Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
BUSINESS

Barracuda Networks se renforce avec Sonian

mardi, 14 novembre 2017 00:48

Le spécialiste de la sécurité et de la protection des données dans le cloud vient de racheter Sonian pour un montant qui n’a pas été communiqué. Basée dans le Massachusetts, l’entreprise s’est forgé un nom grâce à la plateforme d’archivage numérique, de gestion et d’analyse des données qu’elle a développée pour les environnements cloud public.

Une fois intégrée aux offres de Barracuda Networks, elle devrait permettre à ses clients de bénéficier d’une protection renforcée de leurs données dans des environnements tels que Microsoft 365 et ses concurrents. En s’appuyant sur les insights dégagés par les solutions de Sonian, les entreprises clientes pourront identifier les menaces potentielles et les réguler avant qu’elles ne prennent plus d’ampleur. Sonian apporte aussi à Barracuda Networks entre 32 000 et 33 000 clients répartis dans 43 pays, et ses partenariats avec des fournisseurs de services managés et des éditeurs de logiciels.

Symantec rachète VPN SurfEasy

jeudi, 09 novembre 2017 18:34

Le géant de la sécurité a acquis VPN SurfEasy, dont elle était déjà partenaire. Le montant s’élève à 38,5 M€, versé en liquidités. Appartenant précédemment au groupe norvégien Opera Software, l’entreprise basée à Toronto s’est spécialisée dans la protection de la vie privée et la sécurité en ligne, via la technologie VPN (Virtual Private Network) qui crypte toutes les données d’un point de connexion à un autre. Ses technologies sont aussi bien destinées aux smartphones qu’aux tablettes et aux ordinateurs traditionnels.

Cette opération est clairement stratégique pour Symantec. VPN SurfEasy fournit aujourd’hui le réseau sécurisé Wi-Fi VPN de Norton qui équipe nombre d’appareils sous Android, Windows, OSX et iOS. De quoi renforcer la Consumer Business Unit de Symantec. VPN SurfEasy rejoindra l’ensemble des marques Norton et Lifelock.

Broadcom fait une offre à Qualcomm

mardi, 07 novembre 2017 18:05

Sept mois après s’être fait souffler l’activité mémoire de Toshiba par Apple et Bain, Broadcom fait une offre de rachat au spécialiste des puces électroniques de smartphones Qualcomm. Le montant avancé est de 130 Md$, soit 70 $ par titre pour une prime de 28 % par rapport à sa valeur sur les marchés financiers.

Cette opération s’annonce essentielle pour Broadcom. Elle permettrait au groupe de devenir le troisième plus gros acteur du marché des semi-conducteurs. De son côté, Qualcomm a indiqué avoir reçu cette offre non sollicitée et être en train de l’étudier. Selon plusieurs médias américains, l’entreprise de San José devrait toutefois la décliner dans un premier temps, afin de faire monter l’offre. En effet, celle-ci serait en dessous de la valeur véritable de sa cible.

MariaDB lève 27 M€

vendredi, 03 novembre 2017 23:28

L’éditeur de bases de données open source vient de réussir une belle levée de fonds de 27 M€. Au total, l’entreprise a attiré 54 M€ sur l’ensemble de l’année, puisque la Banque européenne d’investissement lui avait déjà accordé 27 M€ en mai dernier. La dernière levée de fonds a été menée par le géant mondial Alibaba Group. Ce dernier a été suivi par d’autres noms ayant déjà misé sur MariaDB par le passé dont Intel Capital, SmartFin Capital, Open Ocean, Tesi et California Technology Ventures.

L’entreprise devrait utiliser la somme afin de continuer son développement en Europe, en Asie et aux États-Unis, en proposant notamment de nouvelles solutions pour le cloud basées sur le machine learning. Si MariaDB attire autant c’est qu’elle est présente dans toutes les distributions Linux et les principaux fournisseurs cloud dans le monde. Sa base de données open source compterait plus de 60 millions d’installations.

Alors qu’il s’apprête à inaugurer trois nouveaux datacenters dans l’Hexagone, Amazon Web Services rejoint l’association EuroCloud France. Celle-ci rassemble plus de 200 acteurs de l’IT. Son objectif est de favoriser les développements du cloud computing sur le territoire via des actions d’information, mais aussi en réunissant l’ensemble des acteurs du secteur autour d’événements dédiés tels que la Cloud Week Paris ou les Trophées du Cloud.

La firme de Jeff Bezos n’est pas la première société américaine à rejoindre l’association. Google, IBM, Microsoft et Oracle font déjà partie des membres. Avec cette adhésion, comme avec la construction de nouveaux centres de données, AWS affiche toutefois clairement ses ambitions : conquérir de nouvelles parts de marché sur le territoire français, notamment face à ces principaux concurrents.

Via sa filiale Network Related Services, Orange Business Services prend officiellement le contrôle de 63,98 % du capital de Business & Decisions. Le tarif déboursé par le français est de 62,5 M€ payés en numéraire, soit un montant par action de 7,93 €. Orange Business Services devrait désormais lancer une opération publique d’achat (OPA) afin d’acquérir progressivement tous les titres n’étant pas encore en sa possession.

Si le groupe tient absolument à contrôler aussi largement Business & Decisions, c’est parce qu’il mise beaucoup sur ce dernier. Sa grande expérience de la data science et de la business intelligence (BI), et son implantation dans douze pays différents devrait permettre à Orange Business Services de se positionner solidement dans le domaine de l’analyse et la gouvernance des données.

Parce que le développement des versions mobiles d’applications Web d’entreprise s’avère souvent complexe et onéreux, ServiceNow s’engage à proposer à ses clients des formats mobiles clés en main. C’est la raison pour laquelle il vient d’acquérir la start-up SkyGiraffe, à l’origine d’une plateforme reposant sur une architecture intelligente, capable d’extraire de l’application de l’entreprise toutes les métadonnées des processus métiers et des workflows manuels. Toutes les applications basées sur la plateforme Now, y compris la gestion des services IT, s’accompagneront désormais d’un format mobile natif.

Cette acquisition, associée au rachat récent de Telepathy, confère à ServiceNow la possibilité de proposer à sa clientèle des produits davantage personnalisés et optimisés pour tout type de terminaux. Cela devrait offrir aux utilisateurs une meilleure expérience mobile en contexte professionnel.

Cisco poursuit sa croissance externe. L’équipementier a annoncé le rachat de BroadSoft, un spécialiste des autocommutateurs téléphoniques dans le cloud, des communications unifiées, des logiciels de centre d’appels et des solutions de collaboration pour les PME. Si ce rachat est le 200e qu’effectue Cisco, il revêt une certaine importance. Cela commence par son montant, puisque le géant a déboursé 1,9 Md$, soit 55 $ par action.

D’autre part, il existe une grande complémentarité entre les offres de BroadSoft et celles de Cisco. Réunies, elles pourraient permettre à l'équipementier de se positionner solidement sur le marché des solutions de communications unifiées IP dont la popularité ne cesse d’augmenter. Un constat d’autant plus vrai que les outils de BroadSoft sont disponibles dans 80 pays et seraient, selon sa direction, utilisés par 25 des 30 plus grands fournisseurs mondiaux de services.  

L’entreprise nantaise, spécialiste du marketing conversationnel, vient de lever 32 M€. Rendue possible par les investissements d’Idinvest Partners, Bpifrance et Quadrille Capital, cette opération n’est pas la première pour IAdvize. L’entreprise avait levé 100 000 € en 2010, 1 M€ en 2012 et 14 M€ en 2015. Si iAdvize séduit autant c’est qu’elle a su faire ses preuves en développant des outils efficaces pour améliorer la relation clients en ligne, parmi lesquels des chatbots et des communautés d’experts et d’ambassadeurs de marques.

L’entreprise revendique un taux de transformation des visiteurs en acheteurs de 25 %, tandis que la moyenne admise est de 4 %. Générant 1 Md€ de chiffre d’affaires et employant 185 personnes dans quatre pays, iAdvize entend s’appuyer sur cette nouvelle levée de fonds pour s’implanter sur le marché américain, recruter 250 nouveaux collaborateurs sur les deux prochaines années et développer encore ses technologies basées sur l’intelligence artificielle.

Le bilan de Toshiba pourrait voir rouge

jeudi, 26 octobre 2017 00:31

Le constructeur japonais est dans l’expectative : si la vente de sa branche semi-conducteurs n’est pas validée par les autorités de régulation d’ici le mois de mars (soit la fin de son exercice fiscal), ses pertes sur 2017-2018 devraient s’élever à près de 970 M$. Un coup dur pour le géant nippon, qui risque la radiation de la bourse de Tokyo. La société cumulerait en effet deux années consécutives de croissance négative.

L’impact fiscal de la scission entre la branche Memory et le reste du groupe est donc essentielle. Malheureusement, le processus de vente a été grandement ralenti par les différends opposant Toshiba et Western Digital, ce dernier s’estimant prioritaire sur l’acquisition de Toshiba Memory, de par son statut de partenaire industriel. Le PDG de Toshiba déclare toutefois, sans de plus amples détails, que des mesures pourraient être prises en cas de nécessité.

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE

AGENDA

24/09/2018 - 26/09/2018
Salons Solutions
24/09/2018 - 28/09/2018
La Mêlée Numérique
06/10/2018 - 07/10/2018
Smart City + Smart Grid
10/10/2018 - 11/10/2018
Convention USF
10/10/2018 - 13/10/2018
Assises de la sécurité
17/10/2018 - 18/10/2018
Mobility for Business