Le sujet des données est devenu central dans toutes les entreprises. Pourtant, rares sont celles qui savent vraiment de quoi il en retourne vraiment. C’est ce qui se dégage d’une étude menée conjointement par Iron Mountain et PwC auprès de 1 800 moyennes et grandes entreprises, en Amérique du Nord et en Europe.

Le premier constat est une double ignorance. Ignorance d’ordre technique d’abord, s’expliquant par la nécessité d’un temps d’adaptation pour apprendre à optimiser l’usage des données. Pour l’instant, 28 % des dirigeants considèrent que leur entreprise ne sait pas comment circulent les informations au sein de la structure ni où elles seraient le plus utile. Ils sont encore 20 % à aboutir à la même conclusion concernant la vulnérabilité des informations. Pis, 1 dirigeant sur 5 pense que son entreprise ne sait pas quelles informations elle détient.

Ignorer son ignorance

Ensuite, et c’est peut-être le plus inquiétant, la plupart des entreprises ne réalisent pas leur ignorance. En effet, une grande majorité d’entre elles (75 % aux États-Unis et 67 % en Europe) estiment qu’elles valorisent bien leurs données. Or, selon PwC et Iron Mountain, seulement 4 % y parviennent réellement.

Autre élément important de cette étude : le manque de compétence pour valoriser les données collectées. Car si 36 % des entreprises interrogées déplorent le manque d’outils et de compétences nécessaires à l’extraction de la valeur des données, un quart d’entre elles n’ont pas d’analystes de données parmi leur personnel. À en croire cette étude, c’est notamment sur le plan humain que la valeur des données peut être améliorée. Tant par la formation que par le recrutement.