Google, Facebook ou Paypal… les géants du Web peuvent s’appuyer sur une large communauté de développeurs ou de hackers pour éprouver la vulnérabilité de leurs services et identifier les failles de sécurité. Start up américaine qui vient de lever 1,5 million de dollars, Synack applique ce modèle pour les entreprises lambda. Elle propose de faire tester leurs applications et leurs infrastructures dans des environnements virtuels sécurisés par des experts du monde entier recrutés par ses soins et soumis à une obligation de confidentialité. Seul hic, révélé par le site TechCrunch, les fondateurs de Synack sont des anciens de la National Security Agency (NSA). Pas une très bonne carte de visite après l’affaire Prism.