Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
La rédaction

La rédaction

Cegedim conclut une année difficile

vendredi, 24 mars 2017 20:02

Les éléments défavorables se sont accumulés en 2016 pour Cegedim. L’éditeur vient de publier des résultats 2016 qui s’en ressentent. En dehors du chiffre d’affaires qui a progressé de 3,4 %, à 440,8 M€, tous les autres indicateurs sont dans le rouge. Ainsi, l’Ebitda a reculé de 21,8 %, à 61,4 M€, et l’Ebit courant de 43,7 %, à 27,1 M€. La marge n’a atteint que 13,9 % en 2016, contre 18,4 % en 2015. À noter que près de 72 % de ce recul a été enregistré au cours du 1er semestre de l’exercice.

Parmi les éléments expliquant ces mauvais chiffres figurent le basculement vers le SaaS, d’importants investissements, des éléments exceptionnels négatifs, les coûts liés au déménagement du siège social du groupe, mais aussi une amende de 4,6 M€. L’ensemble participe à l’enregistrement d’une perte de 25,6 M€ sur l’année, contre un bénéfice de 19,5 M€ en 2015. Cela n’empêche toutefois pas la direction d’être confiante pour l’exercice en cours, sur lequel elle espère générer une croissance comprise entre 4 % et 6 % à taux de change et périmètre constants. Mieux, elle estime qu’en 2018 elle récoltera les fruits de ses investissements qui concernent, entre autres, les rachats de BMS et de Futuramedia Group, spécialiste de l’affichage en pharmacie.

Apple met la main sur DeskConnect

vendredi, 24 mars 2017 19:49

C'est surtout l'application développée par la start-up qui intéressait la firme de Cupertino, l’amenant à ce rachat. Baptisée Workflow, la technologie conçue par DeskConnect permet d'automatiser une séquence d'actions, assurant à l'utilisateur de réaliser une tâche complexe d'un simple clic. Elle est dorénavant disponible gratuitement sur l'Apple Store, pour les iPhone, iPad et Apple Watch. Plus de 200 actions sont proposées, compatibles avec les apps d'Apple, mais aussi avec des apps tierces (Facebook, Twitter, Dropbox, etc.).

Concrètement, avec Workflow, les utilisateurs ont notamment la possibilité de récupérer toutes les images d'une page Web, d'envoyer un SMS prédéfini à un contact précis, de créer un fichier PDF à partir d'un contenu Internet, etc. Pour l'avenir, Apple évoque une intégration plus poussée de l'outil dans iOS, et une éventuelle association avec Siri.

En attendant l’arrivée des SSD Optane haute capacité (jusqu'à 1,5 To) en fin d’année, le constructeur fait patienter sa clientèle avec la carte DC P4800X, un produit intermédiaire d'une capacité de 375 Go destiné aux serveurs. Commercialisée à partir de 1 520 $ HT, cette carte PCI-Express/NVMe repose sur la technologie 3D Xpoint (mémoire non volatile, plus rapide que la mémoire flash).

La technologie se montre particulièrement adaptée à l'exécution d'applications devant traiter d'importants volumes de données. Un SSD de 750 Go devrait suivre au 2ème trimestre, alors que des modules Optane DRAM sont prévus pour 2018.

 

Diversification en vue chez Sikia. Spécialiste du développement d’intranets pour les grandes entreprises, la société basée à Courbevoie vient d’annoncer le lancement d’Aikis, une suite de gestion en SaaS (Software as a Service) pour les entreprises. Pour Sikia, cette initiative représente un revirement stratégique. Elle a pour but de répondre aux besoins des TPE et des PME et de les attirer vers le groupe. Ces petites sociétés sont souvent très en retard quant à la transformation numérique et constituent donc une belle réserve de capitaux, même si elles souscrivent à des offres à bas prix.

Celle de Sikia se divise en deux briques, l’une consacrée à l’intranet et l’autre au SIRH. Celles-ci fonctionnent avec tous les autres outils développés par Sikia. Au total, ce dernier espère compter plus de 1 000 clients à la fin de l’année.

Qlik lance son bot conversationnel

jeudi, 23 mars 2017 21:33

L’innovation se poursuit chez Qlik. Alors qu’elle est en train de révolutionner de nombreux secteurs (restauration, traitement des nuisibles, économie d’énergie, etc.) grâce à ses capteurs de données et ses outils de visualisation, la société a largement impressionné le salon du big data de Paris avec son nouveau projet, le bot conversationnel Qlik Sense Bot. Il fonctionne aussi bien via la messagerie Telegram qu’avec Slack

S’il est pour l’instant cantonné à un usage interne, interrogeant notamment les données collectées par Qlik Sense, de nombreuses sociétés clientes ont déjà fait connaître leur intérêt pour le robot. Une excellente surprise pour la direction de Qlik. De quoi aussi garantir un bel avenir à cette technologie qui s’appuie notamment sur les APIs NLG (narrative language generation) de Savvy et NLP (traitement en langage naturel) de Google.

Pour mettre rapidement en place leurs propres réseaux blockchain sécurisés, les entreprises peuvent désormais exploiter le Blockchain-as-a-Service proposé par IBM sur Bluemix (en version bêta à ce jour). Le système est basé sur Hyperledger Fabric, un projet open source porté par la fondation Linux. IBM Blockchain est capable de traiter près de 1 000 transactions par seconde selon Big Blue, qui souligne également que son système repose sur une infrastructure ultra sécurisée, capable de protéger ces réseaux critiques des attaques internes.

De nombreux outils de développement open source sont inclus dans le service, notamment pour soutenir la conception d'API adaptées à la blockchain. Le système bénéficie aussi de nouveaux outils pour une visibilité et une gouvernance améliorées (règles d'administration, assignation des rôles, gestion de projets).

Huawei se positionne dans le SAAS

mercredi, 22 mars 2017 22:34

Quatre millions d'opérations par seconde, avec une latence de 500 micro-secondes, c'est ce dont est capable l'OceanStor Dorado v3, le nouveau système full flash proposé par Huawei. C'est dans le cadre du Cebit que le constructeur a dévoilé sa nouvelle offre. Celle-ci permet aux entreprises de gérer l'ensemble de leurs ressources (SAN, NAS et stockage objet) via une seule et même console, sur site comme dans le cloud.

Le Dorado se décline en 2 versions : le modèle 5000 qui intègre 2 ports PCIe 3.0 et peut accueillir 25 SSD NVMe 4To, le 6000 qui comporte un port SAS 3.0 (4x12 Gbps) et accepte jusqu'à 100 SSD SAS de 3,6 To. Chacun supporte les environnements de virtualisation de VMware, Citrix et Microsoft et embarque les outils essentiels (déduplication, compression, réplication et snapshotting).

Le nombre d’objets connectés augmente à grande vitesse dans les entreprises françaises. Selon une étude du cabinet spécialisé IDC, celles-ci utilisent en moyenne 4 000 devices chacune. Dans les faits, la situation est un peu plus complexe. En effet, 74 % des entreprises de l’Hexagone comptent moins de 100 objets connectés. Celles employant plus de 1 000 personnes en utilisent à l’inverse plus de 10 000 en moyenne. Ce contraste illustre bien la réalité de l’Internet des objets, secteur essentiellement dynamisé par les grands groupes.

Toutefois, les choses pourraient être amenées à évoluer. La même étude révèle que 67 % des sociétés de plus de 200 salariés ont déployé une solution IoT, soit 2,5 fois plus qu’en 2014. De plus, 46 % d’entre elles disent prévoir une extension de cette solution sous deux ans. Enfin, le document d’IDC indique que dans 89 % des cas, un transfert journalier de données est effectif, variant de moins de 500 Ko/mois dans 7 % des entreprises, à plus d’1 Go/mois dans 36 % des sociétés.

Jusqu’à 4 % de leur chiffre d’affaires mondial, c’est le type d’amende auquel s’exposent les entreprises européennes si elles ne se mettent pas en conformité avec le Règlement général européen sur la protection des données (RGPD). Le texte s’appliquera à l’ensemble de l’Union à partir du 25 mai 2018. Jugé moins administratif, mais plus rigoureux que les textes précédents, le RGPD se concentre sur la gestion des données, leur localisation et leur collecte, tout en renforçant les mesures de protection et de sécurisation.

Afin d'aider les entreprises à mieux appréhender ce texte, la Commission nationale informatique et liberté (CNIL) a publié un guide expliquant les démarches à suivre pour s'y conformer. La commission a identifié six étapes principales pour y parvenir : désigner un pilote, cartographier les traitements de données personnelles, prioriser les actions à mener, gérer les risques, organiser les processus internes et documenter la conformité.

Le constructeur taïwanais vient de lancer 3 nouveaux serveurs destinés aux PME. En entrée de gamme figure le TS-431X, un NAS 4 baies compatible avec l'interface 10GbE qui est de plus en plus utilisée au sein des PME. Avec le TS-1685, Qnap monte d'un cran dans les performances : compatible avec la norme NVMe, ce NAS de 16 baies est équipé d'un processeur Intel Xeon D cadencé à 2,4 GHz. Il peut accueillir 128 Go de RAM. Il est ainsi particulièrement adapté à la gestion des environnements virtualisés, tout en restant accessible en termes de prix (à partir de 2 399 € HT).

Qnap va aussi étoffer sa gamme Thunderbolt avec une nouvelle génération de machines qui devraient offrir des débits 2 fois plus importants que les modèles précédents. Le constructeur précise enfin que tous ses NAS sont désormais compatibles avec les principaux clouds publics grâce à l'application Hybrid Back Up Station, disponible sur l'app store de QTS.

Page 1 sur 422

ABONNEMENT NEWSLETTER

APPLI IT FOR BUSINESS

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

NOUS SUIVRE