La famille des moteurs de recherche français accueille un nouveau venu : Xaphir. S’il faut bien admettre qu’avec Qwant (qui a récemment levé 18 M€), ils ne sont pour l’instant que deux, il s’agit tout de même d’un signe très positif pour ce secteur dont l’histoire est jonchée d’échecs et de morts prématurées.

En dehors d’une volonté affichée de respecter la vie privée des utilisateurs, les deux moteurs n’ont pas grand-chose en commun. Alors que Qwant était accusé de trop ressembler aux géants du domaine, Xaphir a misé sur le décalage, la rupture même, selon les mots de la direction de Xilopix, la société à l’origine du projet. Développé pendant huit ans au sein du technopole lorrain LORnTECH, Xaphir s’appuie sur une technologie tactile intuitive incluant aussi bien les contenus visuels que textuels et permettant de trier les résultats à chaque occurrence ajoutée. Cette approche novatrice a un objectif : entamer les 90 % de parts de marché de Google dans l’Hexagone.