Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
BUSINESS

Parce que le développement des versions mobiles d’applications Web d’entreprise s’avère souvent complexe et onéreux, ServiceNow s’engage à proposer à ses clients des formats mobiles clés en main. C’est la raison pour laquelle il vient d’acquérir la start-up SkyGiraffe, à l’origine d’une plateforme reposant sur une architecture intelligente, capable d’extraire de l’application de l’entreprise toutes les métadonnées des processus métiers et des workflows manuels. Toutes les applications basées sur la plateforme Now, y compris la gestion des services IT, s’accompagneront désormais d’un format mobile natif.

Cette acquisition, associée au rachat récent de Telepathy, confère à ServiceNow la possibilité de proposer à sa clientèle des produits davantage personnalisés et optimisés pour tout type de terminaux. Cela devrait offrir aux utilisateurs une meilleure expérience mobile en contexte professionnel.

Cisco poursuit sa croissance externe. L’équipementier a annoncé le rachat de BroadSoft, un spécialiste des autocommutateurs téléphoniques dans le cloud, des communications unifiées, des logiciels de centre d’appels et des solutions de collaboration pour les PME. Si ce rachat est le 200e qu’effectue Cisco, il revêt une certaine importance. Cela commence par son montant, puisque le géant a déboursé 1,9 Md$, soit 55 $ par action.

D’autre part, il existe une grande complémentarité entre les offres de BroadSoft et celles de Cisco. Réunies, elles pourraient permettre à l'équipementier de se positionner solidement sur le marché des solutions de communications unifiées IP dont la popularité ne cesse d’augmenter. Un constat d’autant plus vrai que les outils de BroadSoft sont disponibles dans 80 pays et seraient, selon sa direction, utilisés par 25 des 30 plus grands fournisseurs mondiaux de services.  

L’entreprise nantaise, spécialiste du marketing conversationnel, vient de lever 32 M€. Rendue possible par les investissements d’Idinvest Partners, Bpifrance et Quadrille Capital, cette opération n’est pas la première pour IAdvize. L’entreprise avait levé 100 000 € en 2010, 1 M€ en 2012 et 14 M€ en 2015. Si iAdvize séduit autant c’est qu’elle a su faire ses preuves en développant des outils efficaces pour améliorer la relation clients en ligne, parmi lesquels des chatbots et des communautés d’experts et d’ambassadeurs de marques.

L’entreprise revendique un taux de transformation des visiteurs en acheteurs de 25 %, tandis que la moyenne admise est de 4 %. Générant 1 Md€ de chiffre d’affaires et employant 185 personnes dans quatre pays, iAdvize entend s’appuyer sur cette nouvelle levée de fonds pour s’implanter sur le marché américain, recruter 250 nouveaux collaborateurs sur les deux prochaines années et développer encore ses technologies basées sur l’intelligence artificielle.

Le bilan de Toshiba pourrait voir rouge

jeudi, 26 octobre 2017 00:31

Le constructeur japonais est dans l’expectative : si la vente de sa branche semi-conducteurs n’est pas validée par les autorités de régulation d’ici le mois de mars (soit la fin de son exercice fiscal), ses pertes sur 2017-2018 devraient s’élever à près de 970 M$. Un coup dur pour le géant nippon, qui risque la radiation de la bourse de Tokyo. La société cumulerait en effet deux années consécutives de croissance négative.

L’impact fiscal de la scission entre la branche Memory et le reste du groupe est donc essentielle. Malheureusement, le processus de vente a été grandement ralenti par les différends opposant Toshiba et Western Digital, ce dernier s’estimant prioritaire sur l’acquisition de Toshiba Memory, de par son statut de partenaire industriel. Le PDG de Toshiba déclare toutefois, sans de plus amples détails, que des mesures pourraient être prises en cas de nécessité.

Une nouvelle licence pour la donnée

mercredi, 25 octobre 2017 22:07

À l’occasion de l’Open Source Summit Europe, la Linux Foundation a présenté sa nouvelle initiative destinée à encourager le partage des données : les licences CDLA (Community Data License Agreement). Reposant sur le modèle open source et à la manière des licences Creative Commons, les CDLA ont pour vocation à encadrer le partage des données ouvertes entre individus. L’objectif final est de faciliter l’émergence de nouvelles applications ou de nouveaux modèles économiques, en permettant à chacun d’exploiter de plus vastes ensembles de données.

Deux classes de licences sont proposées : la Sharing license est conçue pour favoriser la fourniture de données à la communauté. La Permissive license n’impose, quant à elle, aucune obligation de partage supplémentaire. À titre d’exemple, la fondation évoque le développement de la voiture autonome, ou l’amélioration des services publics, qui pourraient être accélérés via le partage de données entre les différents acteurs du secteur.

La société d’origine lilloise est dans le radar d’Accenture Interactive. L’offre du groupe a été soumise à la consultation des représentants du personnel d’Altima. Si cette opération venait à se conclure, les deux entreprises y trouveraient un intérêt commun.

D’une part, Altima profiterait de l’exceptionnelle force de frappe d’Accenture Interactive. D’autre part, ce dernier pourrait s’appuyer sur l’expertise des 370 employés du français concernant les solutions de e-commerce pour se développer sur ce secteur en France et dans le monde, notamment en Chine et en Amérique du Nord. En effet, Altima, qui génère 28 M€/an de chiffre d’affaires via huit agences à Paris, Lyon, Lille, New York, Montréal, Pékin, Shanghai et Moscou, a su séduire des clients aussi prestigieux que Hermès, L’Oréal, Axa, Club Med et Starbucks.  

L’éditeur Tibco Software vient de racheter l’activité de virtualisation de données de Cisco, et les services de support et conseil qui l’accompagnent. Le spécialiste des solutions d’intégration et d’analyse de données vient ainsi compléter son offre de logiciels analytiques. Avec cette acquisition, il ambitionne d’accélérer la mise en œuvre de projets analytiques mêlant données traditionnelles, big data et données issues du cloud.

La solution (exploitée par Cisco depuis le rachat de Composite Software en 2013) permet d'accélérer les analyses grâce à l’utilisation d’une couche de données virtuelle qui ne nécessite pas de data warehouse. Les clients de la plateforme Spotfire de Tibco devraient rapidement bénéficier de cette technologie. Cisco, lui, déclare vouloir recentrer ses activités autour du monitoring d’applications et d’opérations IT.

Après l’acquisition en 2016 d’Anthelio Healthcare Solutions pour 275 M$, le groupe français vient de finaliser le rachat de trois nouvelles sociétés spécialisées dans l'e-santé. Conduent’s Breakaway Group, Conduent’s Healthcare Provider Consulting et Pursuit Healthcare Advisors sont toutes les trois basées aux États-Unis. Elles devraient permettre à Atos de générer plus d'1 Md€ de revenus sur ce seul secteur de la santé.

Sur le plan humain, ce sont 400 nouveaux consultants qui vont rejoindre les équipes de l’entreprise basée à Bezons. Atos entend ainsi occuper une position centrale sur le marché en pleine expansion de l’e-santé. Pour cela, le groupe travaille à la fois à l’adoption des technologies par le plus grand nombre et à la rationalisation des coûts des prestataires de santé et des traitements donnés aux patients. Aucun montant n’a été communiqué pour cette triple acquisition.

ServiceNow s’offre Telepathy

jeudi, 05 octobre 2017 22:01

Après DxContinuum et Qlue, la société vient d’acquérir le californien Telepathy. Au-delà d'être intégrée au groupe, Telepathy va devenir son agence de design. ServiceNow aurait été très favorablement impressionnée par la volonté des dirigeants de ne pas voir leur culture d’entreprise détruite par un rachat. Ainsi, en lui offrant une position centrale au sein du groupe, ServiceNow souhaite que cette culture se répande dans le reste de sa galaxie.

Spécialiste de la création d’interfaces et d’expériences utilisateurs (UX), Telepathy compte à ce jour 45 employés. L’entreprise a su séduire de grands noms. De quoi renforcer encore le chiffre d’affaires de ServiceNow qui devrait progresser de 37 % sur l’année 2017 pour atteindre 1,9 Md$. Aucun montant n’a été communiqué concernant cette transaction.

Le groupe français a annoncé le rachat de Siemens Convergence Creators (CVC) pour un montant qui reste inconnu. Atos s’est déjà offert la division informatique du groupe allemand pour 850 M€ en 2010 et la société Unify (anciennement Siemens Enterprise Communications) pour 340 M€ en 2015. Toutefois, Siemens possède 11,9 % du capital d’Atos. Cet élément explique, au moins en partie, la grande proximité des deux entreprises.

Avec ce dernier rachat, le français souhaite renforcer et élargir son offre de solutions de cybersécurité et de communication. Implantée dans dix pays, la société CVC emploie près de 800 personnes. Cette présence internationale devrait renforcer celle d’Atos sur le marché mondial du numérique.