Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Communiqués de presse
Communiqués de presse

Communiqués de presse (1172)

 

Cette nouvelle école vient compléter le dispositif existant et joue un rôle clé pour le groupe qui pourra proposer localement plus de 5 formations diplômantes qui permettront à la fois de renforcer son employabilité et de favoriser les reconversions professionnelles vers les métiers du numérique. À l’image des écoles de Paris, Lyon et Lille, cet établissement bénéficie de moyens techniques importants, d’infrastructures innovantes et s’appuie sur un réseau de professionnels et d’intervenants de qualité. À l’issue des sessions de formation dispensées (en moyenne 9 mois), les participants pourront obtenir un diplôme d’État (Titres Professionnels) ou certification M2i inscrite à l’inventaire de la CNCP. Une liste des cursus, certificats et diplômes proposés est disponible sur https://www.m2iformation-diplomante.com . et  www.m2iformation-certification.comAu travers de cette annonce, M2i Formation démontre sa volonté de se positionner comme partenaire actif pour le retour à l’emploi, la reconversion et la montée en compétence. D’ores et déjà, M2i Formation planifie d’ouvrir de nouvelles écoles (Bordeaux, Montpellier, Toulouse et Grenoble) et de continuer à étoffer son catalogue de formations pour conserver son avantage concurrentiel et proposer des cursus exclusifs sur les nouveaux métiers du digital.

Maltem recrute François Berjamin

mercredi, 24 octobre 2018 15:17

Pour accompagner sa croissance, Maltem pourra désormais compter sur l’expérience et les valeurs de François Berjamin, qui rejoint ses équipes.

 

Avec 20 ans d’expérience dans le secteur IT, notamment comme directeur des opérations chez Atos (sur les secteurs banque, finance, assurance, en particulier chez Euronext), François Berjamin intègre le groupe Maltem comme coordinateur des activités France (recrutement, RH, offre, business). Cette création de fonction s’inscrit dans la nouvelle stratégie de croissance du groupe, pour devenir les « Champions du digital responsable ».

 

« L’arrivée de François Berjamin est un atout décisif pour les nouvelles ambitions de notre groupe. Son expérience de l’IT à haut niveau, avec les clients les plus exigeants, son adhésion à nos valeurs humaines et sociales, permettra à Maltem France d’aller encore plus haut, dans un contexte de plus en plus compétitif », déclarent Jean-Luc Clamen et Pascal Mennesson, fondateurs de Maltem Consulting Group.

 

Maltem est un écosystème spécialisé dans l’accompagnement de ses clients (grands groupes, startups, ONG et associations) pour leur transformation dans la révolution digitale (conseil en organisation, IT, communication/marketing digital, data, innovation, incubation). Champion du digital responsable, Maltem milite pour mettre la technologie au service des défis de notre époque (réduction des inégalités, transition énergétique, co-accélération Sud-Nord). Implanté dans les domaines de la banque/assurance, de l’énergie et des médias, il a notamment pour clients la BNP, le Crédit Agricole, Engie et la Société Générale. Fondé en 2001 par Jean-Luc Clamen et Pascal Mennesson, le groupe compte 1050 collaborateurs dans 12 pays, pour un chiffre d’affaires en 2017 de 100 millions d’euros.

 

https://www.maltem.com

 

EBRC - European Business Reliance Centre - publie son livre blanc 2018 « Cyber-Résilience : vers la Cyber-Reliance ». En ce XXIème siècle, la Cyber-Résilience constitue un défi majeur de l’Humanité.Cet appel à une prise de conscience s’adresseaux entreprises, communautés, Etats et citoyens, afin de se doter rapidement d’une cyber-immunité. 

 

Dans sa recherche constante de progrès, l’Homme du XXIèmesiècle devra affronter deux phénomènes majeurs qu’il aura contribué à engendrer : le premier, celui du réchauffement climatique, affectera son environnement réel ; le second concerne les cyber-risques qui pèsent sur son nouvel univers virtuel, le digital. Deux challenges qui menacent l’avenir de l’humanité et nécessitent l’adoption de mesures de Résilience urgentes.

 

« La Résilience, c’est la capacité que possède une espèce, un Etat, une organisation, une entreprise ou un individu, d’affronter et de relever les inévitables défis ou obstacles rencontrés au cours de son existence et d’en sortir grandi et mieux armé pour s’engager dans l’avenir. » Yves Reding, CEO, EBRC.

 

Le risque est inhérent au cyber-espace

L’utilisation exponentielle du digital, son rôle central dans l’économie et la dépendance des moyens vitaux pour les sociétés humaines et les entreprises, font du cyber-espace une cible privilégiée. L’augmentation fulgurante des menaces digitales en 2017 et en 2018 ainsi que de leur complexité en est la preuve et a pour conséquence d’élever considérablement les niveaux de risques. L’ensemble de ses usagers sont aujourd’hui vulnérables. Dans le cyber-espace, le risque est certain : 100% connaîtront un grave incident de cyber-sécurité. Tôt ou tard…

 

Un système immunitaire digital

Les acteurs socio-économiques qui se ruent aujourd’hui dans le cyber-espace n'ont pas encore acquis les réflexes de protection élémentaires qui sont pourtant innés dans le monde physique. Par analogie, l’enjeu consiste à développer pour le cyber-espace un système immunitaire qui assure par nature et « by design » la protection de l’ensemble des activités et des opérations qu’il traite quotidiennement en mode « business as usual ».

 

La Cyber-Résilience : nouveau paradigme

Il est vital et urgent d’intégrer ce changement de paradigme. L’approche traditionnelle de la Cyber-Sécurité est dépassée.Dans le monde digital en cours de construction, il faut une approche plus globale et intégrée : la Cyber-Résilience. L’objectif est de devenir capable en permanence, face aux menaces, de les prévenir, de les identifier, de se préparer, de se protéger, de les détecter, de les analyser, d’y répondre et surtout de récupérer, afin d’en sortir plus fort. Tel est notre challenge. En synthèse, il s’agit de se doter d’une cyber-immunité qui, confrontée à des menaces permanentes et changeantes, s’adapte et se renforce naturellement. 

 

Le Livre Blanc EBRC 2018 « Cyber-Résilience vers la Cyber-Reliance » est téléchargeable gratuitement sur le site web EBRC : https://ebrc.com/fr/livres-blanc

Véritable révolution technologique, l’Intelligence Artificielle a profondément fait évoluer notre quotidien et va continuer d’ouvrir de nouveaux champs du possible dans de nombreux domaines et secteurs d’activités. Au-delà de ces éléments, l’Intelligence Artificielle va également faire évoluer la manière dont l’ensemble des collaborateurs vont exécuter leur mission : des opérationnels jusqu’aux managers. Mais comment cela va-t-il se matérialiser concrètement et quelles évolutions vont connaitre les managers dans leur manière de travailler ? Autant de points-clés qu’il est nécessaire d’évoquer. 

 

Une évolution à plusieurs niveaux 

 

Tout d’abord, rappelons que les organisations évoluent vers de nouveaux modèles et qu'effectivement le rôle du manager va devoir s’adapter à ces changements. Ainsi, son rôle qui consistait à contrôler les processus opérationnels est remplacé par des systèmes automatiques de reporting. Son rôle de sachant est pour sa part remplacé par des bases de connaissance et de l'aide à la décision. Enfin, son rôle de RH est challengé par des organisations de plus en plus plates et transverses (à l’image du concept d’entreprise libérée).

 

Dès lors, le manager est assisté par de plus en plus d'outils et de technologies qui l’accompagnent dans son quotidien. Il se transforme alors en un véritable "manager augmenté" pour accomplir ses différentes tâches opérationnelles. Cela lui laisse alors le temps d’appréhender l'aspect relationnel et organisationnel de son travail. C'est ce changement que les managers doivent embrasser pour accompagner la transformation de leur entreprise.

 

Le manager n'est donc plus un simple expert "technique", mais un réel facilitateur polyvalent et plus humain. Au regard de ces différents éléments, ce sont ses "soft skills" ou son "intelligence émotionnelle" qui feront la différence. Mais même si on conserve l'humain au centre de la décision, n'est-il pas possible d'aider le manager ? Après tout, les différences culturelles, générationnelles, ou comportementales, font qu'il est parfois nécessaire d'adapter ses opinions, ses décisions ou sa façon d'expliquer... sous peine de commettre des impairs. 

 

Au regard de ces différents éléments, il semble évident que l'Intelligence Artificielle va transformer en profondeur les tâches et les rôles exercés au quotidien par les managers.  Ainsi, pour créer des managers augmentés, l'IA doit donner des conseils personnalisés en fonction de la situation, en s'appuyant sur des faits, des connaissances et même des émotions. L'IA pourra alors aider le manager à être plus efficace mais aussi plus humain.

 

Par Andrea ZERIAL, Directeur Associé de Mind7 Consulting

Prologue Numérique étoffe son offre en distribuant la solution web-DPO conçue par la société API (Applications Projet Infogérance). À travers cette annonce stratégique, Prologue Numérique souhaite accompagner ses clients et ses partenaires dans la constitution de leur référentiel RGPD afin d’être en conformité avec la réglementation. Ce faisant, Prologue Numérique va donc étendre son offre à un sujet central qui est désormais incontournable pour l’ensemble des entreprises. 

En distribuant cette nouvelle offre, Prologue Numérique accroit donc son avantage concurrentiel en démontrant sa capacité à commercialiser des solutions de forte valeur ajoutée et qui permettent de gérer simplement des processus complexes. Afin d’accompagner au mieux ses clients dans l’utilisation de la plateforme, Prologue Numérique entretient des liens étroits avec les équipes techniques, support et commerciales d’API. Cette synergie lui permet de conserver un haut niveau d’expertise. Les utilisateurs de la solution (DPO, etc.) pourront alors initier leurs projets dans les meilleures conditions. L’offre web-DPO représente donc un nouveau relai de croissance pour Prologue Numérique qui a d’ores et déjà initié de premiers contacts avec des utilisateurs finaux, mais aussi des cabinets de conseil qui souhaitent outiller leur démarche pour accompagner leurs clients dans leur projet de mise en conformité RGPD. 

 

 https://prologue-numerique.fr

 

Le management de la réaction est un point rarement évoqué en matière de sécurité IT, il est pourtant fondamental et nécessite d’être mené dans les règles de l’art. Cap sur ce sujet et rappel de ses fondamentaux. 

 

Définir un cadre

En cas d'attaque, il est tout d’abord utile de recenser l'ensemble des contremesures locales activables, d'évaluer l'impact de l'attaque sur le fonctionnement du système, ainsi que la pertinence des contre-mesures envisageables, de mesurer l'impact de leur activation sur le fonctionnement optimal du système, puis de proposer un ensemble de stratégies de réponses à l'opérateur de sécurité.

Dans ce contexte, lors d'une attaque, l'opérateur de sécurité doit pouvoir bénéficier du meilleur éclairage afin d'être en mesure de forger et prendre sa décision sur les contremesures à appliquer à l'incident. La meilleure réponse est celle qui offre une coordination globale large, assurant la pertinence de la réaction, sa cohérence dans le contexte de l'incident, et la préservation des politiques de sécurité en vigueur dans l'environnement concerné. En effet, de nombreuses solutions offrent aujourd'hui des fonctions activables dans un objectif de sécurité des systèmes, mais elles souffrent de limitations liées notamment à leur méconnaissance du contexte complet, et notamment de l'impact de leurs mécanismes propres de réaction, souvent statiques et prédéterminés. Il est donc crucial de faciliter la collaboration de ces « éléments activables » dans une stratégie de réponse aux attaques mieux coordonnée et d'offrir à l'opérateur de sécurité une précieuse aide à la décision.

Valorisation des dispositifs existants

Dans un premier temps, il sera donc nécessaire de recenser les éléments actifs à disposition sur le SI de l’entreprise. Ces éléments actifs recouvrent l'ensemble des systèmes matériels et logiciels capables de mettre en œuvre des configurations de réponse aux attaques : équipements du réseau (routeurs, switches), dispositifs de sécurité (pare-feux, IDS/IPS), annuaires des autorisations utilisateurs (LDAP, AD), systèmes d'authentification, configuration des postes applicatifs (droits d'accès).

Lors de l'occurrence d'une attaque, il faut identifier les parties prenantes de la menace (sources, cibles, relais et vecteurs de l'attaque), et évaluer les différentes stratégies de réponse possibles en fonction de la nature de l'événement, de la forme et la topologie de l'attaque, et des moyens de réaction mobilisables parmi les éléments actifs préalablement répertoriés. Cette évaluation doit intégrer l'estimation du rapport entre l'efficacité des contremesures proposées en regard de la nocivité de l'attaque, et le calcul de l'impact de la réponse sur l'intégrité et le fonctionnement des services et des réseaux sous-jacents.

L'opérateur de sécurité dispose ainsi instantanément de tous les éléments de décision permettant de pousser les configurations de réaction appropriées. Il devient alors possible de réagir en quasi-temps réel à une attaque en cours en activant des combinaisons intelligentes de contremesures à l'impact et l'efficacité mesurés : filtrage et contrôle d'accès, compartimentation, nettoyage chirurgical de flux nocifs.

La Threat Intelligence est fondamentale en matière d’aide à la décision et fait apparaître des notions d’intelligence artificielle, qui prouve bien que cette dernière s’applique depuis déjà plusieurs années dans les processus de gestion des incidents de cybersécurité.

Par Fabrice CLERC, Président de 6Cure

Yann Fressignaud, Directeur UX, Kaliop Digital Commerce

 

Incontestablement, la recherche d’une expérience utilisateur optimale se positionne comme un projet stratégique pour les e-commerçants. En effet, lancer une boutique en ligne ou développer ses ventes repose certes sur l’exhaustivité de son catalogue de produits, mais pas uniquement. La navigation et l’expérience proposées sont ainsi des points-clés à ne pas sous-estimer. C’est dans ce contexte que la notion de tests utilisateurs est fondamentale afin d’identifier les points de friction de la navigation des internautes.

 

Ces tests sont multiples et dépendent des objectifs que l’on se fixe : est-ce que l’on va recruter des clients existants familiers avec la marque ? Ou des utilisateurs non-clients à qui on demandera de benchmarker les concurrents, puis de naviguer sur l’interface à tester ? Autant de questions fondamentales à se poser. N’oublions pas que les projets digitaux et les lancements de sites e-commerce nécessitent de mobiliser des ressources et des budgets importants et qu’il est vital que dès leur mise en ligne et plus globalement tout au long de leur vie, l’expérience utilisateur soit au rendez-vous.

 

Opter pour une approche industrielle afin de mener à bien son projet dans les meilleures conditions

 

En ce sens, la dimension de tests utilisateurs ne doit pas être menée à la légère. Pour ce faire, il est indispensable de prendre le projet dans son ensemble et de s’appuyer sur 6 grandes étapes qui permettront d’avoir une vue complète du ressenti des internautes.

 

- Échanger autour des profils cibles de la marque,

- Élaborer des hypothèses à tester et des scénarios de navigation,

- Recruter des testeurs et des profils pressentis,

- Conduire des tests à distance en desktop, tablette ou mobile,

- Récolter et visionner des tests en vidéo,

- Restituer et préconiser des UX engageantes.

 

À travers cette check-list, il est alors possible de mettre en place des séries de tests utilisateurs afin de vérifier la clarté de la navigation. Cette approche est d’autant plus pertinente pour les e-commerçants et annonceurs qui ont plusieurs marques qui cohabitent au sein de leur offre. Il est alors possible de mieux comprendre les attentes de ses clients et prospects et d’améliorer son site e-marchand en l’adaptant en continu.   

 

Le test utilisateurs des sites e-commerce connaît donc aujourd’hui une très forte croissance et se positionne comme une priorité au sein des équipes marketing et ventes. À l’instar des interviews utilisateurs réalisés dans les points de vente physiques (boutiques), les tests utilisateurs digitaux sont désormais un must have pour toute marque souhaitant offrir la meilleure expérience d’achat à ses clients.

La création d'un Cahier des Charges ERP est l'une des étapes les plus importantes pour réussir son projet. Pour cette raison, les responsables se demandent régulièrement quelle est la structure optimale du document à constituer. D'une part, il est important de limiter les coûts au minimum et, d'autre part, de choisir un niveau de détail tenant compte de tous les facteurs importants.

 

La préparation du Cahier des Charges ERP nécessite une approche structurée

 

  • De quoi l'entreprise a-t-elle besoin ?
  • Quels objectifs d'entreprise devraient être atteints avec l'introduction d’un système ERP ?
  • Quels processus optimiser ?

 

Une étude approfondie de ces facteurs constitue la base d'une mise en œuvre réussie. Les exigences ultérieures doivent être constamment orientées vers ces objectifs et la stratégie de l'entreprise ne doit jamais être ignorée. Dans le Cahier des Charges ERP, il sera nécessaire de préciser comment le nouveau système contribue à soutenir ses objectifs et ses processus.

 

Le Cahier des Charges ERP est utilisé à plusieurs reprises

 

Gardez à l'esprit qu'un Cahier des Charges ERP n'est pas uniquement rédigé dans le but d'évaluer les éditeurs de solutions ERP. Il sera ensuite converti en un document sur les exigences ERP fonctionnelles et deviendra partie intégrante du contrat avec le fournisseur sélectionné. En outre, pendant le processus de mise en œuvre, il fournira également une base pour les tests. Pour cette raison, le Cahier des Charges ERP doit être écrit pour être compréhensible à la fois pour les fournisseurs ERP et pour vos propres utilisateurs.

 

Prioriser les processus

 

Lors de la création d'un Cahier des Charges ERP, vous ne devez pas vous limiter à décrire les fonctions requises. Concentrez-vous sur la définition et la description des processus métier requis. Si aucune description de processus complète ou actuelle n'est disponible, elles doivent être créées.

 

Impliquer les départements spécialisés

 

Après avoir examiné vos processus et votre stratégie, il est temps de faire participer d’autres services dans l’entreprise. Après tout, ce sont les utilisateurs qui travailleront le plus avec la future solution ERP. Il est alors judicieux d'organiser des ateliers pour discuter des exigences spécifiques des départements. Une fois que vous avez collecté les informations nécessaires, vous devez prendre en compte l'ensemble des éléments. L'objectif n'est pas d'optimiser les services individuels, mais d'harmoniser l'ensemble de l'organisation.

 

Trouver le bon niveau de détail

 

Après avoir validé les objectifs stratégiques avec chaque service, vous pouvez ensuite définir les besoins fonctionnels spécifiques.  Un Cahier des Charges ERP trop superficiel conduit à de nombreuses questions et malentendus. L’autre extrême conduit à une charge de travail qui n’est pas proportionnelle aux bénéfices. Pour parvenir à un équilibre entre ces deux caractéristiques, les règles suivantes sont utiles :

 

  • Ne vous perdez pas dans des détails inutiles.
  • Évitez les fonctionnalités "irrésistibles".
  • Ne vous concentrez pas sur les fonctionnalités standard fournies dans tous les systèmes ERP

 

Les schémas de conception ERP prennent en charge la sélection d'un fournisseur ERP approprié et constituent donc la base d'un processus de mise en œuvre réussi. Lors de la création de son Cahier des Charges, il est important de prendre en compte les objectifs et les stratégies de l'entreprise. En outre, une coopération étroite avec les départements spécialisés qui utiliseront le plus le système ERP reste fondamentale.

 

Par Pierre BAUDOIN , Directeur Général de ABAS France

 

SER Group, éditeur de solutions de gestion de contenu, fait évoluer son équipe de direction et annonce la nomination de Xavier Doulaud au poste de Country Manager France. Expert reconnu sur le marché de l’ECM et de la gestion de documents depuis de nombreuses années, il joue un rôle-clé dans la nouvelle stratégie de développement de l’éditeur à l’échelle nationale.

Xavier Doulaud, Country Manager France de SER Group « SER Group occupe une place privilégiée sur le marché des éditeurs de solutions ECM. La qualité de son offre, son nombre important de clients et sa reconnaissance de la part des principaux cabinets d’analystes sont autant d’éléments qui m’ont amené à rejoindre ses équipes. Nous disposons de tous les éléments nécessaires pour nous imposer rapidement sur le marché français comme un partenaire stratégique pour les entreprises qui souhaitent mettre en œuvre avec succès leurs projets ECM. Ma mission va consister à permettre au groupe de franchir un nouveau cap et de poser les bases de notre stratégie de développement à court, moyen et long terme. »

 

 

Ricoh France s’associe à Euridis Business School, école de vente spécialisée dans les nouvelles technologies et orientée dans le secteur du BtoB pour la rentrée 2018. Il s’agit du premier partenariat signé par Ricoh France avec une école de commerce. L’objectif est de former une quinzaine d’alternants visant à renforcer la force de vente Ricoh. 

 

La jeune promotion Euridis du Bachelor Vente et Négociation spécialisé en hautes technologies est composée de quinze alternants. Trois semaines par mois, quatre alternants intègrent les équipes Ricoh à Lyon et onze rejoignent les équipes Ricoh de Paris. Ces jeunes sont formés dès le 1er octobre aux meilleures techniques de vente. En effet, ils bénéficient d’un programme de formation spécifique :

  • Acquérir les fondamentaux de la vente BtoB (action de prospection, qualification et prise de rendez-vous, argumentaire client, mise en pratique) 
  • Maitriser l’écosystème numérique (historique du secteur, acteurs du secteur et business models associés, économie du secteur numérique)
  • Comprendre l’environnement des entreprises 
  • Interpréter la communication professionnelle 

Le but d’un tel partenariat est de s’appuyer à la fois sur les acquis théoriques appris à l’école et de les confronter aux problématiques de l’entreprise. 

 

Julien Villieux, responsable RH et pôle sourcing de Ricoh France, explique : « Avec ce nouveau partenariat, l’objectif de Ricoh est de créer un vivier de jeunes commerciaux, de les former aux problématiques de l’entreprise. Au terme de leur alternance, nous souhaitons les titulariser en CDI sur nos postes vacants. Nous voyons en eux des jeunes commerciaux en devenir. Ricoh leurs permet d’allier leurs connaissances théoriques et la pratique du terrain ». 

 

Un objectif d’entreprise fort : faire de Ricoh un incubateur de talents. 

 

Cette première promotion d’alternants est née à la suite d’une sélection de candidats Euridis par Ricoh. Ces étudiants ont ainsi pu intégrer le Bachelor Vente et Négociation Commerciale, cinquième dans le classement SMBG 2018. Véritables ambassadeurs d’une des meilleures écoles de commerce sur la vente en BtoB, ils sont formés pour évoluer vers des postes grands comptes, de marché stratégique, de chef des ventes…. 

 

Ricoh France a la volonté de véritablement accompagner ces jeunes tout au long de leur expérience d’alternants. Pour cela, Ricoh les équipe d’un ordinateur et d’un téléphone et souhaite les professionnaliser dès la première semaine. Tous les moyens sont mis à disposition de ces nouvelles recrues pour qu’elles puissent réussir. 

 

Plus qu’une simple alternance, Ricoh présente à ces alternants un véritable projet d’entreprise. Julien Villieux poursuit : « nous avons à cœur de leurs inculquer la culture des valeurs Ricoh : le dépassement de soi, le sens du service client, l’innovation et la créativité. ». Ricoh capitalise ainsi sur une nouvelle génération pour construire avec eux leur projet d’entreprise. 

 

Ricoh France se positionne comme un incubateur de talents en recrutant des apprentis pour les former et en faire des futurs commerciaux. 

ABONNEMENT NEWSLETTER

LE MAGAZINE IT FOR BUSINESS

Découvrir

Créer votre compte

S'abonner


Pour toute question, merci de nous contacter

NOUS SUIVRE