Gouvernance

GOUVERNANCE. La gouvernance aussi bien des systèmes d’information que de la donnée est devenue aussi centrale qu’essentielle. L’information est aujourd’hui une matière première comme une autre qu’il faut produire, exploiter, protéger, monnayer… Dès lors, les systèmes d’information sont des créateurs de valeur coordonnés avec l’ensemble des prises de décisions des entreprises. D’où l’importance, notamment, de la gouvernance des données au sein de l’ensemble des organisations. Les données sont des actifs stratégiques difficiles à mesurer comptablement. Avec les contraintes qu’imposent l’optimisation des ressources comme la gestion des risques IT. Contraintes qui sont toutefois à mettre en regard du levier de performance et de compétitivité qu’apporte une bonne gouvernance de son SI. C’est de cette création de valeur issue du SI et des données associées dont dépendent l’avenir des organisations sous haute dépendance d’un «digital» désormais omniprésent. C’est également au plus haut niveau de l’État comme de l’Union européenne que se décident les règles qui définissent la gouvernance de l’IT et de ses données. RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), Data Governance Act, Data Act, Digital Markets Act, Digital Services Act… permettent enfin d’appliquer une règle simple : «ce qui est illégal hors ligne doit également être illégal en ligne». Cette régulation accrue des règles de gouvernance doit être vue non pas comme une contrainte, mais comme une opportunité pour l’ensemble des acteurs économiques, comme des États seuls garants d’une souveraineté challengée au sein d’une mondialisation difficile à réguler. Sans oublier, la position absolue des fournisseurs américains et chinois de services numériques, qui elle se renforce d’année en année… Si gouverner c’est prévoir, gouverner son SI est désormais un enjeu hautement stratégique.

Lire notre dernier dossier : Dette technique ou patrimoine, une question d’équilibre avant tout

Dans l'actualité