La chaîne de valeur se définit par les processus mis en œuvre de la conception au service après-vente d’un produit. Pour le manager agile, il s’agit d’une véritable quête qui le place au centre des processus métier.

Par Thierry Cartalas, Associé, TNP Consultants
et Cédric Chen Kuang Piao, Manager, TNP Consultants

Nous avons vu dans notre précédent article l’importance du rôle du manager agile, en particulier en ses qualités de leader d’équipe. En effet, libéré du micro-pilotage traditionnel, celui-ci peut se focaliser sur du coaching, de la coordination avec les autres équipes et sur la priorisation de son périmètre en fonction des difficultés techniques rencontrées et des options de simplification négociées avec le métier.

Il est temps maintenant d’aborder la question de sa responsabilité au niveau Epic (« Épopée ») ou Produit dans la digitalisation de la chaîne de valeur et des processus métier.

Qu’est-ce qu’un chaîne de valeur Agile ?

Dans la démarche agile, la composante clé de réussite d’un projet est la valeur utile ou MVP (Minimum Viable Product). Celle-ci se distribue tout au long du processus métier sous forme d’une chaîne de valeur dynamique qui réagit aux sollicitations des utilisateurs/clients.
Elle induit une relivraison continue du processus métier pour améliorer l’expérience client.

Notre retour d’expérience montre qu’une chaîne de valeur doit être caractérisée par trois fondamentaux : l’orientation produit, la simplicité client et la traçabilité des comportements.

Si on prend l’exemple du prêt bancaire, cette chaîne de valeur comprendra plusieurs étapes de la souscription client à la mise à disposition des fonds, qu’il convient de développer de manière autonome, simple, avec la production de données permettant son amélioration continue.

Les Trois fondamentaux

L’une de nos convictions fortes porte sur le fait que les processus métier doivent se construire autour de produits autonomes simples d’usage, et non l’inverse comme on le voit fréquemment dans le cas des progiciels qui ont été adaptés et non adoptés par les utilisateurs.

L’orientation produit est une transformation culturelle majeure que le manager agile doit porter auprès des utilisateurs et défendre aux plus hauts niveaux de l’entreprise.

Une chaîne de valeur agile se nourrit également en permanence du retour d’expérience terrain alimenté par des données traçables.

La validation des produits est le garant du succès d’une transformation du processus métier et d’une recherche constante de l’optimum global de la chaîne de valeur. Par exemple, le scoring de crédit peut être différent d’un pays à l’autre sans changer le processus de souscription résultant de plusieurs chaînes de valeur localisées et non d’une chaîne de valeur unique multinationale.

La place de la DSI dans la chaîne de valeur Agile

Le passage à l’échelle agile des chaînes de valeur n’est possible qu’avec une automatisation poussée du cycle de développement et de déploiement logiciel. La DSI du digital devient DevOps en rapprochant les équipes de développement de celles de la production informatique au fur et à mesure du déploiement des infrastructures cloud.
En effet, la DSI est traditionnellement organisée en deux grands métiers : le développement applicatif et la gestion des infrastructures.
Ces dernières migrant sur le cloud, elles permettent d’automatiser l’ensemble des chaînes techniques aujourd’hui opérées par des processus IT peu agiles et non sécurisés contre les cyberattaques.

La stratégie d’automatisation de la DSI doit être partagée en amont avec les managers agiles dans les métiers pour en valider les roadmaps (socle technique à automatiser en priorité) et les budgets à y consacrer, les montants d’une automatisation DevOps à l’échelle pouvant atteindre plus de 20 à 25 % des dépenses informatiques. Cependant, sans stratégie d’automatisation efficace, le passage à l’échelle agile est impossible.

Le Manager au centre des processus métier

En synthèse, le manager agile, dans l’entreprise numérique, devient responsable de la totalité de la chaîne de valeur et des moyens d’automatisation nécessaires à sa mise en œuvre.

Il est notamment responsable de la mise en place des trois fondamentaux :
piloter la transformation des processus métier à partir des produits numériques ;
conduire la simplification de l’expérience client à partir d’une vision globale de la chaîne de valeur ;
– et définir une stratégie de traçabilité des données en vue d’une amélioration continue.

Il est aussi responsable de la co-construction des outils d’automatisation avec la DSI, de la coordination des product owners et des feature teams en charge des développements et de l’animation des PIP (Program Increment Planning).

Dans notre prochain article, nous détaillerons les rôles des managers agiles au sein de la DSI pour répondre aux attentes des responsables de la chaîne de valeur.

______________________________________

Prochain épisode > Management Agile (3/3) : le manager au sein de la DSI (à paraître en novembre, dans le n°2255 d’IT FOR BUSINESS)

A lire également dans notre série thématique sur l’Agile :

Management agile (1/3) : le leader d’équipe
ERP et agilité, enfin possible ?
L’Agile, un levier pour surmonter la crise.
L’Agile au forfait, comment changer la posture des Achats ?
Comment impliquer le Métier dans les projets Agile ?
Être Agile sans « soft skills », est-ce possible ?
L’Agile a-t-il besoin d’un chef de projet ?
L’automatisation, une nécessité pour créer de la valeur en Agile
Transformation Agile à l’échelle : quelle stratégie pour votre entreprise ?
Le bien-être de l’équipe, l’autre vertu de l’Agile
Convertir son entreprise à l’Agile… en douceur
Méthodes agiles : il est temps de passer à l’échelle !