Oracle affiche des revenus et un bénéficie en baisse pour le 1er trimestre de son exercice décalé, clos au 31 août. Sur la période, son chiffre d’affaires s’établit ainsi à 8,45 Md$, alors qu’il était de 8,6 Md$ un an plus tôt. Son bénéfice net est passé de 2,18 Md$, sur les trois mêmes mois de 2014, à 1,75 Md$.

Seule satisfaction : Oracle a vu le chiffre d’affaires de son segment logiciels cloud et services grimper de 34 %, atteignant 451 M$. Paradoxalement, c’est aussi au cloud qu’Oracle doit son déclin, puisque les solutions virtuelles de ses concurrents gagnent du terrain face à ses logiciels traditionnels. Les investisseurs n’ont cependant pas sanctionné Oracle, le cours de l’entreprise ayant provisoirement baissé avant de se reprendre et de gagner près de 1 %.