La Deeptech attire les investisseurs. Voici comment et pourquoi...

Newtech

La Deeptech, une classe d’actifs devenue incontournable

Par La rédaction, publié le 01 février 2024

Informatique quantique, biologie de synthèse, nanotechnologies…  Risquée mais prometteuse, la Deeptech attire de plus en plus l’attention des investisseurs tout en espérant relever les défis majeurs de notre temps, du changement climatique à la santé…


Par Antoine Gourévitch, Directeur associé senior, BCG


En cinq ans, la Deeptech s’est imposée dans le portefeuille des investisseurs. Depuis 2019, ces technologies du futur représentent 20% du total du capital risque contre 10% il y a une décennie, mobilisant ainsi 265 Md$ entre 2021 et 2022.

Tout aussi significatif, le montant de bien des tours de table atteint désormais la barre des 100 M$ et les levées de fonds de l’ordre du milliard de dollars ne sont plus une exception.

Difficile aujourd’hui d’ignorer ces innovations de rupture issues de la recherche scientifique qui portent les solutions aux grands défis de notre temps que sont le changement climatique, la santé ou encore la pénurie alimentaire. D’ailleurs, la Deeptech sort des laboratoires et se fait connaître par des applications réussies comme le vaccin ARN messager.
Le rythme de ses réalisations s’accélère. De nombreuses start-up se développent rapidement dans les domaines émergents de la biologie de synthèse, de l’informatique quantique, des matériaux avancés ou encore des nanotechnologies.

Longtemps considérés comme trop risqués et peu profitables, ces investissements affichent désormais un rendement quasiment identique à celui réalisé dans la tech traditionnelle. Le marché encore naissant et peu compétitif reste accessible aux nouveaux entrants. Nous sommes donc à un moment clé pour les investisseurs désireux de capter ces opportunités d’avenir.

Pour autant, la Deeptech n’en demeure pas moins un investissement exigeant. Souvent éloignées de ce qui existe sur le marché, ces technologies émergentes nécessitent de longs et coûteux développements pour des modèles économiques parfois fragiles. Entre l’amorçage et la série D, ces investissements prennent, à chaque étape, 25 à 40 % plus de temps pour atteindre la maturité par rapport aux autres investissements technologiques.

Se positionner sur cette classe d’actifs demande de la patience, de la technicité et une certaine appétence au risque. Pour entrer dans le jeu, il est essentiel de comprendre le fonctionnement de la Deeptech, de connaître ses différentes technologies, ses cas d’usage et son écosystème.


À LIRE AUSSI :

Le formidable potentiel de ces start-up repose sur leur capacité à développer des solutions aux grands enjeux de durabilité de notre temps. Si le risque reste élevé, investir dans des technologies de rupture capables de répondre aux défis climatiques, démographiques et économiques promet donc, à terme, de substantiels gains. Ces innovations joueront ainsi un rôle décisif dans la transition écologique. Selon les experts, 75 % de la réduction attendue des émissions de carbone dépend de technologies comme la fusion nucléaire, les batteries solides ou l’hydrogène. D’autres comme l’IA, les biocapteurs ou les nanotechnologies offrent des réponses aux problématiques du vieillissement de la population en matière de santé et d’organisation du travail.
Les technologies quantiques, quant à elles, contribueront à résoudre les enjeux posés par la pénurie de semi-conducteurs, le stockage des données – dont le nombre croît de manière exponentielle – et par la cybersécurité.

C’est autour de ces grands champs d’application que se concentrent les investissements. Près de la moitié des fonds levés dans la Deeptech ciblent la mobilité, la logistique et les plateformes digitales. Pour se positionner sur ce marché complexe, il est indispensable de disposer d’une double grille de lecture qui combinent deux dimensions : les cas d’usage d’une part et les technologies d’autre part.

Car un investisseur doit se poser une série de questions avant de définir sa stratégie. Quelles problématiques souhaitons-nous résoudre ? Quelles sont les technologies de la Deeptech permettant de développer des solutions ? Cette vision est essentielle pour pouvoir prioriser ses actions, approfondir son expertise, mesurer les risques et les ressources nécessaires, évaluer la maturité technologique et commencer à sélectionner d’éventuelles cibles d’investissement.


À LIRE AUSSI :

À LIRE AUSSI :

Dans l'actualité