En 2022, priorité au DSI. Après deux ans de crise pandémique où les Directions des Systèmes d’Information et du Numérique ont souvent agi en pompier et été perçues en sauveur, l’année devrait marquer un retour du rôle du DSI dans la définition de la vision stratégique des entreprises. C’est le pilier des transformations numériques qui restent à réaliser et des innovations qui seront nécessaires aux succès à venir des Business Units. Trois priorités doivent guider cette vision…

Par Luigi Freguia, Vice-Président Senior et Directeur Général de VMware EMEA

Selon John-David Lovelock, Vice-Président des Recherches chez Gartner, « 2022 est l’année où l’avenir revient pour les DSI, ils sont désormais en mesure de dépasser les projets critiques à court terme de ces deux dernières années et de se concentrer sur une vision stratégique » constate-t-il. Les entreprises investissent massivement pour renforcer leurs services IT.
Toujours selon Gartner, les dépenses informatiques devraient atteindre les 4 500 milliards de dollars dans le monde en 2022. Preuve en est que à la maison comme au bureau les nouvelles technologies continueront de s’intégrer dans nos vies.

Pendant la pandémie, les DSI ont dû devenir des partenaires de confiance des entreprises. En 2022, ce rôle de pilier de la transformation numérique sera renforcé et leur permettra d’être au cœur de la stratégie des organisations, accompagnant les dirigeants avec les trois priorités suivantes.

Priorité DSI n°1 : La cyber sécurité à l’heure du travail hybride

Les solutions mises en place par les entreprises pour trouver le bon équilibre en matière de télétravail dessineront le monde professionnel en 2022. Toutefois, cette généralisation du travail hybride entraîne de nouvelles problématiques de sécurisation des espaces de travail. Cela signifie que les notions de sécurité, d’expérience utilisateur et de convergence resteront au cœur des préoccupations des dirigeants et seront essentiels pour tisser des liens étroits entre employeurs et employés.

Selon une étude réalisée par Wework en juillet 2021, 79% des dirigeants prévoient de laisser leurs employés partager leur temps de travail entre l’entreprise et d’autres lieux de travail, leur domicile ou des espaces de coworking, si leur poste le permet. Un résultat qui montre que la crise a rebattu les cartes et que l’avenir du travail sera hybride ou ne sera pas. La généralisation du travail hybride implique que la sécurité informatique continue à être la priorité des dirigeants et des DSI en 2022. En effet, les défis de la sécurité seront exacerbés alors que le nombre d’appareils connectés à l’IoT augmentera, pour atteindre 7,7 milliards d’ici 2030. Pour faire face à ces défis, les entreprises doivent adopter une politique de « Zero-Trust » qui s’étend jusqu’à la périphérie des réseaux dans le but de protéger au mieux les données, indépendamment du lieu d’où l’employé se connecte.

Priorité DSI n°2 : L’entreprise doit faire la preuve de son impact positif

Alors que la crise a frappé de plein fouet les entreprises en 2020, les dirigeants de grandes entreprises françaises se montrent très optimistes concernant l’avenir de leur activité. Selon la dernière étude mondiale « CEO Survey » menée en décembre dernier par le cabinet EY auprès de 2140 PDG dans le monde dont 100 en France : 66% d’entre eux considèrent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) comme un important générateur de valeur pour leur entreprise dans les prochaines années. A ce titre, les DSI ont un rôle prépondérant à jouer. En effet, pour aider les entreprises à respecter leurs ambitions dans ce domaine, ils doivent faire face à une qualité et à un volume de données ESG toujours croissants, qui bien traités, permettront aux dirigeants de bénéficier de rapports plus détaillés et transparents.

Priorité DSI n°3 : Le cloud souverain est en marche

La valeur de l’économie des données de l’Europe des 27 devrait dépasser les 550 milliards de dollars en 2025 — soit 4 % du PIB de l’Union, selon le rapport sur le marché européen des données réalisé par VMware. Mais cette croissance ne pourra se faire sans un virage décisif vers le Cloud. L’Europe ne saurait exprimer pleinement son potentiel en matière de souveraineté numérique sans mettre d’abord en place les infrastructures Cloud nécessaires pour soutenir la modernisation des applications et accroître la portabilité et la réversibilité des données.

L’année 2022 devra donc être l’année de l’autosuffisance numérique. En Europe, des projets tels que GAIA-X visent à mettre en place des normes pour créer un Cloud souverain afin que les entreprises puissent stocker et gérer plus facilement leurs données sur le territoire. Selon les prévisions du cabinet IDC, en 2024, 50 % des organisations européennes dépenseront 10 % de leurs budgets informatiques pour couvrir des coûts annexes liés à l’application des principes de souveraineté numérique adoptés en UE. De son côté, Forrester anticipe le début d’une « ère de nationalisme en matière de Clouds » pour 2022. D’autant plus que la régulation du numérique et la notion de souveraineté technologique feront partie des priorités de la France à la tête de la présidence du Conseil de l’UE pour ce premier semestre 2022. A suivre.


À lire également :

> Ukraine : Les DSI à l’heure de la Cyber-Guerre !

> Les NFT : quels enjeux pour le DSI ?

> Les DSI face au monde réel des métavers

> Hausse de l’électricité : répercussions à attendre dans les DSI

> DAF et DSI : le tandem gagnant de la transformation numérique

> Pas de pilotage efficace des dépenses numériques sans adapter le référentiel de coûts de la DSI

> Les 10 actualités 2021 qui impacteront les DSI en 2022