10, l’OS professionnel sera désormais mis à jour deux fois par an (au printemps et à l’automne), une manière pour Microsoft d’homogénéiser ses cycles de développement. Les entreprises bénéficieront plus rapidement des dernières fonctionnalités de la maison et d’un support d’une durée de 18 mois à chaque nouvelle mouture. Celles qui craignent un impact potentiel sur leur production auront la possibilité de ne réaliser qu’une mise à jour sur deux.

Cette nouvelle cadence ne concerne toutefois que les versions Standard et Datacenter couvertes par le programme Software Assurance, et les utilisateurs d’images Windows Server sur cloud (Azure ou cloud tiers). En parallèle, la firme de Redmond met en lumière la nouvelle mouture de Nano Server, dont la taille a été réduite de moitié pour accélérer le démarrage et augmenter la capacité des conteneurs.