Il ne suffit pas d’investir dans les technologies digitales pour réussir sa transformation. Il faut d’abord aligner les initiatives Tech et Business autour d’une vision commune.

Par Antoine Gourévitch, Directeur associé senior, BCG

Les entreprises investissent toujours plus dans les technologies de pointe pour soutenir leur transformation digitale. Malgré ces efforts, beaucoup d’entre elles peinent à atteindre leurs objectifs, voire à simplement les concrétiser.

À la veille de nouvelles innovations de rupture, cette impasse ne représente pas seulement un gâchis de ressources, mais hypothèque aussi leur croissance future. Il faut dire que l’informatique est encore trop souvent considérée comme une fonction support dont les évolutions peuvent se déconnecter des enjeux business.
Cette approche fragmentaire s’avère inefficace et souvent contre-productive face à une transformation holistique qui impacte toutes les dimensions de l’entreprise.

Pour réussir, il faut donc rompre avec ce modèle traditionnel en silos et aligner les initiatives tech et business autour d’une vision commune. Les responsables des deux services et leurs équipes doivent travailler en étroite collaboration pour déployer les cas d’usage, choisir les investissements, l’implémentation des nouveaux outils, les process et la gouvernance.
Sans cet alignement stratégique et cette coopération opérationnelle, la complexité prolifère dans des conditions de sécurité souvent dégradées, le bénéfice apporté par les méthodes agiles reste limité et le passage à l’échelle devient parfois insurmontable.

Sur le chemin de leur transformation digitale, les entreprises ont besoin de lancer des projets innovants susceptibles de générer rapidement de la valeur, d’attirer les talents et de gagner en efficacité opérationnelle. Pour mener de front ces objectifs, elles doivent définir une stratégie commune à la fois tech et business et fixer le niveau de simplification et d’harmonisation attendu des process pour l’ensemble de l’organisation. Seule cette approche globale peut améliorer la performance générale de l’entreprise.
Nous avons trop souvent observé des initiatives digitales lancées sans avoir, au préalable, couvert tous les enjeux. Une entreprise investit dans des technologies de pointe en data et en intelligence artificielle, mais néglige de développer ses compétences, d’optimiser son écosystème de partenaires ou de simplifier son environnement informatique. Une autre recrute des talents et se dote des meilleures expertises, pour réaliser que la lourdeur de ses process freine les initiatives et génère de la frustration.

Pour éviter ces écueils, les entreprises doivent aligner et coordonner les actions de leurs fonctions tech et business autour des dimensions cruciales de la transformation digitale. Il s’agit notamment de définir un modèle opérationnel partagé. Au fil du temps, de nombreuses organisations ont laissé les process proliférer pour répondre aux besoins spécifiques d’un pays ou d’une entité, générant ainsi une complexité incompatible avec les modèles agiles du digital. Technologie et business doivent définir, ensemble, quels process méritent d’être conservés et ceux, au contraire, à harmoniser ou simplifier. À partir de ce schéma opérationnel partagé, une feuille de route peut être établie en priorisant les initiatives digitales. Afin de s’assurer de son déploiement et suivre l’avancée des actions de simplification, il faut prévoir un tableau de bord intégrant une série d’indicateurs de performance et de critères environnementaux ou réglementaires.

Cette collaboration devenue essentielle entre la technologie et le business peut s’appuyer sur des plateformes coopératives. Dans le même temps, l’entreprise doit continuer à travailler sur les autres leviers de la transformation digitale en se concentrant sur des compétences stratégiques comme la gestion des data, l’adoption du cloud, le déploiement d’environnements technologiques agiles centrés sur les interfaces logicielles, ou encore la mise en place de méthodes de travail itératives. La construction d’une stratégie de cybersécurité robuste et résiliente pour l’ensemble de l’organisation exige, elle aussi, une coopération transversale. Les exigences de la transformation digitale signent la fin d’une approche fragmentaire et en silo entre la technologie et le business.

 


À lire également :

Des clés pour déployer une IA responsable

Le digital comme levier stratégique de la transformation responsable

Déployer et conforter une organisation bionique, ce nouvel enjeu de la compétition digitale

Tirer le meilleur parti des solutions de cloud hybride

Le nombre d’entreprises ayant atteint la maturité data a quadruplé depuis 2015

Le marché de la deep tech s’emballe en Europe