Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site
Communiqués de presse
Communiqués de presse

Communiqués de presse (1310)

Incontestablement, les nombreux outils du marketing digital amènent les entreprises qui exercent leur activité en B2B à se poser la légitime question de leur utilité pour développer leur activité. Le marketing de contenu s’inscrit dans ce contexte. Nous allons tenter de prendre du recul sur ce sujet et voir comment ce dernier peut être un allié pour développer son activité B2B.

 

Le visage du marketing de contenu dédié au B2B

Tout d’abord, rappelons que le content marketing appliqué au digital regroupe les actions mises en œuvre par les professionnels pour créer du contenu qui génèrera du trafic, des opportunités commerciales et contribuera à fidéliser les clients. Afin de donner quelques exemples, nous pouvons notamment évoquer le contenu éditorial, le brand content, les vidéos, etc. Nous voyons donc que le Content marketing ne se résume pas à la simple création et publication de contenu pour un blog d’entreprise. De plus, en B2B, le Content Marketing doit avoir pour objectif de répondre aux besoins d'information des clients, de générer des leads et du trafic qualifié sur le site de l’entreprise.

L’impact du marketing de contenu en B2B

À la question de savoir si le marketing de contenu a du sens en B2B, nous pouvons répondre sans hésitation que oui, et ce notamment grâce à l’Inbound Marketing qui accroit la portée des actions réalisées. Les cycles d'achats en BtoB sont généralement des cycles longs structurés autour de recherches de preuves d'expertises. L’inbound Marketing répond parfaitement à ces comportements d’achats. L'idée est de proposer des contenus pertinents qui permettront à l’internaute de parfaire sa connaissance du sujet au travers de ressources mettant en avant l’expertise de l’entreprise sur le domaine recherché. Il s’agit donc d’un bon moyen pour initier une relation commerciale de qualité avec les prospects. L'Inbound Marketing vient compléter le Content Marketing avec une approche de lead nurturing qui permettra d’identifier à quel moment le visiteur est « disposé » à recevoir une information plus commerciale ou à être contacté.

Alors, comment définir et déployer sa stratégie de Content Marketing en B2B ?

Tout d’abord, il est important de produire des contenus de qualité. Dans ce contexte, un travail de fond est nécessaire pour définir précisément ses cibles, puis le type de contenus à créer par rapport aux problématiques de ces cibles et sa propre capacité et légitimité à prendre la parole. Ce n'est qu'ensuite que les questions de production et d'organisation pourront être abordées. D’un point de vue opérationnel, une approche progressive est souhaitable. Cela peut commencer par des publications régulières sur un blog, puis par l’évolution des formats avec des livres blancs pour nourrir une base de prospection par exemple.

Ces différents éléments démontrent clairement que le marketing de contenu n’est pas un sujet exclusivement réservé au B2C. Il permet aux entreprises qui réalisent leurs activités en B2B de tisser une relation privilégiée avec leurs prospects en leur offrant des contenus à forte valeur ajoutée qui joueront un rôle-clé dans leur processus de sélection d’offres.

Vincent Vandevelde, Directeur d'agence Gradientz - Groupe Kaliop

 

 

Après Paris et Nantes, Provadys et NetXP qui ont annoncé leur projet de rapprochement en novembre dernier confirment leur dynamisme et leur développement en ouvrant une agence à Strasbourg, pour se positionner au plus près de leurs clients de la région Grand Est.

 

Olivier Pantaléo, Président de Provadys déclare : « Plusieurs arguments nous ont convaincus d’ouvrir une agence à Strasbourg : le dynamisme économique de la région Grand Est, notamment du secteur numérique, la présence de plusieurs écoles qui proposent, entre autres, des formations en cybersécurité et le positionnement central de Strasbourg idéalement situé entre l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg. L’une de nos premières actions concrètes sera le recrutement d’un ingénieur d’affaires et d’au moins 3 experts d’ici à la fin de l’année. » 

 

Jean-François Aliotti, Président de NetXP ajoute : « Nous sommes heureux d’annoncer cette nouvelle ouverture qui démontre notre volonté de nous implanter durablement près de nos clients et offrir à nos collaborateurs de nouvelles perspectives d’évolution et/ou de mobilité. La région Grand Est est un marché dynamique et stratégique pour notre nouveau groupe. »

 

L’agence strasbourgeoise se situe au centre d’affaires Regus les Halles Tour Sébastopol, 3 quai Kléber à Strasbourg.

Jaguar Network et Orbiwise annoncent la signature d’une alliance stratégique visant à accélérer la mise à disposition d’infrastructures LoRa pour les marchés de la Smart City, de la e-santé et de l’industrie 4.0.

 

Les réseaux LoRaWAN™ à bas débit (*) permettent une large couverture de connectivité qui simplifie le déploiement d’objets connectés. Cette révolution IoT permet l’optimisation des coûts d’opérations et une amélioration significative de la performance des équipements. 

 

L’ offre Stellar Entrepriseproposée par Jaguar Network standardise la mise en place des réseaux LoRaWAN™ en intégrant les briques nécessaires au cœur d’une offre unifiée. Les professionnels bénéficient d’une visibilité accrue sur le bon fonctionnement de leurs opérations métiers et disposent de nouveaux indicateurs depuis l’interface de pilotage. Ils peuvent ainsi mener à bien leur transformation numérique grâce au Big data.

 

Dominico Arpaia, CEO d’Orbiwise : « Cette alliance entre Orbiwise et Jaguar Network est très importante pour nous. Notre solution OrbiWAN™ bénéficie maintenant de l’expertise et des infrastructures souveraines de Jaguar Network pour proposer de nouveaux services aux collectivités et aux entreprises. Une combinaison idéale pour accélerer les déploiements et pour profiter pleinement du potentiel des réseaux LoRaWAN™ Privés et offrir à nos clients de nouveaux services. Dans ce contexte, nous proposons cojointement un package de démarrage qui permet lancer un pilote gratuitement.»

 

Kevin Polizzi, CEO de Jaguar Network, précise : « Avec notre backbone Iliad, nous sommes très heureux de déployer les réseaux IoT à grande échelle. Ces derniers vont permettre aux entreprises de rationaliser leurs coûts de mise en production et de positionner l’innovation au centre de leur stratégie de développement. La solution OrbiWAN Entreprise s’intègre directement à notre orchestrateur multi-cloud Atlas. Les données de l’IoT sont ainsi traitées en toute sécurité en cœur de réseau cloud ou via le edge computing. »

 

Jaguar Network confirme sa volonté decompter parmi les principaux acteurs français du marché de l’IoT. Dans ce contexte, de prochaines offres déjà déployées au cœur de ses datacenters seront commercialisées à grande échelle.   

 

 

 

* Le réseau LoRaWAN™ est un protocole de communication à bas débit fondé sur la technologie de modulation des ondes radios LoRa™. Cette technologie est parfaitement adaptée aux objets à faible consommation électrique, comme les objets connectés (IoT). Elle est principalement déployée par des collectivités locales sur leur territoire pour répondre à des enjeux de Smart City ou bien par des entreprises dans le cadre de monitoring industriel. 

Incontestablement, le marché des télécoms connait aujourd’hui de très fortes mutations qui amènent les consommateurs à faire évoluer leurs usages et à utiliser leurs mobiles différemment. De manière générale, et en poussant le raisonnement au plus loin, ne plus avoir de mobile nous fait tout simplement disparaitre du paysage et nous coupe de services et de ressources fondamentales, que ce soit dans un contexte personnel ou professionnel. Prenons des exemples concrets pour illustrer notre propos : notre musique, nos photos, nos comptes en banque, notre messagerie professionnelle, nos titres de transport

 

L’impact du développement des usages 

 

Ces différents éléments mettent clairement en évidence la nécessité pour les consommateurs de pouvoir accéder en tout temps à leur mobile. Ainsi, la valeur accordée au mobile ne cesse de se développer et amène les utilisateurs à repenser leur manière de préserver au mieux leur capital. On note d’ailleurs que cette tendance va s’amplifier ces prochaines années avec l’arrivée de la 5G qui va profondément faire bouger les lignes et démultiplier les usages. Enfin, il faut compter aussi sur les innovations à venir en matière de connecteurs et de nouveaux devices qui seront prochainement lancés. 

 

L’évolution de la valeur perçue et des moyens déployés pour protéger ses smartphones

 

Sur ce point, le constat est relativement simple. Les consommateurs sont désormais prêts à investir significativement pour protéger leurs mobiles avec notamment les coques et protège écran. Cette donnée est assez intéressante dans la mesure où elle traduit parfaitement la prise de conscience de l’importance qu’occupent les mobiles dans notre quotidien. Ainsi, nous devrions voir la valeur nominale accordée à la protection des mobiles augmenter fortement. On assiste à une réelle maturité des consommateurs qui recherchent désormais des accessoires de haute qualité. De nombreuses études mettent d’ailleurs en avant qu’ils sont prêts à dépenser des sommes plus importantes pour s’assurer de bénéficier d’une protection optimum.

 

Toujours en matière d’accessoires, au-delà de la protection, on constate également que la notion liée à la charge est également une priorité pour les consommateurs. Cela s’explique notamment par leur hyper connectivité et leur besoin d’être joignables à tout moment et de pouvoir utiliser leurs applications et services. Là encore, l’heure ne semble pas nécessairement à l’économie, mais plutôt à la nécessité d’utiliser des câbles et chargeurs qui permettent de charger rapidement son mobile sans endommager les circuits électroniques.  Ce point est particulièrement important dans la mesure où des dispositifs de mauvaise qualité risqueraient d’endommager définitivement les mobiles.

 

En dépit d’une légère érosion des volumes de ventes d’accessoires, on constate donc que cette tendance ne touche pas tout le marché. Ce dernier est simplement entré dans une phase de transformation. Il est donc important de bien comprendre les attentes des consommateurs et de se concentrer sur la notion de qualité et de valeur ajoutée qui sera désormais le critère de sélection des utilisateurs professionnels et grand public. 

 

 

Par Michel BASSOT, Directeur Général de Bigben Connected

Notre monde est en totale disruption, et ce, dans tous les secteurs de l’économie et de l’industrie. Les médias n’y échappent pas. Dans ce contexte, la blockchain a joué un rôle stratégique. Mais pourquoi ? Tout d’abord, elle est une réalité tout comme les cryptos-actifs. Nous ne sommes plus dans un débat, ce point est crucial. Le marché oscille depuis maintenant plusieurs mois entre 300 et 400 milliards de dollars. C’est la taille du market cap global des cryptos, c’est-à-dire la somme de tout l’argent, de toute la valeur, de toutes les cryptos en circulation sur le marché.

 

Est-ce un phénomène ponctuel ?

 

Comme dans tous les marchés éruptifs, la spéculation contribue à surévaluer certaines monnaies, tout comme la bulle Internet dans les années 2000, mais tout cela va se réguler au travers notamment de législations qui commencent à être mises en place dans le monde. Le FMI a notamment récemment lancé un appel officiel aux Banques Centrales et aux États, leur demandant de considérer les problématiques de cryptomonnaie.

 

En France, il est nécessaire de définir un cadre juridique, de légiférer et devenir « Blockchain oriented », car beaucoup de talents français partent développer leur start-up à l’étranger faute de structures en France. Les conséquences sont désastreuses à court, moyen et long terme, car cela signifie que la France ne sera pas en situation d’être compétitive demain sur le marché international.

 

De plus, c’est un manque à gagner énorme en termes de valeurs, de création d’entreprises et donc de création d’emplois.  L’enjeu de la blockchain est un enjeu d’avenir aussi important que la création d’emploi et les problèmes d’environnement, et surtout elle est irréversible ! Il est urgent que l’État joue son rôle de moteur et réunisse autour de la table les banques françaises qui sont un élément essentiel de cette évolution et toutes les institutions permettant à notre pays de rester une nation puissante dans le monde. 

 

Créer des médias de nouvelle génération

 

Il faut encourager ces créations.Notre avenir, notre économie, nos emplois et donc notre bien-être et notre bonheur dépendent de la capacité de la France à peser sur le marché européen et mondial. Il faut que nous générions des leaders, des licornes, des entreprises capables de concurrencer les GAFA. Les WebTv font partie de ces entreprises en devenir. Il faut les soutenir et commencer par s’y inscrire, c’est un premier pas. Plus elles compteront de membres dans leur communauté et plus elles donneront envie à des investisseurs étrangers d’accompagner ces projets.

 

En ce sens, la blockchain et les cryptomonnaies sont un moyen essentiel pour permettre à ces nouveaux médias d’émerger. Ce nouveau cas d’usage démontre leur utilité et le rôle qu’elles jouent dans l’émergence des futures leaders de l’industrie des médias.

 

Par Laurent LELOUP, CEO Chaineum et conseiller sur le projet ICO de MyTVchain

 

Le distributeur à valeur ajoutée IT-LOGIQ met le cap sur IT Partners pour développer des relations commerciales avec ses partenaires et tisser de nouveaux accords de distribution qui lui permettront de renforcer son offre et de proposer de nouveaux produits au sein de son catalogue. Au-delà de ces éléments, IT-LOGIQ rencontrera également de nombreux prospects, présentera ses produits et services et pourra échanger sur les différents projets de ses clients.

 

 IT-LOGIQ s’appuie sur une solide expérience dans le domaine des Télécoms et de la voix sur IP, mais aussi sur son savoir-faire dans les métiers de la distribution, du conseil, du support et de l'assistance à l'intégration de bases technologiques destinées aux applications télécoms. IT-LOGIQ intervient aussi bien pour l’entreprise que pour l’infrastructure réseau des opérateurs. Impliquée dans la convergence des réseaux, la VoIP, la communication unifiée, les solutions de signalisation et les systèmes haute densité, IT-LOGIQ a sélectionné auprès de plusieurs constructeurs les produits les plus adaptés aux exigences de qualité, flexibilité et fiabilité nécessaires à ces solutions.

 

À travers cette annonce, IT-LOGIQ démontre sa volonté d’investir en continu pour sélectionner les meilleurs environnements du marché et offrir à ses clients des solutions télécoms de nouvelle génération. Dans ce contexte, le distributeur mène une veille active pour évaluer et référencer des produits performants et adaptés aux nouveaux enjeux de ses clients.  

 

Xavier PAOUR, Fondateur de IT-LOGIQ « IT-Partners est un événement unique pour faire le tour des dernières solutions de marché et tisser des partenariats durables avec nos clients et prospects, mais aussi avec les constructeurs qui nous permettront de compléter notre proposition de valeur. En qualité de distributeur, nous devons toujours être à l’écoute et identifier les opportunités de demain que nos clients pourront ensuite utiliser pour moderniser leurs environnements et systèmes Télécom. »

 

IT-LOGIQ exposera sur le stand R34

SCC France, acteur majeur des services informatiques d'infrastructure, confirme son positionnement de partenaire stratégique des acteurs du secteur public en remportant pour la deuxième fois le marché « Contrôle et sécurisation des accès » de l’UGAP. 

 

À travers cette annonce, SCC France met en avant sa solide expertise sur les sujets liés à la cybersécurité et sa capacité à accompagner les acteurs du secteur public dans la mise en œuvre de systèmes éprouvés qui permettent de protéger efficacement leurs systèmes d’information.  

 

Cette reconduction de marché s’explique aussi par l’évolution de l’offre de SCC France qui a su référencer de nouvelles solutions qui répondent parfaitement aux nouveaux enjeux de cyberprotection des collectivités et administrations sur des sujets tels que la gestion des accès Web, la messagerie, les accès aux serveurs et applications stratégiques ou encore la gestion de l’adressage IP. Au-delà de la qualité des solutions référencées, SCC France a été sélectionné pour l’ensemble de ses prestations de service : conseil, intégration, paramétrage, formation et transfert de compétences. 

 

Nuno VENTURA, responsable de la Business Unit Sécurité chez SCC France précise : « L’attribution de ce nouveau marché d’une durée de trois ans est une réelle reconnaissance pour nos équipes techniques et commerciales qui ont su faire évoluer notre offre de cybersécurité et la porter à un niveau unique sur le marché français. Notre offre, associée à notre forte connaissance des problématiques métiers des acteurs du service public, nous a permis de faire la différence. Nous allons désormais nous concentrer sur l’accompagnement des collectivités et administrations qui souhaitent déployer des environnements sécurisés et performants pour mener à bien leurs différentes missions. »

Par Xavier VACCARI, Directeur Associé, SOFTEAM Group et Directeur, SOFTEAM AI

 

La gestion de l’expérience et de la relation client est un sujet complexe qui amène l’ensemble des professionnels de la finance et particulièrement les établissements bancaires à repenser leurs approches traditionnelles. En effet, évoluant dans un environnement ultra concurrentiel, les banques sont amenées à opérer une transformation digitale leur permettant de gagner en qualité de service et booster la relation avec leurs clients.

 

L’automatisation : maillon central d’une transformation réussie

 

Les demandes des clients évoluent et leur usage du digital ne cesse de s’intensifier, et ce, sur tous les canaux et devices (ordinateurs, smartphones, tablettes, etc.). De nombreuses études mettent en avant leur utilisation massive des canaux numériques pour contacter leurs services clients et accéder rapidement aux informations les concernant : questions courantes sur les contrats, téléchargement de certificats, points sur les services utilisés, etc. Pour autant, bien que les cas d’usages soient multiples, de nombreuses questions restent fréquemment posées et les réponses apportées pourraient être automatisées, notamment pour les demandes formulées par mail. 

 

L’intelligence artificielle et le machine learning apportent une réponse intéressante. En effet, véritables « compagnons » des services clients, ces technologies d’un nouveau genre entrent dans une phase de maturité permettant de désengorger les équipes opérationnelles en automatisant le traitement des réclamations. Ces équipes peuvent alors se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée qui nécessitent une expertise et des interactions humaines. 

 

Cependant, mettre en place des projets complexes tels que les « mailbots » ne peut se faire sur un simple coin de table. Une préparation minutieuse qui prend en compte des éléments, métiers, organisationnels et techniques est fondamentale. Elle permettra ensuite de modéliser un dispositif adapté. À ce sujet, il est utile d’avoir une logique progressive centrée sur des « quick wins », ce qui permettra d’intégrer au fur et à mesure des cas d’usages concrets que les mailbots ou chatbots pourront traiter. La mise en place de plateformes d’automatisation, augmentées par l’IA et le machine learning, est le premier pas pour les banques vers une industrialisation de ces nouveaux projets et une rationalisation des pratiques d’apprentissage apportées par ces nouvelles technologies.

 

Les gains engendrés par une telle approche 

 

À ce stade, plusieurs réponses sont possibles en fonction du type de dispositif mis en œuvre. Parmi les gains les plus « évidents », nous pouvons évoquer une forte diminution des relances formulées par les clients, un meilleur confort d’utilisation pour les agents ou encore une réelle complémentarité entre les robots et les équipes humaines. Les « bots » sont déployés pour permettre plus de disponibilité et de réactivité de la part des équipes Relation Clients et leur permettre de se concentrer sur les demandes à forte valeur ajoutée.

 

Il apparaît donc que l’IA va se positionner en partenaire stratégique des établissements bancaires. Il est également à penser qu’en raison de la masse de données dont disposent ces professionnels, le machine learning va se développer à grande échelle et faire émerger de nouveaux usages et services au sein des établissements bancaires. 

 

 

Comme pour le reste de la population, le digital prend de plus en plus de place dans le quotidien des seniors. Que ce soit via l’utilisation d’objets connectés (smartphones, téléviseurs, tablettes …) ou à cause de la nécessité d’utiliser de plus en plus de services en ligne (cartes d’identité, cartes grises, impôts, banque…), l’obligation de « s’y mettre » est bien là.

 

Cela dit, il ne faut pas ignorer ce qu’on appelle la fracture numérique. Les plus de 70-75 ans sont beaucoup moins connectés que le reste de la population en France et cela n’est pas sans causer des difficultés à ces personnes qui se sentent dépassées et isolées de ce monde digital.

 

Le digital et les seniors : un rapprochement qui prend de plus en plus sens

 

Les solutions à cette déconnexion sont de divers ordres. Comme toujours, les aidants familiaux sont très présents et certainement sollicités pour de l’aide à effectuer des démarches ou du « dépannage » sur ordinateur.

 

De nombreuses associations ou d’entreprises œuvrent à former les seniors au numérique et / ou assister les personnes âgées dans leurs démarches nécessitant l’utilisation d’Internet. Et enfin, certains fabricants de matériel se spécialisent dans la conception d’objets dédiés aux seniors et d’autres se situent dans l’optique du design pour tous afin de rendre les innovations plus accessibles à tous.

 

En ce qui nous concerne, les articles phares de notre boutique en ligne Facilavi, dans le domaine du numérique sont les smartphones, les tablettes pour seniors et certains jeux à faire sur tablette ou ordinateur.

 

Ces articles sont adaptés à un usage par les seniors.

 

Favoriser l’adaptation des seniors à la technologie

 

Il faut répondre aux différentes difficultés que peuvent rencontrer certains seniors au cours de leur avancée en âge. Une personne donnée ne va pas souvent cumuler toutes ces difficultés mais les objets doivent pouvoir convenir au plus grand nombre. L’acuité visuelle, l’acuité auditive, la facilité de préhension, la rapidité évoluent avec l’âge et les objets doivent être « tolérants » et adaptés.

 

Les interfaces physiques sont adaptées : espacement plus grand des zones à cliquer, par exemple. Les couleurs sont choisies de façon à ce que les contrastes soient bien nets. De base, les caractères sont assez gros et le réglage de la taille des textes est simple à réaliser. Il en est de même pour le réglage du volume sonore. Et pour ce qui est spécifique du numérique, les menus sont simplifiés et adaptés à des grands débutants avec parfois, plusieurs niveaux possibles pour ne pas rebuter les personnes déjà un peu expérimentées.

 

Cependant, nous allons toucher toute la difficulté du marketing des seniors : qui sont-ils, quel âge ont-ils ? On ne peut pas comparer, surtout dans le domaine de l’utilisation du numérique, un senior à peine retraité qui a exercé toute sa vie dans des domaines technologiques et une personne âgée qui n’a jamais touché un ordinateur.

Les produits adaptés s’adressent surtout aux deuxièmes ou aux personnes ayant des connaissances intermédiaires.

 

Le digital est déjà là, dans le quotidien des seniors, plus ou moins. Les téléviseurs sont connectés, les voitures avec GPS intégrés sont connectées.

C’est parfois à l’occasion d’un cadeau qu’une personne âgée va se retrouver avec un objet qu’elle apprendra à utiliser avec l’aide de ses proches, au début, puis toute seule.

 

De toute façon, à long terme, les seniors qui auront été connectés plus tôt dans leur vie continueront de l’être. L’évolution va suivre les tendances majeures de notre société, avec parfois de petits retards. Les produits grands publics pour seniors seront de moins en moins spécifiques mais avec une grande exigence en matière d’ergonomie.

 

L’innovation technologique : un vecteur d’évolution pour la Silver Economie

 

On voit émerger beaucoup de projets et de start-ups qui visent une utilisation par les personnes en perte d’autonomie. Mais ce sont plutôt des produits pour assurer la sécurité des seniors, capteurs d’activité, notamment ou des matériels qui peuvent simplifier l’accompagnement pour les aidants familiaux ou professionnels. Le verre connecté, par exemple, permettra au personnel d’un EHPAD (établissement pour personnes âgées dépendantes) de vérifier que les résidents ont bien bu assez dans la journée et qu’ils ne risquent pas la déshydratation ou alertera si une personne n’a pas bu suffisamment.

 

Concernant ces produits innovants, certains projets me paraissent très valables, d’autres beaucoup moins. Certains moutons à 5 pattes ne rencontreront pas leur marché faute d’une acceptabilité par les seniors.

Pour les seniors autonomes, ce qui me paraît le plus intéressant et qui emporte l’adhésion des seniors, ce sont les matériels qui les aident à « rester dans le coup » et à pouvoir communiquer de façon autonome avec leurs proches, notamment leurs petits-enfants. En fait, ce sont les moyens technologiques qui remettent de la présence, soit-elle virtuelle, auprès des personnes âgées.

 

Pour les personnes en perte d’autonomie, c’est une autre affaire. De nombreux concepts sont à l’étude. Certains verront le jour, d’autres ne tiendront que peu de temps sur le marché. Il faut aussi trouver le modèle économique et le financement de ces matériels. C’est un équilibre difficile à trouver.

 

Les risques existent, et les questions se posent malgré tout

 

Au sujet de ces innovations technologiques, plus que le risques des ondes électromagnétiques dans lesquels nous baignons tous, seniors compris, c’est le problème lié au respect de la vie privée qui se pose.

 

Il se pose pour chacun d’entre nous qui utilisons des objets connectés mais il est encore plus aigu pour des seniors pas forcément informés des risques sur leur vie privée ou auxquels on n’aura pas demandé leur consentement sous prétexte qu’ils perdent leur autonomie. La problématique du consentement des personnes âgées est très complexe et demande du temps, de l’explication et de la considération humaine. Il est difficile de trouver le produit idéal. Pour ma part, je n’ai pas d’idée de produit spécifique mais le produit idéal est celui qui est inclusif pour les seniors et qui permet de respecter leur liberté de choix.

 

A propos de l’auteur

 

Benoite Lavaux est la fondatrice de Facilavi. (https://www.facilavi.com/) Après une formation scientifique généraliste à dominante mécanique, Benoite Lavaux exerce différents métiers dans le secteur de l’électronique automobile (autoradios et systèmes de navigation, GPS). Tour à tour, ingénieure de développement en mécanique, responsable de projet complet (animation d’une équipe pluridisciplinaire pour créer de nouveaux produits), cheffe de service aux méthodes, aux achats puis directrice des achats, elle a eu l’occasion d’expérimenter les exigences du monde de la sous-traitance automobile.

 

« La crise de 2008 et ses plans sociaux ont représenté, pour moi, l’opportunité d’aller explorer un domaine totalement nouveau : la vente sur Internet de matériel pour les seniors. Il s’en est suivi la création de Facilavi en 2010. »

 

L’insertion dans la Silver Economie, une histoire de déclic

 

« L’idée de travailler pour les seniors est arrivée petit à petit. Avec la canicule de 2003, mon mari et moi avons pris soin d’une grande tante. Elle a eu le parcours classique des personnes qui perdent leur autonomie : hospitalisation, chute, impossibilité de rentrer chez elle et entrée en EHPAD.

Nous nous sommes alors rendu compte que nombres d’objets, une télécommande de téléviseur, par exemple, n’étaient pas adaptés aux personnes âgées et qu’il n’était pas si facile d’en trouver. C’est aussi dans cette période que mes parents se sont également retrouvés aidants familiaux.

 

Ces événements se sont produits à un moment où j’avais besoin de donner plus de sens à ma vie professionnelle.

 

La création d’un e-commerce pour les seniors représentait, pour moi, un bon équilibre entre une activité avec un fond technique, pleinement intégrée dans le monde numérique actuel et qui ait également du sens, une utilité sociale. »

 

 

 

Pépites Shaker, l’accélérateur européen de startups créé par le Groupe Tessi, fête son premier anniversaire en février. En un an, le nombre de startups faisant partie de ce programme inédit a doublé en passant de 20 à 40 startups. 

 

Lorsque Tessi, leader européen dans la digitalisation du parcours client (Business Process Outsourcing), a lancé Pépites Shaker il y a un an, son objectif était double. Il s’agissait à la fois de faire bénéficier ses startups du réseau et de l’expertise métiers de Tessi tout en permettant au Groupe d’enrichir ses offres des dernières innovations digitales grâce aux échanges et à la collaboration avec les sociétés membres de cet écosystème.

 

Un accompagnement unique en son genre 

 

Pépites Shaker s’adresse avant tout aux structures ayant terminé leur phase de R&D et qui cherchent à développer leur portefeuille client. Toute startup européenne est éligible, à condition d’avoir 3 ans d’existence et d’avoir été fondée dans le pays qu’elle représente. Aujourd’hui, plus de 30 startups françaises et 10 startups espagnoles font partie du programme. Pépites Shaker accompagne notamment :

 

RogerVoice, la technologie qui rend accessible les services clients aux sourds & malentendants,

Golem.ai, une intelligence artificielle de compréhension du langage humain,

Kolokium en Espagne, les solutions de blockchain sur-mesure.

 

La particularité de Pépites Shaker réside dans l’accompagnement commercial offert aux startups, fondé sur des partenariats stratégiques avec Tessi. En résultent des offres coconstruites en interne anticipant les besoins des clients du Groupe. En plus de bénéficier d’un réseau de clients potentiels important, la complémentarité de leur activité et la confiance apportée par l’expertise de Tessi leur garantit une entrée sur le marché plus aisée.

 

Anticiper les tendances de demain 

 

Orienté vers les nouvelles technologies d’intelligence artificielle, d’extraction de contenu, de reconnaissance vocale, comportementale, de biométrie et de blockchain, Pépites Shaker est un programme qui aspire à anticiper les tendances de demain pour les clients de Tessi. 

 

En un an, les 40 startups ont pu faire grandir leur activité à travers les 5 évènements de networking organisés par Tessi. 10 évènements sont prévus pour 2019. Ainsi, dans une démarche proactive, Tessi offre à ses clients une sélection de startups à même d’adresser leurs besoins en innovation et vise à devenir leur véritable laboratoire d’innovation. 

En se positionnant au plus près de ses clients en partenariat avec les startups qui font partie du programme, Tessi poursuit sa réorientation stratégique du BPO au BPS (Business Process Services).